Connect with us

Trafic d'armes

Embargo et armes illégales à Haïti

le

Une affaire de trafic d’armes devant les tribunaux états-uniens souligne l’importance du problème des armes illégales à Haïti malgré l’embargo

Un vendeur d’armes d’Orlando avait effectué une demande pour exporter des armes semi-automatiques et des gilets par-balles à Haïti. Les autorités des États-Unis lui avaient refusé l’autorisation. Ceci ne l’a pas empêché de placer une commande à une entreprise tiers au nom de la police haïtienne. Ces derniers avaient effectué une demande de matériel suite à une attaque. Junior Joseph, le vendeur d’Orlando, a prétendu avoir déjà obtenu les permis. Il est aujourd’hui accusé d’avoir conspiré avec un sénateur haïtien pour permettre l’exportation d’armes illégales et de munitions dans le pays.

Des armes illégales pour les gangs

Les armes à feu étaient dissimulées dans un camion Mitsubishi blanc qui a été exporté depuis Palm Beach jusqu’au port de Saint Marc le 30 août 2016. Junior Joseph et son frère Jimy seront présentés devant le tribunal de Fort Lauderdale. Ils sont notamment accusés d’avoir dissimulé dans ce camion ; 159 fusils à pompe de calibre 12, 5 AR-15 et deux Glock 17 de 9mm. Ils avaient également rempli le camion avec des vestes tactiques, des chaussures de police et 30 000 cartouches. Si ils sont jugés coupables ils risquent une lourde peine de prison. L’accusation de vente d’arme illégale à elle seule leur fait risquer 20 ans de prison, 250 000$ d’amende et 3 ans de liberté surveillée.

Cette affaire de trafic d’armes illégales à Fort Lauderdale souligne les échecs de l’embargo sur les armes imposé par les États-Unis à Haïti. Par ailleurs il faut aussi souligner le manque de volonté politique en Haïti de lutter contre le trafic d’armes. Malgré l’embargo mis en place depuis 1991 suite au coup d’État ayant chassé le président Bertrand Aristide, Haïti n’a pas réussi à se débarrasser de ce problème majeur. Des hommes politiques sont même accusés de fournir des armes aux gangs, tandis que d’autres s’en servent pour armer leurs milices privées.

Le non-respect de l’embargo

Une récente augmentation de la violence des gangs dans les quartiers d’Haïti a poussé les États-Unis et le canada à renouveler leurs mises en gardes au voyageurs. Les Nations Unies partagent leur inquiétude ; une annonce a été faite au conseil de sécurité précisant que leur mission sur place enquêtait sur un groupe de gangsters déguisés en policiers. Ces derniers auraient commis un massacre dans le quartier pauvre de La Saline.

La saisie des armes le 8 septembre 2016 est arrivée à un moment tendu de l’élection présidentiel. Le gouvernement provisoire s’était interrogé sur l’identité du commanditaire et le bénéficiaire de ces armes. De l’autre côté de la mer l’ATF a mené sa propre enquête et s’est rendue à Port-au-Prince pour inventorier la saisie. Ceci leur a permis de remonter jusqu’à Junior Joseph. Les autorités haïtiennes se sont elles concentré sur le port et sur les deux pistolets Glock manquant à la cargaison ; seules les boites vides ont été retrouvées.

Des trafiquants hauts placés

Les enquêteurs ont appris que Jospeh était venu personnellement à Haïti. Il avait essayé de faire passer la douane au camion à deux reprises mais avait échoué. Une femme, Sandra Thelusma, était ensuite venu à son aide. Deux jours avant la saisie elle a cependant éveillé les suspicions de la police. Elle s’obstinait à faire passer le camion Mitsubishi sans que les agents en vérifient le contenu. Thelusma a depuis été arrêtée à Haïti ainsi que Charles Durand, un cousin de Joseph. Il semble que ce dernier ait seulement aidé à charger les caisses sans en connaître le contenu.

Plusieurs anciens responsables gouvernementaux de la présidence de Michel Martelly font aussi parti des accusés ; des gradés de la police, un chef de la sécurité présidentielle et un proche du président. Il semble que le père de Joseph ait passé plus de 25 ans dans l’armée haïtienne ce qui pourrait expliquer ses contacts privilégiés. Il semble actuellement que les autorités haïtiennes aient trouvé des boucs émissaires. Cependant il n’est pas si évident que ces individus aient agis sans ordres. La question d’une application plus ferme de l’embargo reste donc ouverte.

Lire la suite

Articles

Inde : Usines d’armes à feu illégales

le

La ville de Meerut est en passe de devenir le nouveau centre de fabrication d’armes illégales dans la nord l’Inde pour les gangs de Delhi

Un raid a récemment été menée par une équipe spéciale de la police de Delhi. Ces agents sont spécialisés dans la lutte contre les centre de fabrication d’armes illégales. L’opération s’est déroulée sur le terrain du commissariat de Lisari Gate, dans le quartier Humayun Nagar de Meerut. Ce raid a attirée l’attention sur la place grandissante de la ville dans le commerce illégal d’armes à feu et leur fabrication. Auparavant les yeux étaient plutôt rivés sur Munger dans le Bihar.

Des raids à répétition

Ce raid a changé les choses notamment parce que les agents ont réussi à saisir une cinquantaine de pistolets et ont arrêté un trafic local présumé. Ce n’est cependant pas la première opération de la cellule spécialisée de la police de Delhi à Meerut. En octobre 2018 cette unité avait arrêté cinq personnes. Ces derniers étaient accusés de gérer une usine illégale d’armes à feux, également à Lisari Gate. Au total 84 pistolets avaient été saisis. En novembre 2019 une autre opération a eu lieu à Meerut. Cette fois deux pistolets en cours de fabrication et de nombreuses pièces destinées à la fabrication d’armes ont été saisies.

Les forces de l’ordre pensent que ce trafic a un effet délétère sur l’ordre dans la région. La facilité de se procurer une arme à feu de bonne qualité rend leur travail plus difficile. Auparavant les criminels devaient se fournir dans les états voisins du Bihar et du Madhya Pradesh. Il semble que pour se simplifier la vie les criminels se fournissent en pièces détachées dans les états voisins. Cependant l’assemblage et la fabrication a lieu désormais sur place.

Les trafiquants se délocalisent

Auparavant les armes à feu artisanales, bien que dangereuses, étaient de très mauvaise qualité. Ce n’est que récemment que la police a vu apparaître des armes de qualité professionnelle. Il semble qu’une des raisons avancées est que la police du Bihar et du Madhya Pradesh ait renforcé sa lutte contre ce trafic ; les criminels se sont donc déplacés dans un état voisin avec une forte demande. On estime qu’une arme artisanale coûte entre 1000 et 15000 roupies pour la fabriquer et est vendue entre 3000 et 5000 roupies. Cependant une arme de niveau industrielle coûte entre 3000 et 5000 et se vend entre 15 000 et 20 000 roupies.

L’Uttar Pradesh est considéré depuis un certain temps comme un centre de vente et de fabrication d’armes à feu. Les agences de force de l’ordre ont renforcée leur action en vue des élections qui s’annoncent. Cependant la situation est critique depuis longtemps. Il est dommage qu’il faille attendre des échéances électorales pour que la police se décide à résoudre un problème de sécurité publique.

Lire la suite

Articles

Ukraine : L’OSCE contre le trafic d’armes

le

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe va apporter son soutien à la lutte contre le trafic d’armes de munitions et d’explosifs en Ukraine

L’annonce a été rendue officielle ce 21 janvier dernier. L’augmentation du trafic d’armes dans le pays est à l’origine de cette décision. Deux autres projets de lutte extra-budgétaires sont aussi annoncés. Une cinquantaine de représentants d’agences gouvernementales ukrainiennes ont participé au lancement de ce projet à Kiev. Ceci inaugure la première intervention de l’OSCE dans la région.

Des projet soutenus par l’OSCE

Les projets existent sur une base de demande des autorités ukrainiennes et d’une évaluation de l’OSCE de 2018. Cette dernière a confirmé que le pays faisait face à des risques sécuritaires et de sûreté lié aux armes à feux, munitions et explosifs (AME). Le conflit dans la région du Donbass n’a fait qu’accentuer le problème. Ceci se manifeste par des possessions illégales, l’utilisation et le trafic de ces AME.

Les projets de lutte seront mis en place en partenariat avec le ministère de l’intérieur, la police nationale, les services de gardes-frontières et les douanes. Le ministre de l’intérieur, Serhii Goncharov a pris la parole lors de la réunion d’inauguration. Il a réitéré l’engagement des autorités nationales à améliorer la situation en ce qui concerne l’usage, la possession et les trafic des AME.

Une solidarité internationale

Selon Goncharov : « il est impossible de réduire le trafic d’armes sans des mesures préventives adéquates. Pour le ministère ceci signifie que le cycle de vie complet des armes doit être surveillé ; de leur fabrication à leur recyclage. A cette fin nous devons coopérer avec d’autres agences plus efficacement et utiliser toutes les ressources disponibles. » L’assistance programmée, entre autres, prévoit de renforcer les capacités des autorités ukrainiennes responsables. Ceci se fera notamment par un meilleur entraînement du personnel et la fourniture d’équipement spéciaux. S’y ajouterons l’amélioration de la coordination et des outils légaux, et en promouvant les normes internationales et les bonnes pratiques.

Selon Henrik Villadsen, le coordinateur de l’OSCE en Ukraine ; « Ces projets fournissent une approche totale quant à la façon de gérer la menace posée par les armes illégales, les munitions et explosifs. » Il ajoute que le rôle des ukrainiens est central dans ces projets. Grâce à des projets de ce genre des bases solides sont établies pour améliorer la vie et la sécurité des habitants. Les projets seront aussi géré par le secrétariat de l’OSCE et leur envoyé en Ukraine. Un soutien financier va être apporté par l’Union Européenne. D’autres pays comptent s’y joindre ; la France, l’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne et la Slovaquie.

Lire la suite

Articles

Kansas City se retourne contre les vendeurs d’armes

le

Kansas City et un groupe de promotion de la sécurité envers les armes à feu portent plainte contre divers commerces et individus accusés de trafic d’armes

Il semble que ces individus faisaient semblant d’ignorer que les armes étaient vendues illégalement. Le groupe portant plainte de concert avec la ville s’appelle « Fond de Soutien, Tous pour la Sécurité envers les Armes à feu ». Ce groupe national est le premier à porter plainte contre l’industrie des armes en plus de 10 ans. Selon la plainte, ce trafic d’armes à généré de graves problèmes à Kansas City ; cette ville est une de celles où le taux d’homicide est le plus haut du pays.

Une des villes les plus dangereuses du pays

Le maire Quenton Lucas a déclaré que les armes à feu illégales ont contribué à une augmentation du nombre de morts et de crimes. Ceci a sans surprise renforcé le sentiment d’insécurité des habitants. En 2019 la ville avait recensé 148 homicides, une augmentation nette depuis les 82 meurtres de 2014. Entre juin 2018 et mai 2019 le nombre d’homicide était de 29,66 pour 100 000 habitants. Ce taux est plus élevé que Chicago ou Washington D.C. En Décembre dernier le Département de la Justice a annoncé que les forces de l’ordre concentreraient leurs efforts sur sept villes dont Kansas City.

Le procès actuel vise un groupe ayant trafiqué au moins 77 armes à feu entre 2013 et 2018. De nombreuses armes ont été vendus à des repris de justice et ont été retrouvé sur des scènes de crime par la suite. Certaines sont d’ailleurs toujours dans la nature. Un ancien pompier, James Samuels, est désigné comme le chef de ce groupe. L’accusation pointe aussi le rôle du fabricant d’arme du Nevada Jimenez Arms. Plusieurs vendeurs d’armes locaux et individus ont cédé leurs armes à Samuels sans s’assurer de la légalité de la vente. Les entreprises ont sciemment ignoré qu’elles vendaient illégalement des armes.

Une faille dans la loi

Selon l’avocate du groupe plaignant, Alla Lefkowitz ; « Un trafiquant d’arme ne peut pas opérer seul. Il a besoin de fournisseurs et d’acheteurs de paille ». Selon elles nombre de plaintes similaires n’ont pu aboutir car une loi empêche les vendeurs et fabricants d’armes d’êtres tenus pour responsable si un crime est commis avec leur produit. Il existe cependant une exception faite pour ceux qui violent sciemment la loi au moment de la vente comme c’est le cas aujourd’hui.

Samuels est accusé depuis octobre 2018 d’avoir vendu de nombreuses armes à feu à d’anciens criminels. Il compte plaider non-coupable. Par ailleurs les parents de Alvino Dwight Crawford, tué en 2016, portent également plainte contre Samuels. Ils affirment qu’une des 77 armes vendues est celle qui a tué leur fils. Il est également demandé aux vendeurs d’armes de tenter de récupérer les armes illégales qui seraient encore en circulation. La ville demande aussi que soient remboursés les coûts des services d’urgences, de police et les coûts légaux généré par leur activité illégale.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages