Connect with us

Articles

Italie : 17 trafiquants d’armes et de migrants arrêtés

le

Les individus suspectés ont été interceptés le lundi 2 juillet.

Selon la police, les individus arrêtés travaillaient avec la mafia sicilienne, Cosa Nostra, ainsi qu’un groupe paramilitaire des Balkans, selon les enquêteurs du centre anti-mafia de Palerme, en charge des opérations. Certains membres du groupe ont notamment été aperçus au cours de réunions de la mafia, entre novembre 2016 et octobre 2017.

La police militaire italienne a précisé que tous les individus arrêtés faisaient face à des chefs d’accusation de criminalité divers et variés : crime en bande organisée, trafic de migrants, trafic d’armes, trafic de bijoux, et blanchiment d’argent.

Une enquête, ouverte en 2016 et effectuée en collaboration avec les pays d’orginine des suspects, a permis de mettre au jour deux structures distinctes au seun du groupe : une partie était chargée de faire entrer illégalement des migrants depuis les Balkans vers la Suisse et l’Italie, tandis que l’autre trafiquait des armes, dont des armes de guerre et des bombes, et blanchissait l’argent.

Parmi les 17 individus arrêtés, neufs italiens ont été identifiés, originaire de Palerme et du nord de l’Italie, ainsi que huit citoyens étrangers dont des Macédoniens, et d’autres dont la nationalité n’a pas encore été révélée.

Lire la suite

Articles

Morts de froid dans le Manitoba

le

morts de froid

Un individu a été arrêté pour trafic d’êtres humains à la frontière canadienne après la découverte de quatre individus morts de froid

Le suspect principal dans cette affaire est un floridien de 47 ans. L’homme est accusé de trafic d’êtres humains. Il pourrait être tenu responsable du destin tragique de ces migrants morts de froid. Un nouveau-né fait partie des victimes. Ce fait renforce la tristesse et le choc de cette découverte macabre aux environs de la frontière entre le Canada et les États-Unis. Les autorités semblent penser qu’il s’agissait d’une famille voyageant ensemble.

Morts de froid sur la frontière

La commissaire assistant de la Gendarmerie Royale du Canada, Jane MacLatchy a annoncé la triste nouvelle dans une conférence de presse à Winnipeg. Selon ses propres mots; « Il s’agit d’une tragédie absolue et déchirante ». Selon les enquêteurs les corps d’un homme, d’une femme et du nouveau-né auraient été retrouvés côte à côte. Un adolescent a été découvert quelques mètres plus loin. Les raisons de leur mort ne semble faire aucun doute étant donné les conditions météorologiques.

L’alerte a été donnée par les douanes des États-Unis. Un groupe de migrants avait été intercepté à proximité d’Emerson. Une des personnes transportait des affaires pour bébé mais aucun nouveau-né n’accompagnait le groupe. Une fouille de la zone a alors été lancée des deux côtés de la frontière. Quelques heures plus tard les corps ont été découverts du côté canadien, à une douzaine de mètres de la frontière. Les agents ont alors continué les recherches jusqu’au soir dans l’espoir de découvrir des survivants. Aucune autre personne n’a cependant été découverte.

Une traversée dangereuse

Les soupçons pèsent actuellement sur un certain Steve Shand. Le floridien a été arrêté et est poursuivi pour trafic d’êtres humains en connexion avec cette tragédie. L’homme a été arrêté alors qu’il conduisait un minibus pouvant contenir 15 passagers à moins d’un kilomètre de la frontière. Il était accompagné de deux personnes sans papiers originaires d’inde. Le minibus contenait aussi une certaine quantité de bouteilles d’eau et de nourriture. Après cette arrestation, cinq autre personnes originaires d’Inde ont été appréhendées alors qu’elles se dirigeaient vers le lieu où devait se trouver Shand.

Ces personnes marchaient depuis plus de 11h et certaines étaient gravement blessées. L’un d’eux a révélé porter le sac à dos contenant les affaires du nouveau-né pour aider une autre famille. Ils ont malheureusement été séparés lors de la marche nocturne. On ignore encore les noms de ces morts de froid mais les indices semblent correspondre. Leur égarement en pleine nuit par des températures de -35 sur des plaines désolées, battues par les vents, leur aurait été fatal. Cet évènement tragique n’est pas le premier cas recensé dans le Manitoba; on peut craindre qu’il ne soit pas le dernier.

Lire la suite

Articles

Contrefaçon de cartouches d’encre HP

le

cartouches d’encre HP

Les autorités nigériennes ont récemment mené une opération pour stopper un important trafic de cartouches d’encre HP de contrefaçon

Les autorités policières nigériennes ont mis leurs efforts en commun ; des équipes de lutte contre la contrefaçon et la fraude de HP ont participé au travail. Un total de trois réseaux majeurs de trafiquants ont ainsi été démantelés. Ces groupes fournissaient des cartouches d’encre HP illégales sur le marché national. Les trois raids policiers ont notamment ciblés de vastes entrepôts dans l’État du Nasarawa et de la zone de Abuja.

Les extraordinaires cartouches d’encre HP

Ces saisies ont permis de récupérer plus de 5000 produits illégaux sur différents sites liés au trafic. Selon le responsable de HP pour le Nigeria, Emmanuel Asika ; « La contrefaçon est une activité illégale qui impacte négativement non seulement le métier des revendeurs et des distributeurs mais aussi l’expérience produit de nos clients. Les véritables cartouches d’encre HP ont été développées afin de délivrer des résultats de haute qualité en ayant un impact minimal sur l’environnement ».

Emmanuel Asika a aussi souligné l’importance de ce partenariat avec la police pour HP. Il s’est également félicité de cette réussite exceptionnelle qui protégera les clients de ces ventes de produits frauduleux. Les revendeurs et les distributeurs sont directement victimes de ce phénomène d’ampleur internationale. Une étude récente provenant de l’Union Européenne révèle que les biens de contrefaçon représentent 3,3 % du commerce mondiale, soit 509 milliards de dollars.

Lutte contre le trafic ou opération de communication ?

On estime qu’au sein de l’Union Européenne les bien illégaux ou de contrefaçon représentent 6,8 % du commerce total, soit 121 milliards d’euros. Les entreprises et les États sont les organisations qui perdent le plus d’argent du fait de ces trafics. Les entreprises sont promptes à pointer du doigt le danger pour les clients ou les risques de perte d’emploi ; le problème principale est malgré tout une affaire de manque à gagner pour ces dernières. Il suffit de juger sur pièce la place que prennent la description de la qualité des cartouches d’encre HP dans certains articles traitant de ce trafic.

Certains articles vont ainsi souligner à quel point ces fameuses cartouches d’encre HP de contrefaçon sont un danger pour les clients ; malfonctionnements, casse du matériel, fuites voir destruction supposée de l’imprimante. Ces articles vont jusqu’à souligner le terrible impact écologique qu’aurait ce trafic. Le mauvais fonctionnement des cartouches obligerait à refaire les impressions. De son côté HP serait un modèle de développement durable contribuant au recyclage des bouteilles plastiques dans ses produits. Ce dernier argument tiens plus d’un véritable greenwashing. On en viendrait presque à se demander pourquoi HP s’inquiète tant de ce trafic si ces cartouches d’encre sont aussi nocives que ce qu’on peut lire ici.

Lire la suite

Articles

Trafic d’êtres humains sur la réserve mohawk

le

réserve mohawk

Treize personnes ont tenté de franchir la frontière canadienne vers les États-Unis en se servant de la réserve mohawk de Akwesasne

La police de la réserve prévient que les cas de trafic d’êtres humains à proximité de la frontière entre l’Ontario et le Québec sont en augmentation. Ces derniers mois les personnes cherchant à rejoindre les États-Unis utilisent fréquemment cette route. Selon la police mohawk de Akwesasne cette pratique met en danger la communauté locale. Les risques sont notamment posés par la diffusion du variant Omicron dans la communauté autochtone. La position de la réserve en fait depuis longtemps un point de passage favorable pour les trafiquants.

Réserve mohawk des trois frontières

La semaine dernière treize personnes ont été arrêtées par une unité maritime de la police. Cette arrestation a eu lieu au cours d’une patrouille sur la rivière St. Régis, aussi appelée Kana:takon. Cette dernière forme la frontière entre le Québec et l’Ontario. Selon la police le groupe était en train de monter à bord d’un bateau avec leurs bagages. Ils étaient sur une rive proche de la frontière états-unienne. Les individus se sont enfuis à l’arrivée de la police. Les agents ont cependant réussi à capturer les suspects et à les remettre aux Département de l’Immigration Canadienne. Le conducteur du bateau a par contre disparu.

La situation de la réserve mohawk Akwesasne en fait un point de passage parfait pour les trafiquants. La réserve est en effet située au milieu des trois frontières ; Québec, Ontario, États-Unis. La rivière et les nombreuses îles ne facilitent pas la tâche aux policiers. Selon le chef de la police mohawk Shawn Dulude ; « A cause de notre position les criminels tenteront toujours d’exploiter notre communauté ».

L’absence du gouvernement fédéral

Selon Dulude de plus en plus de gens ont tenté d’échapper à la police lorsqu’ils étaient repéré. Ils s’enfuient par les jardins privatifs ou par les rues. Selon le policier ceci pose également un problème de sécurité sanitaire pour la communauté d’Akwesasne. Le covid-19 et tout particulièrement le variant Omicron ont durement frappé les communautés autochtones à travers l’Amérique du Nord. Ces ressortissants étrangers dont on ignore le statut vaccinal et l’état de santé pourraient contribuer au risque d’infection. Le grand chef d’Akwesasne, Abram Benedict, partage cette opinion et ajoute que le problème persiste depuis bien longtemps dans la région.

Le chef ajoute que ces personnes prennent de grands risque pour traverser. En effectuant la traversée la nuit ou dans des conditions climatiques difficiles elles se mettent en danger. Selon les autorités autochtones il est cependant peu probable que le problème se résolve. Cependant la police continuera à effectuer des arrestations malgré tout. Les services frontaliers canadiens interrogés sur cette question ont affirmé prendre ce problème au sérieux. Ils n’ont cependant donné aucune information sur les mesures mises en place, au-delà de cette déclaration.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending