Connect with us

Trafic de drogue

La Chine à l’origine de la crise du Fentanyl ?

le

Les discussions entre la Chine et les États-Unis sur la question des drogues de synthèse comme le Fentanyl est une source supplémentaire de tensions

Les tensions actuelles entre la Chine et les États-Unis liées à la guerre économique font parfois oublier une autre source de problèmes ; le trafic illégal de drogues de synthèse. Les États-Unis soutiennent que des opiacés produits en usine, de puissants anti-douleurs très consommés par leurs citoyens, seraient fabriqués en chine et vendus depuis ce pays. Le principal de ces antidouleur est le Fentanyl ; il est 50 à 100 fois plus puissant que la morphine. Ce médicament est seulement autorisé aux États-Unis pour le traitement de douleurs extrêmes comme dans des cas de traitement du cancer.

Le Fentanyl : un problème diplomatique

Le président Trump a dénoncé publiquement le rôle de la Chine dans la crise du Fentanyl. De son côté la Chine n’a pas nié l’existence d’un problème. Cependant les autorités ont nié les affirmations que le pays serait le principal producteur. Selon un haut responsable chinois, Yu Haibin de la Commission de Contrôle National des Narcotiques, il n’existe aucune preuve. Selon lui les accusations du président Trump sont inacceptables et irresponsables.

Monsieur Yu avait auparavant mentionné la consommation croissante de drogues aux États-Unis comme le véritable problème. Il a également suggéré qu’un meilleur partage des renseignements avec la Chine serait bénéfique. Il n’y a pas de doute que beaucoup de ces médicaments sont produits en Chine, mais il est difficile de quantifier le problème. Par ailleurs, malgré les accusations la Chine n’a pas attendu pour agir contre ce problème.

Une substance en constante évolution

Ces drogues de synthèse ne sont pas chères à produire. Elles sont vendues par internet et envoyées par la poste. Le paquet entre alors directement aux États-Unis ou passe par les réseaux de trafiquants au Mexique. À leur arrivée elles peuvent être mélangés en très petites doses avec d’autres drogues, mais surtout avec l’héroïne, pour en augmenter la puissance. Selon le Service anti-drogue des États-Unis ; « le Fentanyl est potentiellement mortel, même à très petite dose. Une ingestion d’une quantité aussi faible que 0,25mg peut être fatale ».

Il est également relativement facile d’altérer sa structure chimique pour produire des substances similaires ; les Fentanyl analogues. Ceci permet de contourner les contrôles légaux. Selon le bureau des Nations-Unies pour la drogue et le crime ; « les possibilités innombrables de créer de nouveaux composants par de petits changements dans la structure chimique pose un problème croissant dans le contrôle international du commerce d’opiacés ».

Un problème international

Les États-Unis sont de plus en plus inquiets de la consommation d’opiacés comme drogue. Ils ont désormais classé tous les produits liés au Fentanyl dans la liste des drogues les plus dangereuses. Dans sa déposition devant le Congrès la secrétaire d’état adjoint Kirsten Madison a décrit la situation comme « la plus grave crise liée à la drogue » que le pays ait jamais connu. Selon elle en 2017 plus de 40 % des 72 000 morts par overdoses aux EU sont liés au Fentanyl. Cependant le problème est aussi en augmentation en Europe et au Canada.

Les États-Unis clament haut et fort que le Fentanyl est produit massivement en Chine. Même si les autres pays ne sont pas aussi accusateurs ils reconnaissent que le pays est sans doute un gros producteur. De plus malgré leurs protestations les autorités chinoises ont déjà lancé des mesures pour résoudre le problème ; ils ont notamment amélioré le contrôle des substances de base dans la production du Fentanyl. Peut-être serait-il plus productif d’améliorer la coopération internationale plutôt que de chercher un responsable à tout prix. De plus tant que la demande sera importante on peut douter du fait qu’il existe un moyen de stopper ce trafic.

Lire la suite

Articles

Peine de mort pour 15 g de Syabu

le

15 g de Syabu

La police fédérale birmane demande que la peine de mort pour 15 g de Syabu soit ajoutée à la liste des condamnations possibles

La police fédérale exige un changement des lois régissant la lutte contre le trafic de drogue. Ces derniers veulent que 15 g de Syabu soient considérés comme une dose suffisant pour caractériser un rôle de trafiquant. Ceci leur permettant de demander la peine de mort. Selon Ayob Khan Mydin Pitchay, les toxicomanes utilisaient auparavant de l’héroïne, mais se tournent aujourd’hui vers le Syabu. Ayob Khan est le directeur du département d’enquête criminelle pour les narcotiques de Bukit Aman.

Le débat sur les 15 g de Syabu

Jusqu’ici le trafic de drogue est caractérisé pour 15 g d’héroïne et permet donc de demander la peine de mort. Cette quantité est pour l’instant fixée à 50 g pour l’ecstasy et le Syabu. Ces règles sont fixées par la Loi sur les drogues dangereuses. L’héroïne et la morphine sont les principales cibles de cette loi. Cette dernière fixe aussi les quantités à partir desquelles une substance relève du trafic de drogue.

Ainsi la loi fixe le trafic de drogue à 40 g pour la cocaïne, 50 g pour les amphétamines, 200 g pour le cannabis. Ces déterminations semblent assez arbitraires, mais les policiers veulent malgré tout s’en servir pour renforcer leurs outils législatifs. Selon Ayob Khan cette proposition a été faite au ministère de l’Intérieur et va être soumise pour étude au bureau du procureur général.

Une obsession birmane

Selon le policier son département a listé près de 60 substances interdites servant à produire des drogues comme le Syabu, la kétamine, le yaba et les pilules de kuda. Cette liste d’apparence impressionnante représente cependant seulement une fraction des 900 produits interdits dans la plupart des autres pays. Ayob Khan a annoncé qu’ils allaient aussi renforcer les contrôles aux frontières pour stopper l’arrivée de cannabis thaïlandais. Le pays voisin a récemment légalisé le fait de faire pousser pour sa consommation personnelle de cannabis.

Il semble que cette décision ait provoqué une véritable frénésie dans les rangs de la police birmane. Ces derniers ont saisi 860 kg de cannabis en une seule journée. On peut cependant se demander si le fait de menacer davantage de personnes avec une peine de mort résoudra les problèmes d’addiction. Sur une note plus optimiste la police précise que la décision du gouvernement d’abolir les peines de mort obligatoires pour certains crimes ne les empêchera pas de faire correctement leur travail.

Lire la suite

Articles

Extradition du lieutenant du El Chapo d’Asie

le

El Chapo d’Asie

Ce lieutenant du El Chapo d’Asie a été extradé en Australie après avoir passé plus de dix sur la liste des personnes les plus recherchées

L’homme a récemment été vu menottes aux poignets et habits de luxe sur le dos. Il est accusé d’avoir trafiqué 40 kg de drogues, principalement de la métamphétamine, à Melbourne. Ce baron de la drogue se nomme Chung Chak Lee. L’homme de 66 ans est notamment connu comme le bras droit du El Chapo d’Asie ; Chi Lop Tse. Lee a été arrêté à Bangkok en octobre dernier et a passé 18 mois à attendre son extradition dans les prisons thaïlandaises.

6e sur la liste des personnes les plus recherchées

Selon la police australienne, il serait à la tête d’un véritable empire surnommé l’Entreprise. Il serait responsable d’un réseau de trafic de drogue de plus de 23 milliards de dollars. Seul son ancien patron aurait été à même de concurrencer son importance. Cette arrestation va porter un coup majeur à son cartel. Ces derniers sont responsables de 70 % de la métamphétamine entrant dans le pays depuis l’Asie. Le lieutenant du El Chapo d’Asie est aussi soupçonné de blanchir son argent via le Crown Casino.La police australienne a passé dix ans à sa poursuite. Ils ont collaboré avec 20 pays dans l’espoir de la capturer. Il était alors en 6e position sur la liste des personnes les plus recherchées. Les agents n’ont donc pas manqué de manifester leur satisfaction de voir le criminel enfin entre leurs mains. Selon eux cette arrestation montre que personne ne peut s’en tirer après avoir commis un crime : pas même les barons de la drogue.

La fin du bras droit du El Chapo d’Asie

Lee a été présenté devant le tribunal de Melbourne, mais le procès est actuellement retardé du fait d’un conflit d’intérêts de son avocat. Son arrestation remonte à janvier 2021. Il avait alors été arrêté dans un avion aux Pays-Bas après que l’Australie ait effectué une demande de mandat d’arrêt international auprès d’Interpol. Lee est un citoyen canadien né en Chine et est considéré comme l’un des plus gros trafiquants de métamphétamine du monde.

Il serait également à la tête d’une alliance de cinq triades chinoises. Ces dernières trafiquent toutes les drogues imaginables depuis les laboratoires géants du Triangle d’or. Près de 20 pays collaboraient au sein de l’opération Kungur depuis 2019 pour l’arrêter. Cette opération n’a pas été facile, l’homme préférant faire profil bas. Il était apparemment aussi protégé par des kickboxeurs thaïlandais lui servant de gardes du corps. Malgré tout Lee était très dépensier. Il aurait parié jusqu’à 85 millions de dollars en une nuit dans un casino de Macau.

Lire la suite

Articles

Un yacht de luxe et deux tonnes de cocaïne

le

yacht de luxe

Un homme arrêté à bord d’un yacht de luxe avec deux tonnes de cocaïne a été condamné à 18 ans de prison

Andrew Cole est le citoyen britannique ayant tenté de traverser l’océan Atlantique avec une énorme cargaison de cocaïne. L’achat d’un yacht de luxe pour le transport de la drogue ne leur a cependant pas porté chance. L’homme a déclaré avoir tenté l’aventure pour que son «boss» soit fier de lui. L’aventure aurait commencé l’année dernière à Barbados. Ils ont ensuite chargé la cargaison depuis un autre navire au Suriname avant de se lancer dans la traversée de l’Atlantique. L’objectif aurait été d’atteindre l’île de Wight.

Deux tonnes de cocaïne stoppées en haute mer

On estime aujourd’hui que la valeur des deux tonnes de cocaïne dépasse les 188 millions d’euros. Cette traversée rocambolesque s’est faite à bord du yacht de luxe «Kahu». Ce navire de 37 mètres de long avait été acheté pour cet objectif précis. Le bateau a quitté Barbados en juillet pour retrouver un autre navire au large du Suriname. La drogue a alors été dissimulée à son bord et le Kahu s’est lancé dans la traversée de l’Atlantique. À son arrivée sur la route maritime au large de l’île de Wight l’objectif était de laisser les 200 paquets flotter dans des filets soutenus par plus de 100 gilets de sauvetage.

Une deuxième équipe devait alors partir de Southampton à bord d’un autre bateau pour récupérer Cole et la drogue. Le signal était «Le Willy est libre». Malheureusement pour eux, le yacht de luxe a été contrôlé en haute mer, dans les eaux internationales. Les bateaux rapides des douanes ont stoppé le navire le 9 septembre 2021. Le Kahu a alors été escorté jusqu’à Turnchapel Marina à Plymouth et la drogue a été déchargée par la police. Avant son arrestation Cole a tenté de détruire le téléphone satellite utilisé au cours de la traversée. Malheureusement pour lui les experts de la police ont réussi à réparer l’appareil.

La fin du yacht de luxe et de son équipage

À l’intérieur du téléphone on a retrouvé des photos de Cole plaisantant avec l’équipage et des messages à son «boss»; un certain Julio. Il rapporte dans ses messages avoir compté et vérifié la cargaison. Il exprime aussi son envie de rendre son chef fier de lui. Cole a même filmé les équipes des douanes arrivant vers eux. Il n’a cependant pas suivi les instructions de son chef lui ordonnant de jeter tous les téléphones à la mer. La cocaïne était emballée dans 2000 sachets imperméables. On estime que son taux de pureté était entre 60 % et 86 %.

La condamnation de Cole à 18 ans de prison n’a pas tardé à suivre. Son avocat a bien tenté de souligner qu’il n’était clairement pas le cerveau ni le responsable de l’organisation, mais sans effet. De leur côté les anciens propriétaires du yacht de luxe rapportent amusés que leurs connaissances leur ont envoyé de multiples messages inquiets. Le Kahu n’était pourtant plus en leur possession depuis 2013 et cette famille de Vancouver n’a rien à voir avec la découverte. Selon eux le choix du bateau pour cette aventure n’était pas insensé. Le Kahu est un navire fiable et pratique qui passe sous les radars, ce n’est pas un super yacht, il reste relativement discret.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending