Connect with us

Trafics divers

Grimsby : Un duo de vendeurs arrêtés pour trafic de tabac

le

Ces vendeurs de Grimsby au Royaume-uni ont été arrêtés suite à une perquisition ayant permis la saisie de 8000 cigarettes et 300 paquets de tabac à rouler

Ces quatre dernières années les agents ont saisis 667 108 cigarettes et 67465kg de tabac illégal. Cette opération au magasin de la rue Freeman vient s’ajouter à ces succès. Les vendeurs de cette épicerie de Grimsby sont accusés d’avoir vendu du tabac et des cigarettes de contrebande. Mohammed Hasan Zadeh, 31 ans et son complice Hersh Mahmoodi, 28 ans, ont tous deux des condamnations préalables lié au commerce illégal de tabac. Cette fois ils ont été arrêtés en possession de plusieurs centaines de kilos de contrebande à l’épicerie discount de la rue Freeman.

Tabac illégal dans un commerce légal

Mahmoodi, un habitant de la rue Binley à Coventry a tenté de s’enfuir par une allée. Il avait avec lui un sac de cigarettes et de tabac à rouler quand les agents des normes commerciales sont arrivés dans la boutique. Les agents étaient accompagnés d’une brigade canine ainsi que de policiers de Humberside. Dans sa fuite l’homme a lancé son sac sur un de ses poursuivants. Il a cependant été arrêté par un policier municipal de Grimsby à proximité de la rue Wood peu après.

Les agents ont alors procédé à une fouille du magasin à l’aide leurs chiens mais n’ont pas découvert d’autres biens illicites. La fouille s’est ensuite déplacé vers une voiture Astra Silver Vauchall dans la rue Wood. Cette voiture avait préalablement été repérée par les agents. Zadeh avait été vu en sortir quelque chose rue Haycroft à Grimsby. Deux sacs supplémentaires ont été découverts dans le coffre. Ces derniers étaient également remplis de cigarettes et de tabac à rouler. On estime que la contrebande saisie est d’une valeur de 3890 euros sur le marché noir. Au marché légal ce tabac coûterait 9255 euros.

Zéro tolérance pour le trafic de tabac à Grimsby

Le duo a plaidé non coupable mais ils ont été condamnés après six heures de procès par les magistrats du tribunal de Grimsby. Mahmoodi a été condamné à 22 semaines de prison. De son côté Zadeh écope de 16 semaines de détention. Un mandat d’arrêt a été lancé contre un troisième suspect ; le propriétaire du magasin, Hussein Khdir. Cet homme de 33 ans avait plaidé coupable lors d’une audience précédente. L’homme vivait auparavant à Burton-on-Trent mais les agents pensent qu’il réside désormais à Londres.

Le conseiller municipal David Bolton du Lincolnshire s’est félicité de cette arrestation ; « Le commerce de tabac illégal n’est pas seulement nocif pour notre économie mais aussi pour notre communauté ». Il est en effet de notoriété publique que le tabac de contrebande ne respecte pas les normes de santé publique. Avec cette condamnation le tribunal de Grimsby comptabilise 21 affaires de tabac illégal cette année. Selon Bolton ; « Les peines de prison envoient un message aux contrevenants potentiels ».

Lire la suite

Articles

Brésil : contrebande frontalière à Corumbá

le

contrebande frontalière à Corumbá

La contrebande frontalière à Corumbá sembler ignorer tous les efforts de la police pour stopper les trafiquants

Tous les trafics semblent passer par cette petite ville de Corumbá ; tissu, essence, drogues, armes et même des personnes. La ville est devenue un centre névralgique de la contrebande frontalière. Cette nouvelle positon de l’agglomération comme centre criminel a été confirmée par une enquête policière de six mois. La police brésilienne a réussi à démanteler un réseau de trafiquants d’êtres humains sur place le 31 août dernier. Un homme a été arrêté à Corumbá, mais d’autres raids ont eu lieu à Brasilia, Minas Gerais et Sao Paulo.

Coopération internationale des trafiquants

L’enquête a prouvé que ce réseau de contrebandiers, d’entrepreneurs du transport et d’ouvriers coopérait pour faire passer des migrants depuis Corumbá vers le reste du Brésil. La plupart allaient en bus jusqu’à Sao Paulo, où on les faisait travailler dans des usines textiles. Les conditions de travail y étaient souvent inhumaines. Cette situation n’est pas nouvelle : il y a dix ans l’ambassadeur de Bolivie au Brésil estimait que 50 000 de ces concitoyens étaient exploités dans l’industrie textile du pays. D’autres seraient recrutés comme livreur de drogues entre les deux pays ; la drogue vers le Brésil, l’argent liquide vers la Bolivie.

La contrebande frontalière à Corumbá ne s’arrête en effet pas là. Le même jour que les raids policiers, les agents ont aussi lancé l’opération Mad Max III ; une enquête sur le trafic d’essence dans la vile. Il semble que des citoyens brésiliens et boliviens achetaient de l’essence en Bolivie pour le revendre plus cher au marché noir brésilien.

Contrebande frontalière dans une petite ville

La ville de Corumbá est pourtant loin d’être une métropole. L’agglomération regroupe à peine 100 000 résidants. Cependant sa position stratégique le long de la rivière Paraguay fait que la police peine à avoir un impact sur la contrebande frontalière. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer ; le nombre d’opérations policières y est impressionnant. Au cours des derniers mois, des opérations contre le trafic de cocaïne, d’armes et de bétail ont eu lieu. Sans que ceci semble désorganiser les réseaux de trafiquants. Le trafic opère aussi dans les deux sens. La ville de Puerto Quijarro se trouve à 10 km de l’autre côté de la frontière. Il s’agit du principal port d’arrivage de la contrebande de bière du pays, en provenance du Brésil.

Corumbá est aussi située dans l’État du Mato Frosso do Sul. Cet État est un point vital pour les entreprises criminelles internationales. Son réseau de rivières et ses vastes forêts fournissent une protection parfaite pour les mouvements d’hommes, d’armes, de drogues ou de bétail. Cette région est aussi le point d’arrivée principal pour la cocaïne du gang Primeiro Comando da Capital ; le plus important du pays. Par ailleurs l’augmentation de la production de la cocaïne en Bolivie au cours de la première année de la pandémie, a fait passer ce pays au rang de troisième producteur au monde. La contrebande frontalière à Corumbá a donc de beaux jours devant elle.

Lire la suite

Articles

Navcent contre la hausse du trafic d’armes

le

Navcent

La création de Navcent fait suite à la réalisation que les États-Unis ont saisi trois fois plus d’armes à feu dans la mer Rouge qu’en 2020

La création de cette nouvelle force navale vise à lutter plus efficacement contre le trafic d’armes et de drogue dans la région. L’annonce de la création de Navcent a été effectuée par le responsable de la Marine Centrale des États-Unis ; le vice-amiral Brad Cooper, commandant de la 5e flotte. Selon lui ; « L’année dernière les saisies de drogue et d’armes ont explosé ».

Réparer les relations internationales

Près de 500 millions de dollars de drogues ont ainsi été récupérés au cours de l’année ; un chiffre plus important que les quatre années précédentes combinées. Un total de 9000 armes à feu a aussi été saisi le long des routes de contrebandes historiques. Ces armes étant notamment à destination des Houthis au Yémen. Ce chiffre représente trois fois plus d’armes saisies par rapport à 2020. On suppose que ce matériel provient majoritairement d’Iran ; leur objectif étant d’aider les Houthis à se défendre contre la coalition menée par les Saoudiens.

La zone d’opération de Navcent va désormais s’étendre sur 5000 miles de côtes. Trois points chauds sont notamment surveillés ; le canal de Suez, le Golfe d’Aden et le Golfe d’Oman. Ces zones étant des points de passages majeurs du commerce international, leur surveillance est d’une importance stratégique pour les États-Unis. Selon certains experts, cette évolution de la politique du pays aurait un autre objectif. Il s’agirait de soigner les relations diplomatiques rendues compliquées par la dernière administration.

Navcent : Du neuf avec du vieux

Cette nouvelle force Navcent sera composée des marines de 34 nations. Trois groupes opérationnels existent déjà ; Task Force 150, Task Force 151 et Task Force 152. Ces groupes opèrent déjà dans les trois zones les plus sensibles. Le nouveau groupe opérationnel, Task Force 153, sera chargé de la coopération en sécurité maritime dans la région. Il aura aussi pour responsabilité la lutte contre les activités illégales. Il sera plus spécifiquement concentré dans la mer Rouge, autour de Bab al-Mandeb et le Golfe d’Aden.

Les capacités technologiques devraient jouer un rôle majeur dans ces opérations. Des attaques à l’aide de bateaux téléguidés ont en effet eu lieu contre des navires de commerce. Les marines cherchent donc à développer leurs propres capacités de navires sans équipage. Dans cette optique, Navcent a aussi organisé l’Exercice maritime international. Selon les organisateurs, il s’agit du plus grand exercice maritime intégrant des systèmes de drones et d’intelligence artificielle. Reste à savoir si un renforcement de la militarisation réglera les problèmes de fonds dans la région.

Lire la suite

Trafics divers

Les trafiquants d’essence syriens

le

trafiquants d’essence syriens

Les trafiquants d’essence syriens défient la répression d’un groupe islamiste pour tenter de survivre

Le groupe djihadiste Hay’et Tahrir al-Sham (HTS) mène actuellement des opérations de lutte contre cette contrebande. Le groupe lié à Al-Qaïda fait cependant face à des trafiquants d’essence syriens qui n’ont souvent pas d’autre choix pour nourrir leurs familles. Ces trafiquants, hommes et femmes, sont basés à Idlib. Ces derniers font le voyage quotidien vers Alep avec quelques dizaines de litres d’essence. Ce trajet est extrêmement dangereux ; il faut d’une part éviter la milice HTS, mais aussi s’introduire sur le territoire du Gouvernement syrien provisoire, sous contrôle turc.

La menace djihadiste

Cette enclave opposée au régime syrien officiel est en effet partagée entre deux territoires ; celui d’HTS à Idlib et celui du Gouvernement syrien provisoire, administration fantoche contrôlée par Istanbul, dans le nord d’Alep. Ce gouvernement est une coalition de groupe de l’opposition syrienne, dont quelques milices se sont unies pour former « l’Armée Nationale Syrienne ». Ces deux groupes ne se distinguent en réalité que par leurs soutiens et leurs affiliations.

L’essence est actuellement moins chère à Idlib, ceci permet aux trafiquants d’essence de réaliser un maigre profit ; en moyenne 1,85 euro par voyage. Une fois arrivés à Alep, les trafiquants doivent ensuite patienter dans d’interminables files d’attente pour vendre leur marchandise. Cette somme d’argent ne permet en général pas d’acheter grand-chose de plus qu’une miche de pain pour une famille de 5 personnes.

Danger vital pour les trafiquants d’essence syriens

On estime que 97 % de la population d’Idlib vit dans une extrême pauvreté et gagne moins de 1,85 euro par jour. La population survit principalement grâce à l’aide humanitaire. Les conditions de vie se sont aussi dégradées depuis l’hiver dernier. La raison principale est la baisse des dons aux associations humanitaires et la crise de lire turque. Cette monnaie étant également adoptée par l’enclave d’Idlib. HTS semble par ailleurs enragé par ce trafic d’essence, bien qu’il ne représente pas un grand manque à gagner pour eux. Leur contrôle sur toute la production locale et les taxes servent en effet à financer leur groupe armé.

L’entreprise qui leur sert à contrôler ce monopole se nomme Watad. Le groupe réalise des profits de 1,54 million d’euros par mois. Toute atteinte à ces profits est vue comme une menace vitale à HTS ; les trafiquants d’essence craignent dès lors pour leur vie. Une trafiquante d’essence de 28 a récemment été abattue, devant ses enfants, pour cette exacte raison. La simple perte de leur cargaison d’essence était déjà un risque vital pour les contrebandiers qui s’endettent pour acheter la marchandise. Ces derniers se retrouvent aujourd’hui entre le marteau d’HTS et l’enclume de la faim.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending