Connect with us

Articles

Philippines : fabricants d’armes illégales

le

A proximité de la ville de Danao des fabricants d’armes illégales opèrent à partir d’atelier de fortune en compagnie de leurs familles

Ces fabricants d’armes illégales sont installés dans les forêts à proximité de la ville de Danao dans le centre des Philippines. Ces trafiquants sont reconnu pour leur savoir-faire. Pour rencontrer l’un d’entre eux le seul moyen d’atteindre l’atelier est d’emprunter un petit chemin camouflé par la végétation. L’atelier de I. Launa ne comprend que quelques machines, une table de travail et une bâche pour le toit. Ceci permet de déplacer l’atelier rapidement.

Le talent des fabricants d’armes illégales

Ce fabriquant d’armes illégales gagne sa vie ainsi depuis les années 1970. Monsieur Launa a demandé que seul l’initiale de son prénom soit utilisé. L’homme craint en effet d’être arrêté. Il n’est pas le seul à se livrer à ce commerce ; il existe de très nombreux armuriers clandestins dans la région. Le village d’origine de M. Launa en compte ainsi près d’une douzaine. Certaines estimations soulignent que ce commerce contribue à la diffusion de près de 2 millions d’armes non-enregistrées. Les armes légales ne sont que 1,7 millions. Le manque d’opportunités de travail serait à l’origine de ces chiffres dramatiques. Pour Launa, 63 ans, ce travail est un art qui se transmet de génération en génération.

Ces armuriers de fortune se sont développés au cours de la seconde guerre mondiale. Les habitants ont à cette époque été formés à la fabrication d’armes pour soutenir un mouvement de guérilla contre les japonais. A partir des années 1960 Danao est devenu le lieu principal pour les hors-la-lois et les citoyens ordinaires voulant une réplique d’arme de qualité. A l’époque ces fabricants d’armes illégales vendaient leurs produits au grand jour. Désormais des livreurs s’occupent des transactions. Les années 1990 ont vu des efforts pour légaliser ce commerce en le régulant ; sans grand succès. Les armes de poing sont de si bonne qualité qu’un expert aurait du mal à les identifier ; elle se vendent autour de 130$.

Des armes pour tous

D’autres armes sont aussi fabriquées ; il est possible de commander des mitrailleuses et armes de plus gros calibres. Cependant la répression gouvernementale a ralenti le processus. Ce trafic d’arme pose énormément de problème de violence. Les affrontements politiques se résolvent souvent par le biais de tueurs à gage ; ces derniers se fournissent dans la région de Danao. De nombreux hommes politiques meurent à chaque élections. Les armes de Danao sont souvent retrouvées dans ces affaires. On les retrouve aussi dans les cas actuels de meurtres extrajudiciaires approuvés par le gouvernement. Les djihadistes de Abu Sayyaf auraient aussi mis la main sur ces armes.

Danao est entouré de montagne ce qui aide les trafiquants. Cependant la ville ne se trouve qu’à un trentaine de kilomètres de Cebu ; la ville principale du centre des Philippines. Les 130 000 habitants de Danao sont majoritairement pauvres et catholiques ; l’activité principale reste la pêche et l’agriculture. De son côté M. Launa peut travailler à la fabrication de quatre armes de poing en une journée. Il ne se sent pas responsables des tueries ; «  je fabrique des armes à feu, mais je ne dis pas aux gens de tuer les autres ». La célébrité de Lauma commence cependant à attirer l’attention de la police et des groupes de voleurs.

La légalisation comme seule solution

Le colonel Quiocho reconnaît que les fabricant d’armes illégales ont peu de raison d’arrêter leur commerce. Ce travail fait vivre leurs familles depuis des générations. Ce chef de la police déclare que s’en prendre à eux n’est que peu efficace. Ceci ne résoud pas un problème qui trouve sa source dans la pauvreté. L’année dernière la police a effectuée 70 raids et saisi 92 armes à feu. Près de 80 personnes ont été arrêtées. Il est assez difficile d’arrêter ses personnes ; leurs espions les informent des mouvements de la police. Pour le policier, la seule solution serait de légaliser ce commerce.

Le Colonel Quiocho est d’ailleurs impressionné par la qualité des répliques d’armes. Ces fabricants pourraient entrer en compétition avec des producteurs légaux. Selon lui ; « les armuriers d’ici arrivent à faire des répliques simplement en regardant des images ». Le gouvernement a bien essayé d’apporter d’autres solutions pour la région. Cependant ce savoir-faire est très présent dans la région et les autres industries sont loin d’apporter le même genre de revenus. Reste à savoir si ces fabricants accepteraient une légalisation de leur commerces.

Lire la suite

Articles

Inde : Contrebande de sang humain

le

contrebande de sang humain

Un médecin opérant dans l’Uttar Pradesh est accusé d’être le chef d’un réseau de contrebande de sang humain

Le groupe d’action spécial de l’Uttar Pradesh a arrêté deux personnes. Parmi les détenus on trouve un professeur assistant à l’école médicale Sefai d’Etawah. Les policiers les soupçonnent d’être responsables d’un réseau de contrebande de sang humain. Les agents auraient retrouvés 100 poches de sang au cours de l’opération. Selon certaines sources le groupe d’opération spécial aurait été mis au courant de ce trafic au cours d’une autre affaire.

Le médecin altérait le sang

Un autre groupes de criminels se livrant à une contrebande de sang humain altéré avait été arrêté deux ans auparavant. Le groupe d’action se concentrait depuis lors sur la recherche de l’origine du sang. Pour ce faire ils surveillaient de près les groupes se livrant à genre de trafics. Un porte-parole du groupe a rapporté que cette arrestation n’était par la première pour le médecin et son complice. Leur trafic s’étendait jusqu’au Rajasthan, au Haryana et au Punjab. Par ailleurs le médecin a été arrêté en possession de 45 poches de sang sur la ligne de Lucknow-Agra.

Au cours de l’interrogatoire le docteur Singh a révélé qu’il collectait et fournissait le sang des donneurs. Il a aussi affirmé avoir toutes les autorisations nécessaires chez lui. Les policiers l’ont alors amené à son appartement de Gangotri à Suchant Golf City, Lucknow. Les agents ont alors découvert 55 poches de sang supplémentaires dans le frigo. Son complice Abhishek Pathak présent dans une autre pièce de l’appartement a alors été arrêté.

La fin de la Contrebande de sang humain ?

Les agents de la Sécurité Alimentaire et Administration des Médicaments ont alors vérifié les documents fournis par le médecin ; sans grande surprises ces papiers étaient des contrefaçons. Une enquête préliminaire a révélé que Singh n’était pas un simple participant à cette contrebande de sang humain. Il était le préparateur et le fournisseur de sang altéré. Le médecin a révélé qu’il achetait les poches à une banque du sang du Rajasthan pour 14 euros. Ces poches altérées étaient revendus à Lucknowe et dans les maisons de retraites des environs entre 46 et 70 euros.

Toutes les poches de sang n’étaient pas altérées. Cependant dès que le besoin s’en faisait sentir le médecin mélangeait le sang avec une solution saline pour allonger les doses. Singh a passé son concours en 2000 à Lucknow. Il est notamment spécialisé en transfusion sanguine depuis 2007. Son parcours médical est tout à fait honorable. Il était même devenu un professeur assistant depuis 2015. Il semble cependant que l’appât du gain ait été plus fort que ses principes et son serment de médecin.

Lire la suite

Articles

Trafic de méthamphétamine en ULM

le

Trafic de méthamphétamine en ULM

Un groupe de mexicains et d’états-uniens a été condamné à plusieurs années de prison pour un trafic de méthamphétamine en ULM

Juan Carlos Iturriaga-Centeno a été condamné par le Tribunal de district de Los Angeles à cinq de prison. Il est accusé d’avoir fait passer de la drogue depuis le Mexique en utilisant un planeur ultra-léger motorisé, ou ULM. Le trafic de méthamphétamine en ULM n’aura donc pas porté chance à cet innovateur. L’homme de 34 ans avait plaidé coupable en avril dernier. Trois autres personnes ont aussi été arrêtées dans cette affaire.

La méthamphétamine passe par les airs

Les trafiquants auraient réussi à faire passer un total de 90 kg de méthamphétamine en utilisant leur appareil volant. Leur entrée depuis le Mexique s’est effectuée au niveau du Comté de Riverside en 2019. Le propre frère de Juan Carlos Iturriaga-Centeno, Leonardo, fait partie des complices. Leurs partenaires sont Juan Favela Paredez et  Iturriaga Centeno. Cette épique binationale va désormais payer cher pour ce trafic de méthamphétamine en ULM. Le juge Dale S. Fischer a condamné Favela-Paredez et Iturriaga-Centeno à 57 mois de prison fédérale.

Le principal accusé Bugarin-Perez a fuit la justice après avoir été libéré sous caution. A l’heure actuelle l’homme n’a pas été recapturé. Par ailleurs selon le tribunal, Juan Centeno et Paredez seraient entrés illégalement aux États-Unis. Les détails de l’affaire sont aujourd’hui connus. On sait que tôt le 12 décembre 2019 un ULM s’est envolé depuis Calexico. Bien que volant à très basse altitude l’appareil a été repéré par les services frontaliers des États-Unis depuis leur base de Riverside.

Des trafiquants aisément arrêtés

Les accusés ont certainement pensé avoir réussi leur opération. Malheureusement pour eux leur ULM était suivi au radar alors qu’il passait au dessus de la mer de Salton, puis au dessus du canal de Coachella. Les agents de la patrouille des autoroutes et des services frontaliers ont été envoyés dans la zone. Peu de temps après l’ULM a largué sa cargaison à l’endroit prévu que surveillaient les accusés. L’ULM s’est ensuite dirigé vers le sud et est probablement retourné à son point d’origine. La zone surveillée par les accusés avaient été déterminé précisément en utilisant des coordonnées GPS.

Le pilote d’hélicoptère de la police a par la suite repéré deux véhicules quittant la zone de largage et a indiqué leur position à ses collègues. Les agents ont alors arrêté les frères Centeno. Ces derniers conduisaient un véhicule tout-terrain. L’autre véhicule a alors tenté de fuir mais a terminé sa course dans le canal. Les criminels se sont retrouvés coincés et ont alors été arrêtés. Un total de 26 tupperwares remplis de drogue ont été retrouvés. Ainsi se termine ce trafic de méthamphétamine en ULM qui n’aura gagné que par son originalité.

Lire la suite

Articles

La disparition du marché illégal du cannabis

le

marché illégal du cannabis

La disparition progressive du marché illégal du cannabis pousse les groupes criminels mexicains à se tourner vers d’autres entreprises

La légalisation de la consommation du cannabis dans plusieurs États des États-Unis gêne les revenus des cartels. Cette disparition du marché illégal du cannabis les encourage donc à contrôler d’autres secteurs. Actuellement ces groupes semblent s’être tournés vers le trafic d’alcool, l’exploitation forestière et l’extorsion. Il ne s’agit cependant pas d’un revirement complet de leur stratégie. Ces trafics existaient auparavant mais les organisations renforcent actuellement leur main-mise sur ces sources de revenus.

La fin du marché illégal du cannabis ?

Le Mexique reste le principal fournisseur de cannabis des États-Unis. Cependant la demande a largement diminué depuis 2013 ce qui a marqué le début de la réorientation des groupes criminels. Aujourd’hui, selon la DEA, la consommation de cannabis produite aux États-Unis est en passe de supplanter celle provenant de l’étranger. Les saisies de cannabis à la frontière mexicaine ont ainsi chuté de 81 % entre 2013 et 2020 ; ceci est le signe d’une baisse drastique des opérations des cartels pour ce produit. Certains membres des cartels ont même déclaré à des journalistes que le marché illégal du cannabis était désormais « à peine rentable ».

L’État frontalier du Chihuahua est le deuxième producteur de cannabis après le Sinaloa ; soit 20 % de la production mexicaine. La plupart vient de la région montagneuse de la Sierra Tarahumara. Deux grandes organisations se battent depuis 10 ans pour le contrôle de cette région ; le Cartel de Sinaloa et le Cartel de Juárez. Cette région est particulièrement intéressante à étudier car elle souligne bien les évolutions récentes. Désormais les cartels tentent d’avantage de contrôler la vente d’alcool, le bûcheronnage et le racket des fermiers locaux pour générer des profits.

Alcool, bois et racket

Désormais à partir de l’entrée de la Sierra Tarahumara seuls les magasins autorisés par les cartels peuvent vendre de l’alcool. Les grandes chaînes de vente d’alcool ne peuvent plus opérer dans la région. Ce trafic d’alcool serait en grande partie entre les mains du Cartel de Sinaloa ; plus spécifiquement sous le contrôle de Noriel Portillo, alias « El Chueco ». Cette évolution est le produit direct de la baisse des prix du cannabis. Les Cartels achètent l’alcool en gros en ville puis forcent les revendeurs à acheter leurs produits dans les régions sous leur contrôle.

Un autre exemple est la forêt de San Juanito ; autrefois l’épicentre de la guerre entre les deux cartels dans la Sierra Tarahumara. Cette zone autrefois boisée a été entièrement déforestée légalement et illégalement. Les deux cartels se reposent depuis des années sur le produit de la vente du bois ; la région étant une zone de production importante pour l’ensemble du pays. Il faut ajouter à cela le contrôle qu’exercent les cartels sur les populations allant travailler hors de la Sierra. A leur retour ces travailleurs agricoles sont forcés de payer un pourcentage de leur revenu au cartels ; en général 5 % à 10 %. La disparition du marché illégal du cannabis a certainement gêné les groupes criminels mais leur virage stratégique est déjà en cours depuis des années.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending