Connect with us

Articles

Madagascar : un ancien ministre impliqué dans un trafic de bois de rose

le

Un ancien ministre de l’île serait impliqué dans un trafic illicite de bois de rose.

Au cours d’une réunion des procureurs de la République qui s’est tenue le mardi 9 avril à École nationale de la magistrature à Antananarivo, Madagascar, Mahonja Bertin, un membre de la Cour spéciale de lutte contre le trafic illicite de bois de rose et d’ébène s’est exprimé.

Il a ainsi déclaré avoir traité l’un des 17 dossiers concernant le bois de rose. Selon le magistrat, de nombreux individus de haut rang sont impliqués dans l’affaire. Un ancier ministre serait notamment impliqué dans un trafic illicite de bois de rose suivant un dossier qui remonte en 2014.

Le trafic de bois de rose est problématique pour Madagascar. Selon Global Forest Watch, 510 000 hectares de forêt ont disparu en 2017, soit  4% de la couverture forestière de l’île.

Lire la suite

Articles

États-Unis : Des armes de guerre dans les rues

le

armes de guerre

Une enquête révèle qu’au moins 1900 armes de guerre ont été perdues ou volées depuis 2010 et finissent dans les rues du pays

Ces armes de guerre se sont retrouvées associées à plusieurs reprises à des crimes violents. Cette enquête de l’Associated Press souligne d’ailleurs que ces 1900 armes comptabilisées est sans doute bien en dessous de la réalité. Les archives du gouvernement recensent toutes les armes de l’Armée, des Marines, de la Marine et de l’Armée de l’air. Ces archives révèlent que tout types d’armes ont disparus des inventaires ; pistolets, mitrailleuses, fusils à pompe, fusil d’assauts etc. Leur disparation est clairement due à des failles de sécurité dans les arsenaux.

Mauvaise surveillance et absence de suivi

La perte de ces armes de guerre n’avait jusqu’alors pas été publiquement rapportée. L’enquête révèle que les soldats gardant les armes dormaient parfois à leur poste et que le système de surveillance n’enregistrait pas les images. Une de ses armes volées à Fort Bragg a été utilisée dans quatre fusillades à New York avant d’être récupéré. Un autre a été utilisée dans un vol à main armée à Boston. Ces cas ne sont que la partie immergée de l’iceberg ; en Afghanistan quelqu’un a coupé le cadenas d’un container de l’Armée et volé 65 Beretta M9.

On compte aussi la disparition d’un nombre important d’explosifs et de grenades retrouvées dans un jardin d’Atlanta. Comme souvent les enquêteurs militaires ont arrêté l’enquête sans avoir trouvé les responsables. Le plus choquant est que les forces armées ne sont plus tenues de recenser les armes perdues ou volées depuis des années ; aucun chiffre n’existe entre 2010 et 2019. L’Associated Press a donc dû construire sa propre base de donnée depuis près de 10 ans. Les militaires ont souvent tenté de mettre des bâtons dans les roues des journalistes.

Des armes de guerre dans la nature

Il devient évident que le danger principal est la corruption du personnel militaire. Il est assez facile de sortir et vendre ces armes sur le marché noir. Les chiffres sont bien plus importants que ceux reconnus par les armées. Leur soucis principal semble être de relativiser l’ampleur du problème. Malgré les mesures mises en place les vols dans les arsenaux militaires ont d’ailleurs toujours été un probable. La situation est d’autant plus grave que les forces états-uniennes possèdent des millions d’armes en tout genre.

Ces armes ont souvent été vendues à des membres de gang ou à d’autres criminels et utilisées dans pour commettre des crimes. L’Associated Press a relevé huit cas de fusillades où ces armes ont été utilisées. Les restrictions fédérales sur la diffusion de ces information font qu’il est certain que ce chiffre est plus élevé. Le Pentagone ne recense pas non plus les crimes commis avec ses armes ; ils se contentent d’informer la police quand une de ses armes est portée manquante. Il est surprenant de voir que le travail journalistique de l’Associated Press est plus précis que les archives de forces armées états-unienne dans cette enquête.

Lire la suite

Articles

Contrebande de luxe stoppée à Hong-Kong

le

contrebande de luxe

Une opération des douanes Hongkongaises a permis de saisir une importante cargaison de biens de contrebande de luxe destinée à la Chine

Il semble que les douanes Hong-kongaises et chinoises aient collaboré pendant cette opération. On estime que la valeur de la contrebande de luxe saisie dépasse les 15,5 millions de dollars. On y trouve notamment des espèces menacées d’extinction et des ingrédients de grande valeur. Cette contrebande était dissimulée sur un bateau à grande vitesse. C’est la saisie sur un bateau la plus chère de l’histoire des douanes de Hong-Kong.

Contrebande de luxe en haute mer

La saisie contenait notamment 66 000 produits de beauté et objets liés à la mode. Ces biens ne sont pas des contrefaçons mais des produits authentiques ; Louis Vuitton, Celine, Chanel Cartier Hermès, Gucci, Piaget, The Macallan etc. On a aussi retrouvé un large éventail de vins français réputés. A côté de ça les douanes ont aussi saisi 2,3 tonnes d’ingrédients de luxe et 186kg d’espèces menacées ont été récupéré. Selon certaines sources un grand nombre de ces produits proviendraient de Corée du Sud.

Le responsable des douanes Hongkongaises, Chan Tsz-Tat a tenu une conférence de presse le 10 juin dernier. Il y a souligné que son département combattait « férocement » les activités de contrebande transfrontalière. Il a aussi souligné qu’il travaillerait volontiers avec tout service des forces de l’ordre chinoises que ce soit en échangeant du renseignement ou en participant à des opérations communes. Les deux services des douanes ont d’ailleurs déjà monté une opération commune baptisée Xun Lei, depuis mars dernier.

Coopération chinoise et Hongkongaise

Les tentatives de contrebande maritime ont en effet tendance à augmenter en ce moment. Un réseau mafieux effectuant cette contrebande de luxe était d’ailleurs déjà surveillé par les services des deux administrations. Entre mars et avril dernier les différents services de douanes ont lancé des raids sur trois entrepôts à Guangdong, Guangxi et Anhui. Un total de 11 personnes ont été arrêtées et 2,42 tonnes de biens saisies. On a notamment retrouvé une cargaison d’écailles de pangolin d’une valeur de 7,8 millions de dollars.

L’opération Xun Lei est donc un succès relatif pour les autorités. La saisie du bateau est venue confirmer l’efficacité des services. Les douanes de Hong-Kong ont repéré le bateau en question aux cours de leurs opérations entre le 2 et le 7 juin. Les agents ont repéré des individus déplaçant des cartons d’un camion vers un bateau. Le bateau a malheureusement réussi à s’échapper mais le camion transportant une importante cargaison a été stoppé. Si on comptabilise les saisies de Hong-Kong avec celles des entrepôts et du bateau en Chine la valeur totale des biens dépasse 28,1 millions de dollars. Ajoutons que quatre individus ont été arrêté au cours des opérations.

Lire la suite

Articles

Des diplomates émiratis accusés de trafic d’or

le

diplomates émiratis

Ces diplomates émiratis sont accusés d’avoir appartenu à une véritable mafia du trafic d’or avec des complicités en Inde

Les Émirats Arabes Unis sont depuis longtemps une plateforme importante pour le trafic d’or international. Le crime organisé se sert également de son territoire pour le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme. Les autorités affirment qu’elles sont en train d’adresser le problème mais cette dernière affaire provenant d’Inde semble indiquer le contraire. Cette fois des diplomates émiratis sont directement accusés de diriger le trafic.

Un problème connu de longue date

En 2019 les Émirats étaient le cinquième importateur et le quatrième exportateur d’or au monde. Loin de ralentir la demande en or n’a fait qu’augmenter au cours de la pandémie. L’essentiel de cet or semble provenir d’Afrique de l’ouest. La production se fait dans des mines de petite taille et sert souvent à financer les activités de groupes armés dans la région. Cette production d’or n’a que des effets délétères pour ces pays ; que ce soit en terme de sécurité, de santé publique et de perte de revenus pour les États. Cet or d’origine douteuse fini souvent par transiter illégalement par l’aéroport de Dubaï.

La communauté internationale a augmenté la pression sur le pays pour que des mesures soient prises. Cette faiblesse de la surveillance pose en effet un problème de sécurité international, ne serait-ce qu’à cause du blanchiment d’argent. Le Marché des Lingots de Londres a même menacé d’interdire l’accès du pays au marché international de l’or si des mesures de surveillance n’étaient pas mises en place. Les Émirats ont affirmé que le pays se mettrait en conformité et accentuerai la lutte contre le trafic d’or. Cette affaire impliquant des diplomates émiratis risque de rendre la position du pays difficile.

Les diplomates émiratis fuient le pays

En juin 2020 les douanes indiennes ont découvert 30kg d’or dans un bagage diplomatique. La valeur de cette saisie est estimée à 2,1 millions de dollars. Le bagage diplomatique était adressé au Bureau Central du Consulat des Émirats Arabes Unis à Thiruvananthapuram, dans le Kerala. Cette découverte a mené à l’arrestation d’environ 30 personnes ; facilitateurs, financiers, anciens employés du consulat et le secrétaire principal du premier ministre du Kerala. Par ailleurs une autre affaire de trafic de dollars états-uniens par l’ancien responsable du département financier du consulat des EAU en Égypte a aussi été découverte.

C’est la première fois que des diplomates émiratis sont publiquement accusés de trafic d’or. Les autorités affirment qu’elles coopéreront et tentent de blâmer leurs employés consulaires égyptiens et indiens. Notons cependant que l’ancien Consul Général des EAU, Jamal Hussain al-Zaab et son attaché d’administration Rashed Khamis Ali Musaiqri ont tous deux fui l’Inde et demandent l’immunité diplomatique dans leur pays. On sait aujourd’hui qu’au moins 20 autres bagages diplomatiques de ce type ont passé la frontière. Les principaux accusés pointent du doigt les diplomaties émiratis mais aussi des politiciens indiens. Cette affaire semble presque aussi gênante pour les Émirats que pour l’Inde.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending