Connect with us

Articles

Cité des Lauriers ; des nouvelles du procès

le

Vingt-sept prévenus impliqués dans le trafic de drogues dans cette cité passent en procès depuis lundi 30 novembre.

Le procès des membres du supposé gang des « blacks », dont nous relations l’arrestation il y a peu, s’est ouvert lundi. Depuis les trafiquants n’en finissent pas de livrer des détails sur leur opérations. Les différentes activités sont décrites avec précisions, que ce soient par les simples guetteurs ou par les gérants.

Des bavards au procès

C’est sans grande timidité que s’exprime Karim El Khefif quand il précise son rôle dans l’organisation du trafic ; « J’étais un superviseur, j’organisais le point de vente. Je plaçais les jeunes sur les différents points ». Ce trafiquant qu’on surnomme « Gazette » détaille sans scrupules son rôle de contremaître et ses responsabilités ; « éviter les bouchons de clients, faire en sorte que tout le monde soit en place, qu’au niveau de la sacoche (contenant la drogue et l’argent), il ne se passe rien ». Il était payé 3000 euros par mois pour ce travail.

Les estimations de l’ampleur du trafic font encore débat. La procureure Sophie Couillaud estime que le chiffre d’affaire journalier pouvait monter jusqu’à 122 000 euros par jours, avec 900 à 1000 clients. De leur côté cette affirmation fait rire les accusés qui avancent plutôt le chiffre de 20 000 euros. L’un d’entre eux, Abdallah Ali, s’est même écrié en plein tribunal ; « Oh, on est aux Lauriers, pas à La Castellane ». Ce dernier faisant référence à la cité des quartiers nord de Marseille, réputée pour être une plaque tournante de la drogue. Le trafic journalier dans cette cité étant estimée par des sources policières à 60 000 euros.

Une véritable entreprise

Les plus bas salaires sont ceux des guetteurs, « les petits », payés 50 euros et embauchés à la journée. Il existe par ailleurs une échelle de rémunération les concernant ; plus proche on se trouve de l’acheteur, mieux on est payé. Plus haut dans la hiérarchie les vendeurs, ou « charbonneurs », font défiler les clients ; pas plus d’une minute par personne. Autre poste de responsabilité ; l’approvisionnement de l’appartement de la nourrice. Cette dernière sert de stock et de planque pour la drogue. Zainoudine Ali, reconnaît sa responsabilité dans cet approvisionnement qui consiste à aller chercher 25 kilos de drogue par semaine dans une cité voisine, puis à faire circuler le produit par les toits.

Au dessus encore, les chefs présumés du trafic sont également ceux qui prennent le plus de risque. On se rappelle du commando qui avait exécuté trois jeunes gens le 25 octobre 2015 ; il semblerait qu’ils aient été à la recherche de Chanfi Chaudjay. Ce dernier, un gérant, ayant fuit à Paris à la suite de l’attaque. Si tous ces individus semblent très loquaces pour décrire leur activité, ils ne parlent jamais des frères Ahamada, et cherchent même à les dédouaner entièrement de tout rôle dans le trafic. Les frères continuant de leur coté à clamer leur innocence. Reste à savoir si c’est par respect pour le code du silence, ou pour protéger les véritables dirigeants du trafic.

Lire la suite

Articles

Biélorussie : arrestation pour cannabis médicinal

le

cannabis médicinal

Une avocate israélienne a été arrêtée à Minsk suite à la découverte d’une infime dose de cannabis médicinal

L’avocate israélienne Maya Rayten-Stol a été arrêtée à Minsk il y a près de trois semaines. Elle est soupçonnée de trafic de drogue suite à la découverte de 2,5gr de cannabis sur sa personne. Cette avocate possède une autorisation médicale du ministère de la santé israélien pour acheter et consommer cette substance. Elle aurait été arrêtée à son arrivée dans le pays. Rayten-Stol aurait par ailleurs clairement expliqué sa situation aux autorités biélorusses, documents officiels à l’appui. Malheureusement pour elle ses explications ont été ignorées par les agents. L’ambassadeur israélien serait venu lui rendre en prison mais sa situation reste incertaine.

Prison ferme pour du cannabis médicinal

L’avocate est actuellement dans la tristement célèbre prison du château de Pishchalauski. Ce lieu d’enfermement est la prison principale pour les récidivistes et les opposants politiques au régime de Loukachenko. La prisonnière n’aurait eu l’autorisation de passer qu’un seul coup de téléphone depuis trois semaines. Les parents de Maya Rayten-Stol se sont exprimés à la télévision israélienne, soulignant l’injustice de la situation. Monica Krozensky, la mère de Maya a ainsi expliqué les faits ; « Ma fille, mon tout, ma chérie a été arrêtée en Biélorussie pour quelque chose qui selon la loi israélienne est légal, mais pas pour eux ».

Ses parents s’inquiètent beaucoup pour elle en tant que femme dans un univers carcéral d’aussi triste réputation. Maya Rayten-Stol élève également seule ses enfants, ce qui renforce l’angoisse de sa famille. Selon la loi biélorusse l’avocate risque actuellement de trois à cinq ans de prison ferme. Ses parents ne comprennent pas pourquoi elle n’a pas été libérée au vu de cette situation particulière. Ils demandent actuellement l’aide du Ministère des Affaires Étrangères.

Une accusation politique ?

Maya Rayten-Stol utilise du cannabis non pas à des fins récréatives mais pour soigner des problèmes de santé. Avi Himi, le bâtonnier du barreau israélien en appelle actuellement aussi à l’aide de l’État israélien. Sa demande est soutenue par Sharon Nahari, une spécialiste du droit international, qui a écrit une lettre au ministre des Affaires Étrangères Yair Lapid au nom de la famille. Le ministère a assuré être en contact avec la famille et avec l’ambassadeur israélien Alon Shoham en Biélorussie.

Cette affaire semble rappeler un problème similaire en Turquie il y a peu de temps. Natali et Mordi Oknin avaient été arrêtés et détenus pendant huit jours suite à des accusations d’espionnage. On les accusait notamment d’avoir photographié un palais présidentiel. Le gouvernement avait heureusement réussi à les faire libérer et à faire annuler ces accusations grotesques mais bien réelles. Cependant ce type d’intervention n’est pas la règle pour l’État Israélien. Par ailleurs on peut se demander si cette fermeté n’est pas un prétexte pour l’État biélorusse qui s’offre ainsi une monnaie d’échange potentielle dans une période où le régime fait face à des condamnations de toutes parts.

Lire la suite

Articles

Inde : le médecin trafiquant de codéine

le

médecin trafiquant de codéine

Un médecin trafiquant de codéine et cinq complices ont été arrêtées par la police indienne de Calcutta pour une contrebande de Dialex

La police aurait agit suite aux informations données par un indicateur. Les détectives du Bureau de Contrôle des Narcotiques de la région de Calcutta ont fait bon usage de ces informations dans la nuit de jeudi soir. Leur action a pris la forme d’une série de raids qui leur ont permis d’arrêter six suspects. Ces personnes seraient membres d’une mafia locale. Le médecin trafiquant de codéine présumé est l’une de ces personnes arrêtée. On soupçonne notamment ces hommes d’être responsables d’un trafic de sirop à la codéine entre l’Inde et le Bangladesh.

Le médecin trafiquant de codéine en Inde

Il est surprenant de retrouver un médecin parmi les suspects mais son métier semble tout indiqué pour aider dans cette entreprise criminelle. La substance en question est en effet d’origine médicale puisqu’il s’agit d’un sirop pour la toux à base de codéine ; un dérivé de l’opium. Dans la rue ce produit médical est détourné pour un usage récréatif et porte le nom de « Lean » ou « Sizzurp ». Les suspects auraient tenté de faire passer ces bouteilles à travers la frontière selon le Bureau de Contrôle des Narcotiques.

La série de raids a eu lieu à Barrackpore au nord de Calcutta, l’arrestation a donc eu lieu du côté indien de la frontière. Les agents ont aussi saisi 2245 bouteilles de sirop pour la toux à base de codéine. Ce sirop porte le nom de Dialex DC. Les bouteilles étaient apparemment entreposées dans l’attente de leur envoi vers le Bangladesh. Cette frontière composée uniquement d’un grillage barbelé n’est pas un véritable problème pour les trafiquants. Il semble que les suspects se contentaient de charger le « Lean » dans de petits véhicules légers puis de conduire à travers le poste de douane.

Le rôle central du représentant médical

Malheureusement pour ces personnes la police a fini par rattraper le médecin trafiquant de codéine et ses complices. Il par ailleurs intéressant de noter qu’un des trafiquant est un représentant des laboratoires pharmaceutiques Dr. Reddy’s. Il semble que le médecin se chargeait d’entreposer le produit dans son entrepôt. La gestion du trafic semble avoir été le fait du représentant médical. Leur fournisseur était le centre médical Ram de Barrackpore. Ce dernier fournissait officiellement le produit à une fausse entreprise de la ville de Mahisbathan.

Cette arrestation est une bonne nouvelle pour les deux pays. En effet le Bangladesh avait demandé de l’aide à l’Inde pour résoudre ce problème plus tôt dans l’année. Les deux produits ciblés sont ces sirops à la codéine et les tablettes de Yaba venant du Myanmar. La différence étant que le sirop est fabriqué légalement en Inde. Il faut aussi rappeler que l’alcool est partiellement interdit au Bangladesh. Les habitants cherchent donc parfois des moyens moins traditionnels de se droguer. Ainsi une bouteille de Phensedyl, un soin pour la toux populaire en Inde acheté 1,18 euro, se revend 10 euros au Bangladesh. Il est difficile pour le pays d’interdire ces produits car ils sont aussi utilisé largement comme soin par la population.

Lire la suite

Articles

Inde : Des laitiers vendeurs d’armes

le

laitiers vendeurs d’armes

Deux hommes se faisant passer pour des laitiers de Delhi vendaient des armes dissimulées dans des bidons de lait

Les policiers pensent que ces laitiers vendeurs d’armes opéraient depuis près de six mois. La police indienne a pu les arrêter récemment à Jaffarpur. Les deux complices sont un homme de 30 ans, Dilbagh et son complice quarantenaire Kuldeep. Tous deux sont des résidents de l’Haryana. On ignore encore l’origine de ces armes à feu mais le travail est en cours à ce sujet. Une enquête préliminaire a révélé que les deux hommes auraient fourni au moins 100 armes à des criminels.

Un déguisement ingénieux

La police a été mise sur la piste des laitiers vendeurs d’armes grâce à un indicateur. Ils savaient donc qu’un réseau de trafiquants d’armes opéraient entre les États de Haryana, Uttar Pradesh et Delhi. Les agents avaient aussi connaissance de leur déguisement. Les deux suspects attachaient les bidons de lait à leurs vélos et s’en servaient pour dissimuler les armes à feu. Comme la police l’apprendra plus tard ces vélos avaient aussi été volés. Lors de l’arrestation les agents ont découverts 10 pistolets artisanaux dans les bidons. Un dénommé Bharat est actuellement recherché pour ses connections avec les deux hommes.

Ces pistolets artisanaux sont fabriqués avec peu de moyens dans les campagnes indiennes. Leur aspect parfois rustique n’empêche pas d’en faire des armes mortelles. Leur difficile traçabilité et l’absence de contrôle sur leur production est depuis longtemps une vrai source de problèmes pour le pays. Ces ateliers d’armes illégaux sont une véritable menace pour la sécurité publique du pays ; les criminels des villes allant s’armer à peu de frais dans les campagnes.

Les laitiers vendeurs d’armes artisanales

Une des origines de cette affaire est aussi trouver dans une série de fusillades dans la région de Dwarka. La récurrence de ces fusillades a poussé la police à mettre des moyens dans cette enquête. Une équipe entière d’agents a été mise sur la piste de ces armes. Ce groupe a ainsi pu déterminer que les pistolets utilisés provenaient de l’Haryana et de l’Uttar Pradesh. Les mêmes policiers ont aussi découvert l’identité des laitiers vendeurs d’armes. Une surveillance de leurs opérations a alors été lancée pour découvrir le fonctionnement du gang. Suite à cela un piège leur a été tendu le 22 novembre dernier et les deux hommes se sont retrouvés en détention.

Malheureusement personne ne pense que cette arrestation va résoudre le problème des armes artisanales. Ces dernières années la police de Delhi a pu retracer leur origine depuis des ateliers illégaux à Meerut, Muzaffarnagar, Aligarh, Agra, Mathura ou Ghaziabad rien que pour l’Uttar Pradesh. Un nombre similaire de lieux ont été découverts dans le Madhya Pradesh et le Bihar. Plus de 2000 armes à feu artisanales sont saisies tous les ans à Delhi. Ces derniers mois la police a cependant redoublé d’effort dans l’espoir de stopper la guerre des gangs en cours dans la région.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending