Connect with us

Trafic d'êtres humains

New York : la prostitution en pleine mutation

le

La ville de New York essaye depuis longtemps de prévenir les risques de prostitution principalement chez les jeunes femmes et les adolescentes

Au cours d’un briefing confidentiel au quartier général de la police de New York, les chefs de départements ont demandé ce qu’il se passait avec « Snow ». Ceci n’était ni une allusion à la drogue ni à la météo. Ces hauts-gradés de la police faisaient référence à un groupe de criminels violents, bien que peu organisé, basé dans le Queens ; le gang Snow. Ces derniers se sont rendus célèbres pour leurs fusillades, meurtres, trafics de drogues, fraudes à la carte bancaire et plus récemment un réseau de prostitution en plein essor.

Le gang Snow condamné mais pas démantelé

L’année passée, suite à une enquête menée par la brigade des mœurs et des agents fédéraux, des membres du gang Snow ont été condamnés. Leur chef, David « Haze » Hightower, 25 ans, a été envoyé en prison pour trafic d’êtres humains. Les policiers pensent que le groupe a pris au piège de nombreuses adolescentes dans leur réseau de prostitution. L’affaire du gang Snow est le dernier effort en date de la police et des enquêteurs fédéraux pour s’en prendre à ce problème qui paraît insoluble.

Ces personne sont contraintes à la prostitution et parfois à travailler en même temps comme domestiques ou dans la restauration. Des enquêtes seraient en cours dans les cinq quartiers de New York et à Long Island. Le trafic d’êtres humains est un problème qui ne date pas d’hier à New-York. Dès le début du XXe siècle les rapports des agents signalent des problèmes de prostitution ; principalement chez les immigrés récents. Ces dernières sont souvent sous le contrôle de mafieux dans diverses enclaves ethniques.

L’esclavage moderne

Avec l’apparition de nouvelles lois et la prise de conscience internationale du problème que certains définissent comme de l’esclavage moderne, les départements de police se sont mis à travailler avec les procureurs locaux et les agences fédérales pour s’en prendre aux trafiquants. La police de New York fait ainsi partie d’un groupe de travail spécial avec le Département Fédéral de la Sécurité Intérieure. Selon Akil Baldwin du Département Fédéral de la Sécurité Intérieure ; « New York est l’épicentre de tout, le légal et l’illégal ».

Récemment Long Island a fait les gros titres pour des affaires de travail forcé comme celle de Varsha et Mahender Sabhani. Ce couple a été condamné en 2007 pour avoir maintenu leurs domestiques indonésiennes dans une situation d’esclavage à leur maison de Muttontown. Cependant aujourd’hui la plupart des affaires importantes se concentrent sur des cas de trafic sexuel d’adolescentes. Certains agents rapportent avoir croisé des cas de prostitués allant de 12 à 35 ans. Ces femmes sont parfois forcés d’avoir 25 à 30 rapports sexuels par jours.

De nouvelles victimes de la prostitution

Ces affaires étaient auparavant considérées comme la plaie des communautés immigrées asiatiques, russes et mexicaines. Cependant de plus en plus de cas concernent des adolescentes de la région et de la ville. Il semble que la plupart des victimes soient aujourd’hui originaires de New York. Il semblerait que les proxénètes les recrutent en passant par internet. Pour attirer les clients les trafiquants mettent leurs photos sur certains sites dédiés.

Selon les policiers certaines filles sont dans des situations de vulnérabilité et sont donc faciles à contrôler. Beaucoup ont un passé ou une jeunesse difficile que les proxénètes exploitent. La plupart de ces femmes viennent de milieux pauvres. Les trafiquants ciblent même parfois les centres d’aide aux adolescents en situation difficile. Malheureusement les lois ont beau être dures il n’est pas facile de monter des affaires. Souvent les personnes victimes de la prostitution ont du mal à faire confiance aux policiers et aux travailleurs sociaux. La route est encore longue malgré les efforts de la police de New York.

Lire la suite

Articles

Philippines : ventes d’organes sur les réseaux sociaux

le

Aux Philippines les trafiquants et les gens dans le besoin font de la publicité pour vendre des reins en bonne santé sur Facebook et Instagram

Tapez quelque chose comme «don de rein Philippines» ou «rein à vendre» dans la barre de recherche de Facebook. Vous devriez trouver d’innombrables messages de courtiers en organes, de malades atteints aux rein et de vendeurs pleins d’espoir. Tous souhaitent tirer parti de la portée des médias sociaux pour conclure un accord.

Des victimes criminalisées

Confronté à une facture d’hôpital imprévue après l’accouchement difficile de sa femme, Carlos n’avait pas les moyens de payer. Il ne savait pas où il pourrait trouver 14 000 pesos philippins (246 euros). Il s’est connecté à Facebook le 27 septembre 2019 et a posté un court message, afin de vendre un de ses reins. Un utilisateur l’a posté sur une page appelée Kidney Donor Philippines pour rechercher des donneurs de rein. La page a depuis été supprimée par Facebook. Un porte-parole de l’entreprise a déclaré ; «Nous supprimons ce contenu chaque fois que nous en prenons connaissance.»

Le trafic d’organes est un crime grave punissable d’une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison. Carlos a déclaré qu’il avait eu peur de vendre un de ses reins mais qu’il n’avait pas d’autre choix. Il prévoyait de dépenser l’argent en factures d’hôpital et dans une petite entreprise. Carlos a finalement réussi à emprunter de l’argent pour payer la facture de l’hôpital et n’a plus besoin de vendre son rein, mais cela pourrait changer. Si sa famille a de nouveau besoin d’argent à l’avenir il l’admet ; «Ma famille c’est le plus important dans ma vie. Ce sera toujours une option”.

Des reins sur Facebook

Le trafic d’organes n’est pas nouveau dans ce pays de l’Asie du Sud-Est. Depuis des décennies, il est connu comme un pays à haut risque en raison de sa grande expertise médicale et de ses nombreuses installations de transplantation. Ce qui est nouveau l’expansion dans le monde des réseaux sociaux. Facebook a plus de 66 millions d’utilisateurs dans le pays. Les agents ont du mal à suivre le rythme de trafiquants qui échangent derrière l’anonymat d’internet. Yvette T. Coronel est directrice adjointe du Conseil interinstitutionnel des Philippines. D’après elle ; « Le rein est l’organe le plus communément trafiqué en raison de sa forte demande sur le marché noir et du fait qu’un donneur peut survivre avec un seul rein. » Pour obtenir des donateurs, les trafiquants ne peuvent pas aller sur le dark web parce que beaucoup de gens ne peuvent y accéder.

La police ne pourra pas mettre fin à ce trafic toute seule. Des efforts sont aussi déployés dans les hôpitaux autorisés à effectuer des transplantations. Aux Philippines, le comité national d’éthique des greffes est chargé de veiller à ce que chaque don d’organe soit légitime et exempt de gains commerciaux.  Cependant, il a été signalé que certains professionnels de santé étaient responsables de transactions financières illégales. Ils appellent cela un « parcours tout inclus ». Cela signifie qu’ils vont recruter le donateur et prendre les dispositions nécessaires pour l’opération. Le paiement sera effectué par leur intermédiaire et ce sera à eux de le distribuer à l’équipe médicale. Avec l’expansion du commerce en ligne, les plates-formes populaires comme Facebook ou Instagram devraient être associées aux efforts déployés à l’échelle nationale pour l’éradication de la traite des êtres humains.

Lire la suite

Articles

Royaume-Uni : 39 corps et un camion

le

Les 39 corps ont été retrouvés dans un conteneur maritime à l’arrière d’un camion le 24 Octobre, des arrestations ont été effectuées

La police britannique a arrêté un homme à l’aéroport de Stansted vendredi dans le cadre d’une enquête sur la mort de 39 personnes. Ces dernières ont été découvertes dans un conteneur de transport dans le sud est de l’Angleterre.

Le mystère de la nationalité des victimes

Les autorités britanniques ont déclaré jeudi qu’elles pensaient que les défunts étaient des ressortissants chinois. L’ambassade de Chine au Royaume-Uni n’a pas encore vérifié ces informations. Cependant plusieurs familles vietnamiennes ont dit craindre que leurs proches disparus qui tentaient d’émigrer soient morts dans le conteneur. L’ambassade du Vietnam a déjà contacté la police d’Essex pour lui demander des informations sur l’identification des victimes. L’ambassade a aussi communiqué des informations émanant de ces familles à la British Crime Agency. Une famille a déclaré à la BBC qu’elle n’avait pas eu de nouvelles de sa fille depuis mardi, quand elle leur a envoyé un texto lui disant qu’elle ne pouvait plus respirer.

Le chef de police adjoint, Pippa Mills, a déclaré que la police ne commenterait pas les spéculations sur la nationalité des défunts ; « Je ne m’attarderai plus sur aucun détail tant que les procédures d’identification formelles approuvées par le médecin légiste n’auront pas eu lieu. » Selon les autorités, huit des victimes étaient des femmes, dont une adolescente et 31 des hommes. Les autorités ont également annoncé que les premiers examens post-mortem des corps commenceraient vendredi. Les ambulances ont commencé à déplacer les victimes depuis le port d’Essex vers des morgue dès jeudi.

Plusieurs personnes interpellées

Vendredi a eu lieu la troisième arrestation en lien avec l’affaire. Un peu plus tôt, les autorités avaient arrêté un homme et une femme de 38 ans à Warrington ; une ville de l’ouest de Manchester. La police d’Essex a découvert le conteneur mercredi matin dans un parc industriel situé à l’est de Londres. Le chauffeur du camion, un homme de 25 ans originaire d’Irlande du Nord, est toujours en garde à vue. Jeudi, la police d’Essex a publié plus de détails sur l’entrée du camion au Royaume-Uni ; le camion et le conteneur sont entrés dans le pays à des moments différents. Selon la police, le camion est arrivé d’Irlande au pays de Galles dimanche. Dans le même temps, le conteneur arrivait du port belge de Zeebrugge au port d’Essex sur la Tamise, peu après minuit mercredi matin.

La police a également confirmé que trois propriétés situées dans le comté d’Armagh, en Irlande, avaient été fouillées dans le cadre de leur enquête. Le chef de la police d’Essex, BJ Harrington, a publié une déclaration jeudi. Il affirme que l’enquête est l’une des plus importantes de l’histoire de la région. Il a également exprimé sa sympathie pour les familles des victimes. Le Royaume-Uni est une destination courante pour les migrants et des incidents tragiques similaires se sont produits dans le passé. En 2000, les corps de 58 ressortissants chinois ont été retrouvés étouffés dans un conteneur du port anglais de Douvres. Le conducteur du camion immatriculé aux Pays-Bas a été condamné à 14 ans de prison.

Lire la suite

Articles

Trafiquant d’enfants thaïlandais lourdement condamné

le

Un trafiquant d’êtres humains thaïlandais a été condamné à un record de 374 ans de prison pour trafic d’enfants et pédophilie

Yuttana Kodsap a été reconnu coupable de trafic d’enfants à des fins pornographiques après avoir incité des enfants de 7 à 12 ans à jouer à des jeux informatiques chez lui. Il a filmé des actes sexuels avec eux puis vendu les vidéos en ligne.

Peine de prison record

Un tribunal de la province thaïlandaise de Phang Nga, dans le sud de la Thaïlande, a condamné Yuttana Kodsap, 31 ans, à 374 ans de prison pour ses crimes. Il est aussi condamné à payer 800 000 bahts thaïlandais (un peu moins de 800 euros) à chacune de ses cinq victimes. Ces informations ont été fournies à la Fondation Thomson Reuters par la Cour de justice. C’est la deuxième fois où des pédocriminels sont condamnés à plus de 300 ans de prison.

L’année dernière le tribunal pénal a condamné trois hommes à 309 ans d’emprisonnement pour trafic d’enfants à des fins de prostitution. Dans les deux cas les tribunaux ont limité la peine d’emprisonnement à 50 ans conformément à la législation thaïlandaise. Papop Siamhan est avocat indépendant spécialisé dans la traite des êtres humains. Pour lui, les affaires de prostitution d’enfants entraînent de lourdes peines de prison car elles impliquent souvent plusieurs chefs d’accusation, et de nombreuses victimes. Selon lui « De longues peines de prison auront un effet dissuasif, car les gens auront peur de commettre de tels crimes. Les autorités et les juges seront également plus attentifs dans le traitement de ces cas. »

La Thaïlande félicitée pour ses efforts

Plus tôt cette année, les États-Unis ont félicité la Thaïlande dans leur rapport annuel sur la traite des personnes (TIP). Ils louent les lourdes peines de prison auxquels sont condamnés les trafiquants d’enfants et leurs complices. La Thaïlande a été classée dans la catégorie 2 dans ce rapport ; ceci signifie qu’elle déploie des efforts importants pour lutter contre ce crime. Depuis janvier dernier les tribunaux ont prononcé 170 peines d’emprisonnement dans des affaires de traite. Parmi elles, 74 condamnations de plus de 10 ans, selon la Cour de justice.

Archana Kotecha est la responsable de l’association caritative anti-esclavagiste Liberty Shared. Elle pense que les longues peines peuvent être un moyen de dissuasion efficace. Kotecha pense cependant que cela devrait s’accompagner de la saisie d’actifs pour indemniser les victimes « La dissuasion visant les biens des délinquants est probablement la plus efficace. Elle prend en compte la nécessité d’indemniser les victimes pour ce qu’elles ont enduré, et elle supprime les gains commerciaux réalisés par le délinquant.”

 

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages