Connect with us

Trafic d'êtres humains

New York : la prostitution en pleine mutation

le

La ville de New York essaye depuis longtemps de prévenir les risques de prostitution principalement chez les jeunes femmes et les adolescentes

Au cours d’un briefing confidentiel au quartier général de la police de New York, les chefs de départements ont demandé ce qu’il se passait avec « Snow ». Ceci n’était ni une allusion à la drogue ni à la météo. Ces hauts-gradés de la police faisaient référence à un groupe de criminels violents, bien que peu organisé, basé dans le Queens ; le gang Snow. Ces derniers se sont rendus célèbres pour leurs fusillades, meurtres, trafics de drogues, fraudes à la carte bancaire et plus récemment un réseau de prostitution en plein essor.

Le gang Snow condamné mais pas démantelé

L’année passée, suite à une enquête menée par la brigade des mœurs et des agents fédéraux, des membres du gang Snow ont été condamnés. Leur chef, David « Haze » Hightower, 25 ans, a été envoyé en prison pour trafic d’êtres humains. Les policiers pensent que le groupe a pris au piège de nombreuses adolescentes dans leur réseau de prostitution. L’affaire du gang Snow est le dernier effort en date de la police et des enquêteurs fédéraux pour s’en prendre à ce problème qui paraît insoluble.

Ces personne sont contraintes à la prostitution et parfois à travailler en même temps comme domestiques ou dans la restauration. Des enquêtes seraient en cours dans les cinq quartiers de New York et à Long Island. Le trafic d’êtres humains est un problème qui ne date pas d’hier à New-York. Dès le début du XXe siècle les rapports des agents signalent des problèmes de prostitution ; principalement chez les immigrés récents. Ces dernières sont souvent sous le contrôle de mafieux dans diverses enclaves ethniques.

L’esclavage moderne

Avec l’apparition de nouvelles lois et la prise de conscience internationale du problème que certains définissent comme de l’esclavage moderne, les départements de police se sont mis à travailler avec les procureurs locaux et les agences fédérales pour s’en prendre aux trafiquants. La police de New York fait ainsi partie d’un groupe de travail spécial avec le Département Fédéral de la Sécurité Intérieure. Selon Akil Baldwin du Département Fédéral de la Sécurité Intérieure ; « New York est l’épicentre de tout, le légal et l’illégal ».

Récemment Long Island a fait les gros titres pour des affaires de travail forcé comme celle de Varsha et Mahender Sabhani. Ce couple a été condamné en 2007 pour avoir maintenu leurs domestiques indonésiennes dans une situation d’esclavage à leur maison de Muttontown. Cependant aujourd’hui la plupart des affaires importantes se concentrent sur des cas de trafic sexuel d’adolescentes. Certains agents rapportent avoir croisé des cas de prostitués allant de 12 à 35 ans. Ces femmes sont parfois forcés d’avoir 25 à 30 rapports sexuels par jours.

De nouvelles victimes de la prostitution

Ces affaires étaient auparavant considérées comme la plaie des communautés immigrées asiatiques, russes et mexicaines. Cependant de plus en plus de cas concernent des adolescentes de la région et de la ville. Il semble que la plupart des victimes soient aujourd’hui originaires de New York. Il semblerait que les proxénètes les recrutent en passant par internet. Pour attirer les clients les trafiquants mettent leurs photos sur certains sites dédiés.

Selon les policiers certaines filles sont dans des situations de vulnérabilité et sont donc faciles à contrôler. Beaucoup ont un passé ou une jeunesse difficile que les proxénètes exploitent. La plupart de ces femmes viennent de milieux pauvres. Les trafiquants ciblent même parfois les centres d’aide aux adolescents en situation difficile. Malheureusement les lois ont beau être dures il n’est pas facile de monter des affaires. Souvent les personnes victimes de la prostitution ont du mal à faire confiance aux policiers et aux travailleurs sociaux. La route est encore longue malgré les efforts de la police de New York.

Lire la suite

Articles

Niger : La police sauve 232 personnes

le

La police nigérienne a réussi à secourir 232 victimes de trafic d’êtres humains destinées au travail forcé et à la prostitution

L’opération a eu en janvier dernier à Niamey, la capitale du pays, selon les informations fournies par Interpol. Des jeunes filles ayant à peine dix ans feraient partie des victimes de la traite. Cette opération est baptisée « Operation Sarranouia ». Elle a impliqué plus de 100 agents qui ont mené une série de raids sur une période d’une dizaine de jours. Interpol a fourni son soutien à l’opération mais n’avait pas communiqué sur son travail jusqu’alors.

Des enfants parmi les victimes

Parmi les victimes on compte 46 enfants. Ces derniers sont principalement origine de la région et étaient forcés à se prostituer dans des hôtels et les bidonvilles. Les autres victimes sont 180 hommes ghanéens à qui on avait promis du travail sur internet ; à leur arrivée ils ont été pris comme esclaves et forcés à travailler. La police a également arrêté 18 trafiquants présumés. Le Niger est à la fois une source, une zone de transit et un lieu de destination pour le trafic d’êtres humains. Des milliers de migrants traversent le pays chaque année en route vers l’Afrique du nord et l’Europe de l’Ouest.

Le pays avait pourtant développé sa lutte contre l’immigration en 2016, sous la pression de l’Union Européenne. Cependant des experts expliquent que ces mesures répressives augmentent les risques pour les migrants ; ceci les force à se déplacer en secret et les fait risquer des situations d’esclavages et d’exploitation. Selon Stephen Kavanagh, le directeur exécutif des services de police d’Interpol ; « C’est déjà un problème d’avoir à lutter contre le trafic de biens de contrebande, mais il s’agit ici de vrais personnes, avec de vrais rêves. Nous devons penser à leurs familles qu’ils pensaient pouvoir soutenir en trouvant un travail – et soudain les voilà devenus esclaves ».

Vers une amélioration de la situation

Ces hommes venant du Ghana ont été recrutés en ligne avec la promesse d’un « travail décent ». Cependant à leur arrivée au Niger ils ont été emprisonnés et leurs papiers confisqués. Les enfants par contre viennent principalement du Niger. En plus du travail sexuel, certains ont été arrachés à leurs familles et forcés à mendier sur les marchés et aux stations de bus.

En 2019 le Niger a fortement durci sa législation contre le trafic d’êtres humains. Le pays a aussi formé plus d’agents à ce problème que les années précédentes. Les États-Unis ont d’ailleurs noté cet effort en améliorant son statut dans le rapport annuel sur le Trafic de Personnes. Néanmoins le pays n’atteint toujours pas le minimum requis pour éliminer cette menace. L’opération Sarranouia a permis de faire sortir de l’ombre des groupes criminels et des routes employées par le trafic. Espérons que ce succès encourager les agents à réitérer ce genre d’opérations.

Lire la suite

Articles

Thaïlande : 17 enfants arrachés aux trafiquants

le

La police de Patong en Thaïlande a secouru 17 enfants victimes de mauvais traitements des mains d’un gang de trafiquants d’êtres humains

Les policiers ont mené une série de raids contre les trafiquants de Patong. Ces opérations leur ont permis de sauver 17 enfants. Le gang avait semble-t-il pour habitude de battre les enfants quand ceux-ci ne rapportaient pas assez d’argent. Le lieutenant-général Jaruwat Waisaya, l’assistant du chef de la police nationale, a tenu une conférence de presse. Cette annonce a eu lieu au quartier général de la police de Phuket. Il y a annoncé les détails des quatre raids menés dans divers endroits de Patong.

Trafic d’êtres humains à Patong

L’action a été menée par les agents de la Division de lutte contre le trafic d’êtres humains de Bangkok. La première maison perquisitionnée était à Soi Ila Uthit ; les agents y ont arrêté un étranger du nom de Ngo Sun, 33 ans. Un Thaïlandais du nom de Suphattra Charoensuk, 22 ans, a également été mis en détention. Ces deux hommes étaient sous le coup d’un mandat d’arrêt selon Jaruwat. Dans cette maison, les policiers ont secouru trois enfants. Les enfants étaient obligés de fabriquer et vendre des guirlandes de fleurs.

Trois autres maisons ont été perquisitionnées à Soi Phra Baramee et Soi Nanai ; 14 enfants y ont été découverts. Les agents y ont aussi trouvé le même nécessaire de fabrication de guirlandes. Ces 17 enfants étaient cambodgiens. Ils ont depuis été conduits au Refuge de Phuket pour les Enfants et leurs Familles à Koh Siray. Jaruwat a promis que les agents allaient retrouver leurs familles.

Travail forcé et mauvais traitements

L’interrogatoire des enfants a permis de découvrir les méthodes des trafiquants. Un groupe d’étrangers a promis aux parents qu’ils allaient embaucher les enfants et payer les parents 145 euros par mois. Si les parents acceptaient, les trafiquants emmenaient les enfants en Thaïlande en passant par la jungle. Ils louaient des maisons pour y faire travailler leurs esclaves et les forçaient à vendre leur production sur la plage. Certains des enfants avaient moins de 15 ans. Ils n’avaient aucun jour de repos et travaillaient du matin jusqu’à minuit.

Il va sans dire qu’ils ne recevaient pas d’argent. S’ils n’atteignaient pas leurs quotas quotidiens de 87 euros, ils étaient battus et forcés de travailler jusqu’à l’obtention de la somme. L’enquête a débuté lorsque des enfants ne supportant plus d’êtres battus, ont fui vers d’autres provinces. Les suspects seront donc poursuivis pour trafic d’êtres humains. L’enquête n’est pas terminé et certains suspects sont encore activement recherchés par la police. Il est intéressant de noter qu’au cours de la conférence de presse, aucune mention n’a été faite de la police de Patong. Comment pouvaient-ils ignorer un pareil trafic juste sous leur nez ?

Lire la suite

Articles

Airbnb s’attaque au trafic d’êtres humains

le

L’entreprise de location Airbnb a annoncée qu’elle allait investir dans de nouvelles technologies permettant de lutter contre le trafic d’êtres humains

Un nombre croissant de personnes pointent le problème posée par l’application ; certains trafiquants se servent des locations comme maisons de passe éphémères. L’association a annoncée un partenariat avec l’association de lutte contre la traite Polaris. L’association va fournir une formation aux employés de Airbnb, développer de nouveaux systèmes et améliorer la coopération avec la police pour repérer les signes de l’esclavage moderne.

Une coopération bénéfique

L’entreprise américaine est aujourd’hui estimée à 31 milliards de dollars. Elle a été fondée en 2008 et est aujourd’hui présente dans 200 pays. On estime qu’elle a facilité la location de plus de 260 million de maisons. Avec des chiffres pareils les problèmes n’ont pas tardé à émerger. Cependant il semble qu’un mouvement plus général de lutte contre la traite soit en train de se développer. Selon un responsable de l’entreprise cette dernière compte se servir des avantages de ses nouvelles technologie pour améliorer la lutte contre ce trafic.

Airbnb a ainsi expliqué qu’ils utiliseraient différentes méthodes pour réduire les risques. Ils vont renforcer les contrôles des hôtes et invités mais aussi surveiller les photos postées pour repérer les signes avant-coureurs. De plus le partenariat et les conseils de Polaris les aiderons dans ce travail. Au moins 2680 victimes de trafic ont été identifiées dans des hôtels par Polaris entre janvier 2015 et septembre 2017. L’association sait donc comment faire son travail.

Une évolution globale du secteur

Cette lutte de Airbnb contre l’esclavage moderne est à mettre en corrélation avec d’autres évolutions de ces nouvelles applications. Des scandales à répétition ont ainsi convaincu Uber d’améliorer son travail de lutte contre le trafic d’êtres humains. Ceci a sans doute été renforcé par les scandales liés à des agressions sexuelles très mal pris en compte par l’entreprise.

Polaris semble assez enthousiaste à l’idée de travailler avec Airbnb. Selon Brandon Bouchard, le porte-parole de l’association ; « L’économie du partage et les entreprises comme Airbnb offrent de nouveaux moyen d’amplifier la lutte contre le trafic ». On estime que 25 million de personnes étaient victime du trafic d’êtres humains en 2016. Cela comptabilise à la fois le travail forcée et l’exploitation sexuelle selon l’Organisation Internationale du Travail et la fondation Walk Free.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages