Connect with us

Articles

Le trafic de drogue des Rohingyas

le

La situation dramatique de la communauté Rohingya dans les camps de réfugiés pousse certains à se livrer au trafic du Yaba au Bangladesh

En 2018 une opération massive contre la drogue « Yaba » a été lancée par le gouvernement du Bangladesh. Cette drogue est connu sous le pseudonyme de « drogue de la folie ». Cette opération a permis une saisie record de 53 millions de pilules et 300 trafiquants présumés ont été abattus. Près de 40 de ces suspects étaient origines de la région de Teknaf près des camps Rohingyas. Le Bangladesh est devenu un marché majeur pour les trafiquants. Les zones de non-droit dans le nord-est du Myanmar fournissent un cadre parfait pour les usines des trafiquants qui n’ont ensuite qu’à passer la frontière. L’augmentation du trafic parmi ce peuple apatride que sont devenus les Rohingyas doit par contre être étudié.

Les camps Rohingyas au cœur du problème

Près de 900 000 Rohingyas vivent actuellement dans des camps surpeuplés au Bangladesh. Les conditions de vie dans ces camps sont épouvantables. Malgré des programmes d’installations plus durables des restrictions les empêchent encore de trouver un travail légal. Ceci a pour effet de pousser une partie de la communauté dans les bras du trafic. La plupart des personnes sont arrivées dans ces camps avec le peu de choses qu’ils ont pu emporter dans leur fuite. Les attaques et les massacres du gouvernement du Myanmar ne leur ont pas laissé l’opportunité de préparer leurs départs. De nombreux villages ont été rasés ou incendiés. Ces personnes n’ont donc aucun moyen de subvenir à leurs besoins.

Les Rohingyas ne peuvent donc pas chercher du travail en dehors des camps. L’aide qu’ils reçoivent arrive par les organisations humanitaires. Les seuls travaux rémunérés sont ceux créées par le Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés dans l’enceinte des camps. Malheureusement ces emploient payent peu. De plus l’accès à la nourriture reste maigre et un peu d’argent supplémentaire permet de se procurer de meilleurs rations et des produits de première nécessité.

Les Rohingyas victimes des trafiquants

Malgré des programmes d’éducation au sein des camps on estime par ailleurs que 97 % des jeunes et adolescents n’ont pas un accès minimum à l’éducation. Les jeunes sont donc souvent laissés à eux-mêmes. Ce désœuvrement et les conditions difficile du camp provoquent des tensions et de la violence. Ces jeunes sont des proies faciles pour les trafiquants. Ils sont payés en fonction de la quantité de Yaba transporté. Ils peuvent ainsi gagner 10 000 taka, soit 105 euros, pour le transport de 5000 pilules jusqu’à Dhaka ou d’autres centres urbains.

Ce trafic très rentable explique de que nombreux Rohingyas servent de mules de Yaba pour les trafiquants de drogue. Il faut également souligner que travailler pour les trafiquants de drogue fournit à certains Rohingyas l’opportunité de fuir le Myanmar plus aisément. L’augmentation du trafic ne résulte cependant pas uniquement de la situation précaire dans les camps ; l’augmentation de la consommation de Yaba est aussi prendre en compte.

Un trafic inarrêtable

La consommation de Yaba a drastiquement augmenté. De plus cette drogue touche toutes les strates de la société. Dans ce trafic massif le Bangladesh n’est qu’une zone de transit pour ces drogues produites dans le Triangle d’Or. La ville de Teknaf est ainsi tristement célèbre pour son rôle de point de passage pour la drogue. On estime qu’une quinzaine de mafias opèrent dans la zone. Il se trouve que les Rohingyas sont également présent au cœur de cette région. Il semble par ailleurs que les trafiquants choisissent plus spécifiquement des enfants et des femmes Rohingyas pour emporter leurs colis dans les transports en commun. Les camps sont devenus de véritables supermarchés de la drogue et des zones de stockages.

La police semble actuellement incapable de résoudre le problème. Une des explications est que le Yaba n’était pas reconnu comme une drogue particulièrement dangereuse jusqu’en décembre 2018. De nombreux trafiquants sont en train de s’adapter à la situation. Une de leurs solutions est de se décharger plus largement des responsabilités sur les Rohingyas. Leur situation désespérée les rend plus susceptibles de prendre des risques et par ailleurs le statut apatride les laisse presque sans protection légale. Il semble évident que sans une résolution de la situation des Rohingyas le trafic ne sera pas stoppé par une énième « guerre contre la drogue ».

Lire la suite

Articles

Kansas City se retourne contre les vendeurs d’armes

le

Kansas City et un groupe de promotion de la sécurité envers les armes à feu portent plainte contre divers commerces et individus accusés de trafic d’armes

Il semble que ces individus faisaient semblant d’ignorer que les armes étaient vendues illégalement. Le groupe portant plainte de concert avec la ville s’appelle « Fond de Soutien, Tous pour la Sécurité envers les Armes à feu ». Ce groupe national est le premier à porter plainte contre l’industrie des armes en plus de 10 ans. Selon la plainte, ce trafic d’armes à généré de graves problèmes à Kansas City ; cette ville est une de celles où le taux d’homicide est le plus haut du pays.

Une des villes les plus dangereuses du pays

Le maire Quenton Lucas a déclaré que les armes à feu illégales ont contribué à une augmentation du nombre de morts et de crimes. Ceci a sans surprise renforcé le sentiment d’insécurité des habitants. En 2019 la ville avait recensé 148 homicides, une augmentation nette depuis les 82 meurtres de 2014. Entre juin 2018 et mai 2019 le nombre d’homicide était de 29,66 pour 100 000 habitants. Ce taux est plus élevé que Chicago ou Washington D.C. En Décembre dernier le Département de la Justice a annoncé que les forces de l’ordre concentreraient leurs efforts sur sept villes dont Kansas City.

Le procès actuel vise un groupe ayant trafiqué au moins 77 armes à feu entre 2013 et 2018. De nombreuses armes ont été vendus à des repris de justice et ont été retrouvé sur des scènes de crime par la suite. Certaines sont d’ailleurs toujours dans la nature. Un ancien pompier, James Samuels, est désigné comme le chef de ce groupe. L’accusation pointe aussi le rôle du fabricant d’arme du Nevada Jimenez Arms. Plusieurs vendeurs d’armes locaux et individus ont cédé leurs armes à Samuels sans s’assurer de la légalité de la vente. Les entreprises ont sciemment ignoré qu’elles vendaient illégalement des armes.

Une faille dans la loi

Selon l’avocate du groupe plaignant, Alla Lefkowitz ; « Un trafiquant d’arme ne peut pas opérer seul. Il a besoin de fournisseurs et d’acheteurs de paille ». Selon elles nombre de plaintes similaires n’ont pu aboutir car une loi empêche les vendeurs et fabricants d’armes d’êtres tenus pour responsable si un crime est commis avec leur produit. Il existe cependant une exception faite pour ceux qui violent sciemment la loi au moment de la vente comme c’est le cas aujourd’hui.

Samuels est accusé depuis octobre 2018 d’avoir vendu de nombreuses armes à feu à d’anciens criminels. Il compte plaider non-coupable. Par ailleurs les parents de Alvino Dwight Crawford, tué en 2016, portent également plainte contre Samuels. Ils affirment qu’une des 77 armes vendues est celle qui a tué leur fils. Il est également demandé aux vendeurs d’armes de tenter de récupérer les armes illégales qui seraient encore en circulation. La ville demande aussi que soient remboursés les coûts des services d’urgences, de police et les coûts légaux généré par leur activité illégale.

Lire la suite

Articles

Australie : Condamnation d’un Comanchero de Perth

le

Ce membre du club de bikers hors-la-loi, les Comancheros, a été condamné à de la prison ferme pour son rôle dans un trafic de drogues

Le Club de Motard Comanchero est un gang de bikers hors-la-loi dont l’implication dans les trafics n’est pas une nouveauté. Une fois encore un de ses membres a été condamné par la justice suite à une enquête policière. L’enquête des agents concernait l’implication du club dans un trafic de drogues. L’homme de 34 ans est originaire de Perth. Il a notamment été condamné pour port d’arme et trafic de drogues.

Un comanchero de plus en prison

L’homme a été condamné vendredi dernier. L’enquête qui a permis sa condamnation a été menée par l’Escouade Nationale Anti-Gangs. L’Escouade en question avait fouillé la demeure du biker fin novembre 2016. On avait alors retrouvé un certain nombre de preuves à sa maison ; 37,5 grammes d’héroïne, une arme de poing et des munitions parmi d’autres drogues et objets liés à leur consommation. En début d’année suivante l’Escouade Anti-gangs a décidé de poursuivre l’individu en justice.

L’homme est passé en jugement devant la Cour de District de Perth. Il a été jugé coupable de possession illégale de drogue, notamment d’héroïne. Il a également été reconnu coupable d’avoir cherché à la vendre où à la fournir à d’autres le 7 novembre de l’année dernière. Le comanchero a donc officiellement été condamné pour son rôle de trafiquant de drogue. Sa peine de prison a été fixé à quatre ans et dix mois.

Un biker innocent ?

L’homme n’a pourtant pas cessé de clamer son innocence à son audience du 17 janvier. Il a ainsi plaidé non-coupable aux treize autres chefs d’inculpation retenus contre lui. Parmi ces chefs d’inculpation on trouvait notamment la possession d’une arme à feu, la possession de drogues interdites et d’objets liés à leur consommation. Il a néanmoins été condamné à six mois d’emprisonnement supplémentaires pour l’arme à feu. Il faut également ajouter à cela la condamnation à un mois de prison pour chacun des autres chefs d’inculpation. Cette peine devra être purgée consécutivement avec la précédente condamnation pour son trafic d’héroïne.

Il faut ici saluer le travail de l’Escouade Nationale Anti-Gang. Cette escouade est constituée de membres de la Police Fédérale Australienne, des Forces de Police d’Australie de l’Ouest, du Bureaux des Taxes Australien. Leur travail consiste à s’attaquer aux membres du crime organisé et notamment aux gangs responsables de trafic de drogue vers l’Australie et au sein des frontières du pays.

Lire la suite

Articles

Les armes oubliées de Finlande

le

La police finlandaise pose le problème des armes dans un pays où circulent environ 1,5 millions d’armes à feu pour près de 300 000 chasseurs

La police du pays s’inquiète en effet des armes « oubliées ». Ces armes pourraient tout à fait finir entre les mains de trafiquants ou d’organisations criminelles. Près de 1,5 millions d’armes à feu ont été légalement vendues dans le pays. De plus l’année dernière 300 000 chasseurs ont renouvelée leur permis. L’enquêteur Reima Pensala du Bureau de la Police Nationale explique les risques.

Contrôler les propriétaires

Selon elle lorsque les individus n’ont pas usage de leur arme ils viennent à en oublier l’existence. Ces armes sont récupérés au cours de vols ou d’arnaques. Ces deux moyens sont les plus communs. Une des solutions pour résoudre le problème serait de délivrer des autorisation de port d’armes avec une date limite. Ces permis seraient valides pour une durée déterminée ou alors le permis devra être repassé quand le possesseur atteint un certain âge. Une autre solution serait de payer les propriétaires n’ayant pas l’usage de leur arme pour qu’ils la remette à la police.

La responsable de l’Association de Chasse Finlandaise, Ikka Mäkelä, a déclaré que ce serait vraiment une gêne pour les propriétaires d’armes de faire renouveler leur permis tous les cinq ans. Cependant une revue du permis pour les personnes âgées n’est pas une mauvaise idée. Elle ajoute qu’il serait bon de trouver d’autres moyens d’encourager les gens à rendre des armes non-utilisées. Une compensation financière semble la meilleure option.

Éviter les vols d’armes

Le Bureau de la Police Nationale estime que des milliers d’armes à feu sont actuellement en circulation en Finlande. Ils n’ont cependant donné aucun chiffres ou précisions sur le type d’arme et leur origine. Cependant selon la police le trafic d’armes en Europe de l’Ouest est dominé par des trafiquants professionnels spécialisés. Certains armes sont obtenues par des collectionneurs. Ces derniers n’ont pas forcément l’intention d’en faire usage. D’autres sont obtenues par des groupes criminels.

En Finlande la plupart des armes utilisées par le crime organisé sont des armes volées. Par exemple, des armes volées lors d’un cambriolage ont fini entre les mains de la mafia de la Fraternité Unie. Fin juillet un certain nombre de personnes ont aussi été condamnée dans le district de Karelia. Ils fournissaient la Fraternité Unie de Tuusula en armes volées. En avril un membre de gang en devenir a été condamné pour des vols d’armes à destination de cette mafia. Ces dernières années la police a reçu 230 rapports de vols d’armes.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages