Connect with us

Articles

Nigéria : un forum sur le trafic humain organisé par le gouvernement et une ONG locale

le

Le mois dernier s’est tenu à Ibadan un forum sur le trafic humain, organisé par l’ONG Live Abundantly Empowerment Initiative et le gouvernement nigérian

En dépit de la lutte contre le trafic humain, les bénéfices générés par ce trafic sont estimés par l’OIT (Organisation Mondiale du Travail) à 150 millions de dollars par an. Cette estimation a été révélée lors d’un forum organisé par le gouvernement de l’État d’Oyo (Nigéria) et l’ONG Live Abundantly Empowerment Initiative. Cette ONG concentre ses efforts sur l’éradication du Nigeria du trafic humain.

Les représentants du gouvernements sensibles à une cause de premier ordre

Le gouvernement d’Oyo en a appelé aux actionnaires pour aider l’éradication du trafic humain au Nigeria. L’argument est que ces derniers seraient en haut d’une longue chaîne de décisions qui implique hommes et femmes d’affaires, étudiants, élèves, parents, travailleurs du privé et dans une certaine mesure du public. Dans son adresse, la Première Dame de l’état d’Oyo, Madame Florence Ajimobi, a rappelé la statistique de l’OIT. Le trafic humain rapporterait 150 millions de dollars de bénéfice par an. Il serait le troisième commerce illégal le plus lucratif à l’échelle mondiale. Sans complaisance, elle a déploré sa permanence sur le territoire nigérian malgré tous les efforts mis en place pour l’éradiquer.

Madame Florence Ajimobi a comparé le trafic humain à l’esclavage passé. Selon elle, les proportions des deux problèmes ne sont pas si éloignés. Elle a ainsi décrit le trafic humain comme un problème massif, mondial, auquel peu de pays échappent réellement. Elle a rappelé que des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants se retrouvaient entre les mains de trafiquants chaque année. Souvent, a-t-elle fait valoir, ces gens sont piégés par des offres d’emploi. Les trafiquants leur promettent des emplois corrects et la possibilité de soutenir leur famille pour de bon. D’autres sont kidnappés ou enrôlés de forces. D’autres enfin en viennent à vendre leurs enfants pour survivre. Dès lors, c’est leur identité qu’il finissent par perdre, usés et abusés de toutes parts.

L’ONG plébiscite avant tout des mesures à destination des populations

C’est dans cette perspective que le gouvernement a décidé de s’associer avec l’ONG Live Abundantly Empowerment Initiative. Le Docteur Ama Onyerinma est fondatrice de l’ONG. Lors du forum, elle n’a pas mâché ses mots, affirmant que le trafic humain était un phénomène qui détruisait littéralement l’humanité. Elle a ajouté que la loi seule était impuissante à répondre à ce mal. Selon elle, un travail de fond passant par le lobbying, la prise de conscience et l’éducation est nécessaire.

La présidente a comparé le trafic humain à une plaie profonde et douloureuse, pour signaler que 20,9 millions de personnes vivaient dans cette plaie. Cette plaie, a-t-elle ajouté, constitue une violation des droits humains car ses victimes deviennent de plus en plus vulnérable. Le gouvernement a appuyé ces affirmations. Il s’est engagé sur le volet éducation et prise de conscience. Des financements à destination de diverses associations dans les centres urbains seraient déjà prévus. La poursuite judiciaire des auteurs de ce type de crime a également été mise en avant. Ce forum a ainsi été le lieu de multiples déclarations de principes très fortes. Reste à voir la manière dont ces dernières seront suivies à l’avenir.

Lire la suite

Articles

Le financement des milices iraniennes

le

milices iraniennes

Le réseau des milices iraniennes développe son indépendance économique suite aux problèmes économiques de leur bienfaiteur

Le trafic d’essence est un des modes de financement principal choisi par les milices iraniennes. L’armée libanaise a par exemple arrêté 20 personnes dans la vallée de Bekaa début juillet et saisi 18500 litres d’essence. Cette zone de passage poreuse avec la Syrie est contrôlée par le Hezbollah. Cette milice est vraisemblablement à l’origine de ce trafic. Il est par ailleurs évident que l’essence saisie n’est qu’une infime partie du trafic à destination de la Syrie. Le Hezbollah nie évidemment toute implication dans cette contrebande.

Les milices iraniennes se diversifient

Il serait pourtant logique que les milices iraniennes diversifient leurs sources de revenus. En effet l’Iran est dans une situation difficile économiquement. Le pays ne peut donc pas financer ses alliés aussi facilement qu’il le faisait auparavant. Les groupes actifs dans la région doivent donc trouver de nouvelles façons de lever des fonds. Le problème se pose aussi pour le groupe Hashed Al-Shaabi en Irak. Cette milice chiite est aujourd’hui un acteur majeur de la vie politique irakienne. Ces derniers se sont tourné vers la banque et la contrebande et ils collaborent parfois avec leurs alliés du Hezbollah.

Hashed Al-Shaabi se finance notamment en prêtant de l’argent et en touchant des intérêts très élevés sur certains types de prêts. Le groupe contrôle également certains postes frontières et ports en Irak. La milice peut ainsi prélever des pots-de-vin sur le passage de marchandises et de visiteurs. De son côté le Hezbollah est aussi depuis longtemps accusé de participer au trafic de drogue en Europe et en Amérique Latine. Il s’appuierait sur la diaspora libanaise dans ces pays pour lever des fonds. En plus de ce trafic de drogue le groupe se livrerait à des opérations boursières en jouant sur la dévaluation de la monnaie libanaise pour faire des profits.

Diversification contre autonomisation

La collaboration de ces deux organisations est d’ailleurs intéressante ; il semblerait que Hashed Al-Shaabi ait transféré 50 millions de dollars sur 20 ans au Hezbollah avant que leur propre situation se détériore. Aujourd’hui la coopération demeure mais l’argent cesse d’affluer. Leurs échanges se font plus en terme de formation pour les miliciens, d’armes syriennes ou de collaboration militaire sur le terrain. Les deux organisations sont donc forcées de se tourner d’avantage vers le marché illégal pour se financer. Le financement de véritables armées de miliciens coûte en effet beaucoup d’argent.

Malgré tout le soutien iranien ne risque pas de disparaître car la relation du pays et de ces groupes est symbiotique. La diversification des revenus n’a pas pour objectif une prise d’indépendance totale de ces structures. Certains pensent même que le soutien continu du pays à ces armées privées pourrait provoquer la chute du régime face à une aggravation de la situation économique. En somme cette évolution de la situation ne signifie pas pour l’instant une réorganisation de la relation du pays avec ses groupes armés.

Lire la suite

Articles

Trafic de véhicules en Bolivie

le

trafic de véhicules

La Bolivie est en proie à une explosion du trafic de véhicules venu de l’étranger qu’elle semble incapable d’arrêter

Les forces de l’ordre boliviennes ont récemment renforcé leur action dans la lutte contre le trafic de véhicules. Malheureusement il semble que les agents aient été mis en échec par les trafiquants. En effet le problème n’a fait que s’aggraver au cours de l’année. Les médias boliviens ont par ailleurs révélé le 18 juillet dernier que la vente illégale de véhicules proliférait en ligne. Le pays semble être dans une impasse face à ce problème.

Trafics de véhicules et chuteros

Ces véhicules vendus illégalement et sans documentation sont surnommés les chutos. Le problème prolifère notamment sur internet ; on comptabilise une vingtaine de sites dédiés uniquement à ce type de vente. On peut par ailleurs sans problème trouver ce type de véhicules sur instagram ou sur facebook dans des groupes dédiés. Ce phénomène est si populaire qu’il a généré un type de danse sur la plateforme TikTok. Le président de la Chambre du Commerce Automobile Luis Encinas révèle que 350 000 chutos circuleraient dans le pays. Le responsables de ce trafic de véhicules sont appelés les chuteros. Ils font entrer ces voitures dans le pays depuis le Chili, l’Argentine, le Pérou, le Paraguay et le Brésil.

On comprends tout de suite l’intérêt de ces ventes quand ont sait que ces véhicules peuvent s’acquérir pour la moitié du prix d’un véhicule légal. En juin le gouvernement a promis d’accroître la sécurité aux frontières pour stopper tout type de contrebande. Cependant dès le 9 juin les chuteros ont tendu une embuscade à un véhicule militaire dédié à la lutte contre la contrebande. Cette attaque a eu lieu à Patacamaya à l’ouest de La Paz. Les soldats se sont retrouvés prisonniers du véhicules et ont dû être libérés par d’autres patrouilles. Les vitres de leur voiture ont été brisées, leurs armes et téléphones ont été volés.

Militarisation du problème

Cette lutte contre la contrebande est rendue plus complexe encore par les affaires de corruption. À la mi-juillet l’unité responsable de cette lutte a été démantelée par le ministre de la Défense suite à des affaires de corruption. De plus la pandémie n’a pas ralenti le trafic comme dans d’autres pays, mais l’a renforcé. Les douanes boliviennes rapportent qu’entre janvier et juin 2021 la saisie de voitures de contrebande représente 19 millions de dollars. Le trafic de véhicule aurait par ailleurs doublé entre 2019 et 2020.

La réponse du gouvernement bolivien face à tout type de trafic a souvent été la militarisation de la réponse. Cette tactique n’a eu que peu d’effet. Il y a dix ans une patrouille de 15 soldats avaient par exemple dû fuir après s’être fait chasser par un groupe plus important de chuteros. Par ailleurs suite à la pandémie de nombreuses personnes ne trouvant pas de travail se tournent vers le marché noir. Malheureusement le gouvernement semble reproduire ses pratiques habituelles. L’installation de 19 checkpoint militaires à la frontière avec le Chili ont été annoncées, ainsi que six autres à la frontière péruvienne. Cette militarisation des frontières n’est pas une nouveauté et ne fait qu’accélérer le processus déjà engagé dans cette lutte inefficace contre les trafics.

Lire la suite

Articles

États-Unis : Le tunnel sous-marin des cartels

le

tunnel sous-marin

Un tunnel sous-marin destiné au passage de la drogue a été découvert sous le Rio Grande entre le Texas et le Mexique

La DEA est responsable de cette découverte peu commune. Les cartels utilisent fréquemment des tunnels pour faire passer de la drogue ou pour leur trafic d’êtres humains. Cependant ces tunnels se contentent souvent de passer sous les barrières de la frontière. Ce cas est particulier car un tunnel sous-marin implique d’avoir un savoir-faire particulier et nécessite donc plus de temps et d’argent à construire.

Un tunnel sous-marin sous le Rio Grande

L’agent Richard Sanchez de la DEA est le responsable de l’organisation pour la région du Rio Grande. Il souhaite souligner que les organisations responsable de cette construction n’ont aucun problème pour réaliser ce genre d’ouvrages complexe ; « Ces organisations ont le capital. Elles sont aussi les ressources et les ingénieurs pour déterminer si c’est constructible, elles ont le temps ». Ces tunnels ingénieux sont depuis longtemps un élément majeur des techniques utilisées par les cartels. On se souvient par exemple des évasions audacieuses d’El Chapo Guzman.

Depuis les années 1990, les services de protection de la frontières auraient découvert près de 200 tunnels ; armes, humains, argent, drogues, tout passe par ces constructions. Cependant selon Sanchez ces tunnels sont plutôt une spécialité de la côte ouest ; en Californie ou en Arizona. Ce tunnel sous-marin texan est donc une prise singulière pour les forces de l’ordre. Il semblerait que cette découverte remonte à août dernier, bien que la nouvelle n’ait été annoncée que récemment. L’armée mexicaine est à créditer pour la découverte de l’entrée.

Un projet ambitieux et inhabituel

Les cartels ont probablement passé leur « commande » à Matamoros. L’ouvrage a en suite débuté du côté mexicain. On sait aujourd’hui que l’objectif était d’atteindre une usine de traitement de l’eau à Brownsville. En cas de réussite il aurait été le premier tunnel de la région. Malheureusement pour le cartel il semble que les constructeurs aient eu des problèmes. Malgré les générateurs alimentant un système de ventilation sophistiqué et des pompes, l’eau s’infiltrait dans le tunnel sous-marin.

Il semble que les trafiquants aient choisi cette zone pour la quantité de végétation les dissimulant. Les patrouilles y sont aussi moins fréquentes qu’à l’embouchure du Rio Grande vers Boca Chica. Ce tunnel sous-marin a beau être inhabituel il ne s’agit pas d’une réelle nouveauté. Dès 2002, le Homeland Security Act avait en effet été amendé pour renforcer la surveillance de ces tunnels. On estime qu’un tunnel tel que celui-ci coûte un million de dollars aux trafiquants. Cet ouvrage devient alors rapidement rentable ; dès le passage de deux cargaisons de drogue.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending