Connect with us

Trafic de drogue

La Chine à l’origine de la crise du Fentanyl ?

le

Les discussions entre la Chine et les États-Unis sur la question des drogues de synthèse comme le Fentanyl est une source supplémentaire de tensions

Les tensions actuelles entre la Chine et les États-Unis liées à la guerre économique font parfois oublier une autre source de problèmes ; le trafic illégal de drogues de synthèse. Les États-Unis soutiennent que des opiacés produits en usine, de puissants anti-douleurs très consommés par leurs citoyens, seraient fabriqués en chine et vendus depuis ce pays. Le principal de ces antidouleur est le Fentanyl ; il est 50 à 100 fois plus puissant que la morphine. Ce médicament est seulement autorisé aux États-Unis pour le traitement de douleurs extrêmes comme dans des cas de traitement du cancer.

Le Fentanyl : un problème diplomatique

Le président Trump a dénoncé publiquement le rôle de la Chine dans la crise du Fentanyl. De son côté la Chine n’a pas nié l’existence d’un problème. Cependant les autorités ont nié les affirmations que le pays serait le principal producteur. Selon un haut responsable chinois, Yu Haibin de la Commission de Contrôle National des Narcotiques, il n’existe aucune preuve. Selon lui les accusations du président Trump sont inacceptables et irresponsables.

Monsieur Yu avait auparavant mentionné la consommation croissante de drogues aux États-Unis comme le véritable problème. Il a également suggéré qu’un meilleur partage des renseignements avec la Chine serait bénéfique. Il n’y a pas de doute que beaucoup de ces médicaments sont produits en Chine, mais il est difficile de quantifier le problème. Par ailleurs, malgré les accusations la Chine n’a pas attendu pour agir contre ce problème.

Une substance en constante évolution

Ces drogues de synthèse ne sont pas chères à produire. Elles sont vendues par internet et envoyées par la poste. Le paquet entre alors directement aux États-Unis ou passe par les réseaux de trafiquants au Mexique. À leur arrivée elles peuvent être mélangés en très petites doses avec d’autres drogues, mais surtout avec l’héroïne, pour en augmenter la puissance. Selon le Service anti-drogue des États-Unis ; « le Fentanyl est potentiellement mortel, même à très petite dose. Une ingestion d’une quantité aussi faible que 0,25mg peut être fatale ».

Il est également relativement facile d’altérer sa structure chimique pour produire des substances similaires ; les Fentanyl analogues. Ceci permet de contourner les contrôles légaux. Selon le bureau des Nations-Unies pour la drogue et le crime ; « les possibilités innombrables de créer de nouveaux composants par de petits changements dans la structure chimique pose un problème croissant dans le contrôle international du commerce d’opiacés ».

Un problème international

Les États-Unis sont de plus en plus inquiets de la consommation d’opiacés comme drogue. Ils ont désormais classé tous les produits liés au Fentanyl dans la liste des drogues les plus dangereuses. Dans sa déposition devant le Congrès la secrétaire d’état adjoint Kirsten Madison a décrit la situation comme « la plus grave crise liée à la drogue » que le pays ait jamais connu. Selon elle en 2017 plus de 40 % des 72 000 morts par overdoses aux EU sont liés au Fentanyl. Cependant le problème est aussi en augmentation en Europe et au Canada.

Les États-Unis clament haut et fort que le Fentanyl est produit massivement en Chine. Même si les autres pays ne sont pas aussi accusateurs ils reconnaissent que le pays est sans doute un gros producteur. De plus malgré leurs protestations les autorités chinoises ont déjà lancé des mesures pour résoudre le problème ; ils ont notamment amélioré le contrôle des substances de base dans la production du Fentanyl. Peut-être serait-il plus productif d’améliorer la coopération internationale plutôt que de chercher un responsable à tout prix. De plus tant que la demande sera importante on peut douter du fait qu’il existe un moyen de stopper ce trafic.

Lire la suite

Articles

Alabama : projet de loi sur les écoutes téléphoniques

le

L’Alabama espère mettre en place une nouvelle loi sur les écoutes téléphoniques pour lutter contre les trafiquants de drogue de haut niveau

Les parlementaires de l’Alabama espèrent que cette loi sur les écoutes téléphoniques portera ses fruits rapidement et permettra de freiner l’afflux de drogues dans l’État. Le 21 mars dernier le parlementaire républicain Rex Reynolds a proposé le projet de loi HB275. Cette proposition autoriserait les écoutes téléphoniques d’individus suspectés de commettre, d’avoir commis ou d’être sur le point de commettre des crimes liés à la drogue.

Des écoutes téléphoniques qui font polémique

Une loi similaire sur les écoutes téléphoniques existe déjà au niveau fédéral. Cependant HB275 donnerait l’autorisation à l’Agence des Forces de l’Ordre d’Alabama (ALEA) de posséder les appareils et de les utiliser. Ce n’est pas la première fois que l’Alabama tente de faire passer une loi sur les écoutes téléphoniques à l’échelle de l’État. Reynolds a déclaré que des projets de lois similaires ont été proposés lors de plusieurs séances parlementaires ; toutes ont été rejetées jusqu’à présent.

Selon Reynolds ; « Je pense que les anciens projets de loi n’avaient pas assez de mesures de contrôle. Elles étaient peut-être trop imprécises et les citoyens et parlementaires de l’époque n’ont sans doute pas voulu donner de si vastes pouvoirs aux forces de l’ordre ». Reynolds espère que la très grande attention portée à HB275 sera ce qui lui permettra d’être ratifiée. Le projet de loi a été envoyée aux Avocats d’Alabama, au Procureur, au Procureur Général et à toutes les associations d’agences de forces de l’ordre pour recueillir leurs avis et amendements.

Les trafiquants de haut niveau dans le viseur

Selon Reynolds ; « Nous avons eu quelques petits amendements en cours de rédaction. Il y aura sans d’autres amendements. Nous resterons attentifs ». Le parlementaire insiste sur le fait que ceci vise spécifiquement les écoutes téléphoniques dans les affaires de drogue. Les suspects d’autres affaires ne sont pas concernés. Le projet de loi va jusqu’à interdire à d’autres agences de forces de l’ordre que l’ALEA de posséder les appareils. Ces appareils étant définis par le projet de loi comme ; « Un ou des appareils prévus principalement pour être utilisés pour l’interception non-consensuelle de communications filaires, orales ou électroniques ».

Par ailleurs le texte actuel limite la possession, la propriété, l’installation, l’utilisation et la surveillance des écoutes téléphoniques aux enquêteurs ayant ; « complété avec succès une formation sur les aspects légaux et techniques de l’interception de communication ». Selon Reynolds les cibles principales sont les trafiquants de drogue de haut niveau ; ceux que l’on soupçonne de transporter de grande quantité de drogues. Selon Reynolds ; « nous n’écouterons pas les conversations du gars qui vend quelques grammes au coin d’une rue ».

Lire la suite

Articles

Virginie occidentale : Un réseau de trafiquants démantelé

le

Ces deux personnes étaient impliquées dans une organisation de trafiquants de drogues et ont été déclarées coupable par un tribunal fédéral

Le procureur fédéral Thomas Cullen et le procureur de Virginie Mark R. Herring ont annoncé la nouvelle par communiqué de presse. Ils ont aussi ajouté que le duo avait participé aux trafic de nombreuses drogues différentes ; méthamphétamine, héroïne, oxycodone et cocaïne. Leur territoire s’étendait de la Géorgie à la Virginie Occidentale.

Deux trafiquants au centre du réseau

Andrea Augusta Woodward, 50 ans résidant à de Big Stone Gap a été condamnée à 48 mois de prison lors d’une audience du tribunal de Abingdon. Woodward avait déjà plaidé coupable à une accusation de possession avec intention de distribuer de l’oxycodone. Son complice est Paul Thomas Jones, 26 ans, habitant à Pennington Gap. Il a été condamné à 18 mois de prison. L’homme avait également plaidé coupable aux accusations de possession avec intention de distribuer de l’oxycodone.

Au total 11 personnes sont poursuivies pour leur participation à ce réseau de trafiquants de drogues. Deux accusés ont déjà été condamné plus tôt cette année. Trois autres devraient passer devant le tribunal dans les mois qui viennent. Les deux accusés principaux devraient être présentés devant le juge en septembre. Selon Cullen ; « L’oxycodone est une drogue extrêmement addictive et dangereuse. Les statistiques sont effrayantes : Il y a plus de personnes qui meurent d’overdoses chaque année que par n’importe quel autre cause y compris les accidents de voiture. »

La fin des trafiquants

Selon Herring ; « L’oxycodone est encore largement consommée dans tout le Commonwealth et en particulier en virginie occidentale. Nous travaillons d’arrache-pied avec nos partenaires des forces de l’ordre pour s’attaquer à ceux qui distribuent ce médicament sur ordonnance dans le Commonwealth ». Selon le dossier, les accusés du moment auraient cherché à se fournir à Watkinsville, Athens, Augusta et dans le sud ouest de la Virginie avant de revendre la drogue ailleurs.

L’organisation de trafiquants opérait principalement dans les comtés de Lee et Wise entre novembre 2016 et le 1er mars 2018. Les arrestations du 1er mars 2018 ont permis la saisie d’environ 197 grammes de méthamphétamine, de l’héroïne, de la cocaïne et de l’oxycodone. Woodward a avoué être responsable de la vente de plus de 1200 doses d’oxycodone sur toute la durée du trafic. Jones a reconnu la responsabilité de 381 doses. L’enquête a été menée en coopération avec une multitudes de services régionaux, nationaux et fédéraux.

Lire la suite

Articles

Sénégal : 2,7 milliards de Francs CFA de drogues incinérés

le

L’événement était organisé par les forces de défense et de sécurité.

Les forces de défense et de sécurité ont procédé, le lundi premier Avril à Kaolack à l’incinération d’une importante quantité de drogues, de produits prohibés ou impropres à la consommation. La valeur de ces produits détruits, dont notamment une importante quantité d’amphétamines, est estimée à près de 2,7 milliards de Francs CFA, soit 40 millions d’euros. Cette opération a eu lieu sous les yeux du gouverneur de la région et le procureur de la République de Kaolack, à l’ouest du Sénégal.

 Selon le représentant de la direction des douanes de la zone centre, Colonel Pape Faye, « le choix de cette cérémonie d’incinération dans un contexte de célébration de la fête de l’indépendance et de la jeunesse traduit l’intensification  des actions menées par les services concernés pour venir à bout de ce genre de trafic illicite qui a des conséquences néfastes sur la santé des populations, notamment la frange jeune qui constituent l’avenir de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale ».     

Venu présider cette cérémonie, le gouverneur Al Hassan Sall a rendu un vibrant hommage aux forces de défense et de sécurité engagé dans la lutte contre la drogue et les produits prohibés.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages