Connect with us

Articles

France : démantèlement d’un vaste réseau de trafic de drogue

le

Onze personnes ont été placées en détention provisoire pour trafic de drogues entre l’Outre-Mer et la métropole.

Onze individus ont été mis en examen par un juge d’instruction de la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Fort-de-France, en Martinique. Ceux-ci ont été interpellés après le démantèlement d’un réseau de trafic de drogue en bande organisée, entre les Antilles, la Guyane, et la métropole. Les 11 personnes ont pu être placées en détention provisoire à la prison de Ducos, selon le procureur, Renaud Gaudeul.

Ce démantèlement a eu lieu après quatre mois d’enquête, qui auront mobilisé une vingtaine d’enquêteurs et une quarantaine de policiers. L’enquête a été lancée suite à la découverte, le 6 octobre 2017 à l’aéroport de Martinique Aimé Césaire, de deux valises contenant chacune 30 kilogrammes de résine de cannabis, qui a conduit à l’interpellation de leurs propriétaires.

En octobre, un troisième passeur est intercepté, en provenance de Paris Orly : il voyage avec, lui aussi, 20 kilogrammes de résine de cannabis. Puis c’est au tour d’un passager en provenance de Guyane d’être arrêté à Orly avec deux kilogrammes de cocaïne dans des bagages, et enfin, le 21 novembre, un dernier passager arrivant de Guyane et transportant un kilogramme de cocaïne est arrêté à son arrivée à Paris.

Le travail des enquêteurs de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris) des Caraïbes a permis de démanteler la totalité du réseau. Deux individus, une mule et une personne chargée de récupérer la drogue, ont été arrêtés au Mans. Puis le 15 janvier, une opération coordonnée est menée simultanément en Ile-de-France et en Guyane. Au Blanc-Mesnil, en région parisienne, l’un des principaux relais est arrêté et en Guyane, une femme déjà connue des services de police, en-petite amie du chef présumé de réseau, chargée du blanchiment d’argent, a été interceptée.

Le chef présumé de réseau, quant à lui, âgé de 26 ans, a été retrouvé tué par balles dans un quartier sensible de Cayenne. Une enquête pour assassinat a été ouvert pour éclaircir les circonstances de sa mort.

Lire la suite

Articles

Inde : Le Covid-19 entrave le trafic d’or de contrebande

le

or de contrebande

L’importation illégale et d’or de contrebande a été durement impacté par la crise sanitaire dans ce pays très friand du métal précieux

Les importations d’or de contrebande auraient chuté drastiquement ; environ 2 tonnes par mois. Les experts estiment que le total devrait se situer à 25 tonnes en fin d’année contre 120 tonnes l’année dernière. Cette nouvelle a été annoncée par N. Anantha Padmanaban ; la présidente du conseil domestique des pierres précieuses et des bijoux d’Inde. Les estimations des experts soulignent donc qu’on assisterait à une baisse historique du trafic d’or ; 17 % du trafic habituel selon le Conseil Mondial pour l’Or.

Une baisse historique

Il semble que l’impact ait été provoqué par plusieurs facteurs ; le confinement très stricte de l’Inde en fait partie. Depuis mars les vols internationaux sont également annulés. De plus l’économie du pays aurait été réduite de 25 % entre juin et septembre ; la demande en métaux précieux a donc logiquement chuté. Les restrictions commencent cependant à s’adoucir même si le pays n’a pas encore rouvert ses portes. En effet malgré ses mesures le pays est le deuxième plus atteint par l’épidémie derrière les États-Unis.

Selon N. Anantha Padmanaban ; « Il n’y pas eu de vols ces six derniers mois et donc la quantité de contrebande a été infime. Quel que ce soit le type de contrebande le seul moyen est de passer par les frontières terrestres du Népal, Pakistan, Bangladesh et Sri Lanka et non plus par les aéroports ».

Le trafic d’or de contrebande en sommeil

La quantité moyenne d’or saisi par mois a donc chuté. Les aéroports indiens enregistrent un record établi il y a six ans ; seulement 20,6 kg d’or découvert depuis avril, selon Bloomberg et les chiffres du ministère des finances. Le trafic d’or avait jusqu’ici bénéficié de conditions très favorables. Les prix du métal battaient des records et l’Inde impose une taxe de 12,5 % sur les importations d’or, sans compter des taxes locales additionnelles ; il est donc très profitable d’acheter de l’or illégal. Les joailliers réclament depuis longtemps une baisse de 50 % de cette taxe d’importation pour tenter de réduire le flot du trafic et légaliser le marché.

Si cette mesure passait elle jouerait un rôle dans la réduction du trafic d’or quand l’Inde rouvrira ses aéroports. Sans cela le trafic d’or reprendra comme auparavant. Par ailleurs le Sri Lanka a récemment annulé sa propre taxe d’importation sur l’or ; ceci pourrait encore augmenter le trafic en Inde selon Padmanaban. Selon elle ; « En 45 minutes de bateau depuis le Sri Lanka on peut débarquer en Inde. » Elle ajoute que les trafiquants sont connus pour s’adapter rapidement au évolutions politiques et économiques. La crise du Covid-19 ne mettra donc pas fin à ce type particulier de contrebande.

Lire la suite

Articles

La police de Papouasie : une mafia dans l’État

le

police de Papouasie

La police de Papouasie Nouvelle-Guinée est accusée entre autre de corruption, de trafic d’armes et de drogue par son propre ministre

Le ministre de la police dénonce sa propre institution comme étant la plus corrompue du pays. Selon lui la police de Papouasie Nouvelle-Guinée est responsable de trafic d’armes, trafic de drogue et du vol de terres. Il ajoute qu’il y existe une « culture généralisée d’indiscipline et de brutalité ». Ces condamnations du ministre Bryan Kramer semblent extraordinaires ; selon lui il faudrait une génération entière pour réussir à mettre fin à cette corruption endémique.

Qui nous protège de la police ?

Cette déclaration choc a été faite à l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Elle-même fait suite à la reconnaissance du commissaire de police David Manning que ses troupes comptent des « criminels en uniforme.» Le constat de Kramer vient après 15 mois passée à la tête de l’institution. Selon lui ; « l’organisation responsable de combattre la corruption est devenu l’agence principale commettant des actes de corruption. »

Parmi les cas exemplaires on trouve ceux des policiers responsables de Port Moresby ; ces derniers volaient les fonds de pension de leurs anciens collègues à la retraite. Ils étaient également de mèche avec le crime organisé. En plus des trafics déjà nommés on peut y ajouter le vol d’essence, des fraudes à l’assurance et du détournement de fonds de la police. Ces derniers volaient même des terres allouées à l’institution. Kramer ajoute que de nombreux excellents agents ont été licenciés ou mis à la retraite pour s’y être opposés.

Tolérance zéro pour la police

Bryan Kramer a fondé sa carrière sur la question de la transparence et du bon gouvernement. Il a déjà dénoncé d’autres scandales de corruptions de ce genre. Un rapport récent du gouvernement australien soulignait un autre problème sans doute lié au premier ; le cruel manque de ressources allouées à la police. La police de Papouasie Nouvelle-Guinée nécessiterait au moins 1,1 milliards de dollars pour résoudre des problèmes de ressources, de formation et d’infrastructure. Par ailleurs le nombre d’agents est largement insuffisant ; 1 policier pour 1145 personnes, contre 1 pour 450 personnes selon les recommandations de l’ONU.

Le commissaire Manning a annoncé ce mois-ci qu’il instaurait une nouvelle politique de tolérance zéro pour la police. En cas de corruption, de violence ou d’infractions disciplinaire le policier sera limogé. Il est surprenant que ceci apparaisse comme un progrès. Par ailleurs Manning a ordonné aux policiers de réserve de rendre leurs armes, badges et uniformes devant l’ampleur des abus de pouvoir. Par ailleurs de nombreux policiers n’allaient pas au travail sachant que des réservistes iraient pour eux. La crise du Covid-19 a aussi eu un effet désastreux sur les finances du pays ; les problèmes de financement de la police ne risquent donc pas de s’améliorer. On peut cependant se demander si face à une corruption de cette ampleur, d’avantage de policiers est ce dont a besoin le pays.

Lire la suite

Articles

Le port de Beyrouth : triste symbole du Liban

le

port de Beyrouth

La corruption et la contrebande en tout genre sur les docks du port de Beyrouth apparaissent comme un microcosme de l’État libanais

L’explosion tragique du port de Beyrouth semble avoir libéré la parole de la population. Les pots-de-vin seraient monnaie courante sur les docks, tout comme l’évasion fiscale et la contrebande. Comme toutes les institutions libanaises la corruption est au cœur de la situation. Ceci souligne que le problème est présent aux plus hauts niveaux de l’État jusqu’au bas de l’échelle sociale.

Une corruption connue de tous

Un membre de l’institution judiciaire dénonce notamment la totale liberté laissée au Hezbollah du fait de ses liens avec les douanes et les autorités portuaires. Le Hezbollah n’est cependant pas le seul coupable. D’autres partis politiques importants bénéficient également de passe-droits notoires ; le Mouvement Patriotique Libre, le mouvement Amal, le Mouvement du Futur. Tous se partagent les richesses du port selon les experts et des membres des forces de sécurité. Selon Mohammad Chamseddine, du groupe de recherche de Beyrouth Information International ; « Le port de Beyrouth est une des institution les plus corrompues que ce soit dans sa gestion courante ou pour le service des douanes ».

La gestion du port est sous administration publique provisoire depuis la fin de la guerre civile en 1990. Cette gestion provisoire n’a jamais été remise en question ; le port est géré comme une entreprise privée. Comme dans d’autres institutions les partis politiques et confessionnels se partagent les sept sièges de la commission. La corruption des élites politiques se reflète très exactement dans les eaux du port. Le Hezbollah, considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, se sert ainsi du port pour recevoir tout ce dont ils ont besoin ; armes, drogues et contrebande en tout genre.

Au port de Beyrouth tout a un prix

La corruption est tellement prégnante dans le port que cinq agents des douanes ne peuvent tout simplement pas être remplacés ; leurs connexions politiques sont trop importantes. Chacun d’entre eux a fait allégeance à un des partis. Le port de Beyrouth reste une institution essentielle pour le pays. Près de 85 % des besoins en nourriture du pays y passent. Près de 70 % des importations ne peuvent faire autrement que d’y arriver. Pourtant seule une infime partie des revenus générés atteint les coffres de l’État. On estime que les pertes en évasion fiscale se chiffreraient à 2 milliards par ans.

Des pots-de-vin arrosent tous les employés du port de façon régulière pour accélérer le processus ou faire passer de la contrebande. Le prix du pot-de-vin varie en fonction de l’illégalité de la marchandise ou de sa valeur. Le seul scanner du port est d’ailleurs en panne depuis avril 2019 et il n’est pas prévu de le réparer ou de le changer ; les partis se disputent le contrat. Il est difficile de pointer un seul responsable. Tout le système politique libanais est corrompu ; heureusement il semble que l’explosion du port ait par contre libéré la parole et la colère de la population.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending