Connect with us

Articles

Cité des Lauriers ; des nouvelles du procès

le

Vingt-sept prévenus impliqués dans le trafic de drogues dans cette cité passent en procès depuis lundi 30 novembre.

Le procès des membres du supposé gang des « blacks », dont nous relations l’arrestation il y a peu, s’est ouvert lundi. Depuis les trafiquants n’en finissent pas de livrer des détails sur leur opérations. Les différentes activités sont décrites avec précisions, que ce soient par les simples guetteurs ou par les gérants.

Des bavards au procès

C’est sans grande timidité que s’exprime Karim El Khefif quand il précise son rôle dans l’organisation du trafic ; « J’étais un superviseur, j’organisais le point de vente. Je plaçais les jeunes sur les différents points ». Ce trafiquant qu’on surnomme « Gazette » détaille sans scrupules son rôle de contremaître et ses responsabilités ; « éviter les bouchons de clients, faire en sorte que tout le monde soit en place, qu’au niveau de la sacoche (contenant la drogue et l’argent), il ne se passe rien ». Il était payé 3000 euros par mois pour ce travail.

Les estimations de l’ampleur du trafic font encore débat. La procureure Sophie Couillaud estime que le chiffre d’affaire journalier pouvait monter jusqu’à 122 000 euros par jours, avec 900 à 1000 clients. De leur côté cette affirmation fait rire les accusés qui avancent plutôt le chiffre de 20 000 euros. L’un d’entre eux, Abdallah Ali, s’est même écrié en plein tribunal ; « Oh, on est aux Lauriers, pas à La Castellane ». Ce dernier faisant référence à la cité des quartiers nord de Marseille, réputée pour être une plaque tournante de la drogue. Le trafic journalier dans cette cité étant estimée par des sources policières à 60 000 euros.

Une véritable entreprise

Les plus bas salaires sont ceux des guetteurs, « les petits », payés 50 euros et embauchés à la journée. Il existe par ailleurs une échelle de rémunération les concernant ; plus proche on se trouve de l’acheteur, mieux on est payé. Plus haut dans la hiérarchie les vendeurs, ou « charbonneurs », font défiler les clients ; pas plus d’une minute par personne. Autre poste de responsabilité ; l’approvisionnement de l’appartement de la nourrice. Cette dernière sert de stock et de planque pour la drogue. Zainoudine Ali, reconnaît sa responsabilité dans cet approvisionnement qui consiste à aller chercher 25 kilos de drogue par semaine dans une cité voisine, puis à faire circuler le produit par les toits.

Au dessus encore, les chefs présumés du trafic sont également ceux qui prennent le plus de risque. On se rappelle du commando qui avait exécuté trois jeunes gens le 25 octobre 2015 ; il semblerait qu’ils aient été à la recherche de Chanfi Chaudjay. Ce dernier, un gérant, ayant fuit à Paris à la suite de l’attaque. Si tous ces individus semblent très loquaces pour décrire leur activité, ils ne parlent jamais des frères Ahamada, et cherchent même à les dédouaner entièrement de tout rôle dans le trafic. Les frères continuant de leur coté à clamer leur innocence. Reste à savoir si c’est par respect pour le code du silence, ou pour protéger les véritables dirigeants du trafic.

Lire la suite

Articles

Salt Lake City : fausses pilules au Fentanyl

le

Aaron Shamo est accusé d’avoir organisé un commerce illégal de fausses pilules anti-douleur sur ordonnance contenant du fentanyl

Le procès de Aaron Shamo a débuté cette semaine. L’homme serait à la tête d’un trafic de fausses pilules anti-douleurs. Au lieu du principe actif d’un anti-douleur classique l’homme vendait des pilules au fentanyl ; un puissant analgésique souvent responsable d’overdoses lorsque mal utilisé.

Les fausses pilules de Salt Lake City

Selon les procureurs, Aaron Shamo s’attachait à imiter les produits sur ordonnance trouvables en pharmacie. Le problème du fentanyl n’est pas une nouveauté. Ce produit souvent mortel se retrouve dans de nombreux faux médicaments opiacés et autres médicaments utilisé à des fins récréatives comme les Benzodiapezines. Cet analgésique est au cœur de la crise des opiacés actuelle en Amérique du Nord.

Shamo est accusé d’avoir importé le fentanyl de Chine. Il pressait les pilules aux États-Unis et les vendaient en ligne. Il s’agissait d’un commerce générant plusieurs millions de dollars. Les procureurs l’accusent d’avoir provoqué la mort d’au moins une personne. En 2016 un californien de 21 ans serait mort après avoir sniffé une pilule de fentanyl ressemblant à de l’oxycodone. La défense reconnaît que Shamo était impliqué dans le trafic. Cependant ils affirment que ses troubles de l’apprentissage et de l’attention avec hyperactivité rendent impossible que Shamo ait été à la tête de l’organisation.

Une opération internationale

Une perquisition effectué à la maison de l’accusé a permis de découvrir la presse à pilules. Des milliers de pilules, y compris des faux xanax et oxycodones ont également été retrouvés. Les agents ont aussi saisi 1 million de dollar en liquide. Selon le Département de la Justice Shamo et son complice Drew Wilson Crandall, un australien, ont acheté les presses à pilules, les colorants et tampons pour marquer les produits. Ces achats ont été effectués afin de faire ressembler les pilules à celles du commerce. Les deux hommes ont aussi acheté les ingrédients inertes nécessaires ; les agents liants et les couleurs notamment.

Selon le Département de la Défense ; « Certains de ces biens ont été achetés légalement et d’autres, comme le fentanyl et l’alprazolam ont été importé illégalement aux États-Unis, notamment depuis la Chine ». Les fausses pilules étaient vendus sur le darknet à travers leur propre site ; Pharma-Master. Les produits étaient vendu avec une marge considérable. Des complices participaient à l’emballage et à l’envoi des produits aux clients. Crandal a plaidé coupable l’année dernière aux accusations trafic de fentanyl, d’alprazolam et de blanchiment d’argent. Il a passé un accord avec la justice et attends la sentence. Shamo est sous le coup de 13 accusations ; il risque une peine de prison à vie.

Lire la suite

Articles

Succès de l’opération « Independence Day » du FBI

le

Plus d’une centaine de victimes du trafic sexuel ont été secourues lors d’une opération d’ampleur nationale du FBI intitulée « Independence Day »

Cette opération était en préparation depuis plus d’un mois selon les autorités. Ces raids ont impliqué plus de 400 agences de forces de l’ordre et autres autorités fédérales. Les victimes secourues lors de cette opération « Independence Day » sont au nombre exact de 103. Il faut aussi noter que 65 personnes ont été arrêtés.

Un « Independence Day » pour les victimes

Cette opération a eu lieu en juillet dernier. Le nom est une référence à la fête nationale du pays en plus de la libération des victimes de la traite. Suite à cela près de 60 nouvelles enquêtes fédérales ont été lancées. Les villes où le plus de victimes ont été secourues sont Las Vegas, Atlanta et Seattle. Selon Christopher Wray, le directeur du FBI ; « Le FBI a pour priorité de sauver les enfants victimes de la traite et d’arrêter les trafiquants qui les exploitent ». Il a ajouté ; « Grâce à ce genre d’opération le FBI aide les mineurs à échapper à échapper au trafic sexuel ».

Cette opération est plus exactement la coordination de 161 opérations à travers le pays. Au cours de l’une d’elle à Houston des agents infiltrés ont par exemple secourus 3 mineurs grâce à la surveillance des réseaux sociaux et des sites d’escortes. Leur but était de trouver des mineurs offrant des relations tarifées.

Sauver et condamner

Au cours de l’opération les agents ont pris de faux rendez-vous dans des endroits prédéterminés. Certains sont venus avec leurs proxénètes. D’autres ont simplement été interrogés pour savoir si elles étaient mineurs et si elles pouvaient aider à identifier d’autres victimes des trafiquants. Selon l’agent du FBI Jeannette Milazzo ; «  Nous sommes là pour sauver des enfants et construire des dossier solides contre les trafiquants ». Si les agents réussissent à développer un rapport avec la victime ils peuvent réussir à les retourner contre leur proxénète. Les agents travaillent également en relation avec le Centre National des Enfants Disparus et Exploités. Ceci les aide à identifier les enfants en fugues, disparus et ceux qui sont victimes de la traite.

Grâce à l’aide de ce centre le FBI déclare avoir retrouvé et identifié plus de 6600 enfants et condamné près de 300 proxénètes. Le procureur général William Barr s’est félicité du succès de l’initiative. Le problème du trafic sexuel des enfants touche l’ensemble du pays. Ce programme n’est pas un nouveau type d’opération mais la continuation d’une lutte qui dure depuis des dizaines d’années.

Lire la suite

Articles

L’Iran saisi un pétrolier irakien

le

Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique a saisi un pétrolier irakien accusé de trafic d’essence dans le Golfe Persique

Les Gardiens de la révolution ont également procédé à l’arrestation de sept marins. Cette démonstration de force est à mettre en relation avec les tensions actuelles au sujet du programme nucléaire du pays. Depuis un certain temps les tensions avec les États-Unis se sont ravivées et les deux pays sont passés proche de l’affrontement.

Une opération des Gardiens de la Révolution

Le navire en question a été intercepté près de l’île iranienne Farsi. Cette nouvelle provient de Fars, L’agence de presse semi-officielle du régime. Le corps d’élite des Gardiens de la Révolution a une base navale sur cette île au nord du détroit d’Hormuz. Selon le commandant des Gardiens de la révolution Ramezan Zirahi ; « Les forces navales du CGRI ont saisi un pétrolier étranger dans le Golfe Persique qui trafiquait de l’essence pour certains pays arabes ».

L’agence de presse du régime, IRNA, a révélé l’origine irakienne du navire. Selon Zirahi près de 700 000 litres d’essence ont été saisis. On ignore la nationalité de l’équipage arrêté. Toujours selon le commandant. Les autorités judiciaires iraniennes ont participé à l’opération. L’Iran est un des pays où l’essence est le moins cher. Le pays est en pleine lutte contre un trafic d’essence terrestre de grande ampleur en direction des pays voisins. Le mois dernier un autre pétrolier avait été arrêté pour les mêmes raisons.

Une problématique internationale

Ce regain d’agressivité vient sans doute du renforcement des sanctions des États-Unis ; ces derniers tentent d’asphyxier l’économie du pays reposant en grande partie sur l’exportation de pétrole. L’Iran a aussi menacé de bloquer le détroit d’Hormuz si les pays obéissaient aux injonctions américaines de ne pas acheter leur pétrole. On estime que 1/5 de l’essence consommé passe par ce détroit. Selon le brigadier-général des Gardiens de la Révolution, Ahmadreza Pourdastan ; « Le Golfe Persique est comme une poudrière et l’explosion d’un pétard pourrait mener à une catastrophe ».

Les États-Unis ont accusé l’Iran d’être derrière plusieurs attaques en mai et juin contre des pétroliers ; ce que le pays nie. Trump a pour cette raison essayé de forger une coalition militaire pour protéger les eaux du golfe. Cependant les partisans européens de l’accord nucléaire (France, Royaume-Uni, Allemagne) ont préféré appeler à une résolution diplomatique. Ces pays cherchant même à protéger l’Iran des sanctions américaines pour sauver l’accord. L’Iran a aussi prévenu qu’ils ne patienteraient pas longtemps avant de s’éloigner d’avantage de l’accord prévu. De plus le pays tente actuellement de normaliser ses relatons avec ses voisins d’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages