Connect with us

Articles

Libye : l’organisation internationale pour les migrations appelle Facebook à l’aide

le

Libyan migrant torture

L’agence des Nations unies demande à Facebook de l’aide pour lutter contre les passeurs et le trafic d’êtres humains.

Le porte parole de l’organisation internationale pour les migrations, Leonard Doyle, a précisé qu’un grand nombre de passeurs cherchent leurs victimes sur Facebook, précisant que surveiller les réseaux sociaux à leur recherche ne constitue pas la mission de son organisation.

Les trafiquants utiliseraient Facebook pour contacter des potentiels migrants pour conclure avec eux des marchés, convenant de les amener en Libye où ils risquent l’emprisonnement, voire même la torture ou l’esclavage.

Leonard Doyle a précisé que les victimes de ces trafiquants sont très souvent des jeunes individus vivant en Afrique de l’Ouest, appâtés par de fausses promesses d’emploi en Europe.

L’organisation internationale pour les migrations estime alors qu’il est temps pour les réseaux sociaux eux-mêmes d’agir. Leur plateforme très large et leur facilité d’accès dont d’eux un média très populaire, notamment en Afrique de l’Ouest, et leur confère un véritable pouvoir d’action dans la lutte contre le trafic de ces jeunes populations vulnérables.

Une migration dangereuse et éreintante

Des centaines de milliers de migrants ont déjà tenté de rejoindre l’Europe via la Méditerranée depuis 2014, et l’on recense déjà plus de 3000 morts.

La Libye, du fait de sa position stratégique privilégiée de pont entre la Méditerranée et l’Afrique subsaharienne, a une population migrante estimée entre 700 000 et un million d’individus.

Le chaos politique au sein du pays, qui ne dispose pas d’un gouvernement maîtrisant la totalité du territoire, facilite les trafic et la maltraitance des migrants, parfois réduits en esclavage et vendus, comme révélé reportage de CNN publié en novembre.

Peu d’entre eux parviennent à leur destination souhaitée, l’Europe, et ceux qui atteignent leur but doivent passer par des organisations criminelles, selon Europol qui estime que 90% des migrants arrivant en Europe sont amenés par des passeurs.

Le trafic d’êtres humains est selon l’organisation internationale pour les migrations le troisième trafic le plus rentable au monde, et le chiffre d’affaire des passeurs est estimé à 35 milliards de dollars par an, soit 29,6 milliards d’euros.

Lire la suite

Articles

Inde : Le Covid-19 entrave le trafic d’or de contrebande

le

or de contrebande

L’importation illégale et d’or de contrebande a été durement impacté par la crise sanitaire dans ce pays très friand du métal précieux

Les importations d’or de contrebande auraient chuté drastiquement ; environ 2 tonnes par mois. Les experts estiment que le total devrait se situer à 25 tonnes en fin d’année contre 120 tonnes l’année dernière. Cette nouvelle a été annoncée par N. Anantha Padmanaban ; la présidente du conseil domestique des pierres précieuses et des bijoux d’Inde. Les estimations des experts soulignent donc qu’on assisterait à une baisse historique du trafic d’or ; 17 % du trafic habituel selon le Conseil Mondial pour l’Or.

Une baisse historique

Il semble que l’impact ait été provoqué par plusieurs facteurs ; le confinement très stricte de l’Inde en fait partie. Depuis mars les vols internationaux sont également annulés. De plus l’économie du pays aurait été réduite de 25 % entre juin et septembre ; la demande en métaux précieux a donc logiquement chuté. Les restrictions commencent cependant à s’adoucir même si le pays n’a pas encore rouvert ses portes. En effet malgré ses mesures le pays est le deuxième plus atteint par l’épidémie derrière les États-Unis.

Selon N. Anantha Padmanaban ; « Il n’y pas eu de vols ces six derniers mois et donc la quantité de contrebande a été infime. Quel que ce soit le type de contrebande le seul moyen est de passer par les frontières terrestres du Népal, Pakistan, Bangladesh et Sri Lanka et non plus par les aéroports ».

Le trafic d’or de contrebande en sommeil

La quantité moyenne d’or saisi par mois a donc chuté. Les aéroports indiens enregistrent un record établi il y a six ans ; seulement 20,6 kg d’or découvert depuis avril, selon Bloomberg et les chiffres du ministère des finances. Le trafic d’or avait jusqu’ici bénéficié de conditions très favorables. Les prix du métal battaient des records et l’Inde impose une taxe de 12,5 % sur les importations d’or, sans compter des taxes locales additionnelles ; il est donc très profitable d’acheter de l’or illégal. Les joailliers réclament depuis longtemps une baisse de 50 % de cette taxe d’importation pour tenter de réduire le flot du trafic et légaliser le marché.

Si cette mesure passait elle jouerait un rôle dans la réduction du trafic d’or quand l’Inde rouvrira ses aéroports. Sans cela le trafic d’or reprendra comme auparavant. Par ailleurs le Sri Lanka a récemment annulé sa propre taxe d’importation sur l’or ; ceci pourrait encore augmenter le trafic en Inde selon Padmanaban. Selon elle ; « En 45 minutes de bateau depuis le Sri Lanka on peut débarquer en Inde. » Elle ajoute que les trafiquants sont connus pour s’adapter rapidement au évolutions politiques et économiques. La crise du Covid-19 ne mettra donc pas fin à ce type particulier de contrebande.

Lire la suite

Articles

La police de Papouasie : une mafia dans l’État

le

police de Papouasie

La police de Papouasie Nouvelle-Guinée est accusée entre autre de corruption, de trafic d’