Connect with us

Trafics divers

Allemagne : démantèlement d’une des plus grosses plateformes du trafic illégal du dark Web

le

La plateforme permettait d’acquérir toutes sortes de drogues, des documents contrefaits, des données personnelles ou des virus informatiques.

Les autorités allemandes ont réussi à démanteler la deuxième plus grosse plateforme du dark Web, qui servait au trafic illégal.  La police a interpellé les administrateurs présumés du « Wall street Market ». Sur la plateforme, considérée comme la deuxième plus importante en la matière, pouvaient  être achetés toutes sortes de stupéfiants, des documents contrefaits, des données personnelles mais aussi des virus informatiques.

Trois hommes, âgés de 22 à 31 ans, ont été interpellés dans l’ouest de l’Allemagne, selon le parquet général de Hesse. Au moment de leur arrestation, la plateforme comptait plus de 63.000 offres de ventes, environ 5.400 vendeurs et 1,15 million de comptes clients.

Les administrateurs de la plateforme prélevaient sur chaque vente des commissions allant de 2 à 6%, sur des transactions effectuées en monnaies virtuelles, notamment en bitcoin.

Les arrestations ont été menées au terme d’enquêtes conjointes entre l’Allemagne, les Pays-Bas et les États-Unis et par Europol. Au cours de perquisitions dans les appartements des suspects, plus de 550 000 euros en liquide ainsi que de fortes sommes en monnaie virtuelle ont été saisis. Des voitures et du matériel informatique ont également été récupérés, ainsi qu’une arme.

Lire la suite

Articles

Australie : Strike Force Raptor

le

Un ancien policier australien a dénoncé le plan de tolérance zéro contre les gangs piloté par l’unité « Strike Force Raptor »

Selon cet ancien policier la stratégie du Parti National est un échec total. Cette critique du policier à la retraite arrive au moment où le parti d’opposition propose de créer une nouvelle unité de lutte anti-gang. Cette nouvelle unité est basé sur la Strike Force Raptor. Elle devrait être employée en Nouvelle-Galles du Sud. L’unité aura pour seul objectif la lutte anti-gang.

Un bilan très critiqué

Le leader du Parti National, Simon Bridges ne cesse de décrire l’unité comme « redoutablement efficace ». Il fait souvent référence à des médias affirmant que l’unité était en train de faire disparaître les gangs de bikers. Cependant selon l’ancien inspecteur Mike Kennedy rien n’est moins vrai. Selon lui Bridges prends ses rêves pour la réalité. Selon Kennedy ; « Il doit se sortir la tête de là où il l’a mis parce que les gangs existent. Ils existeront toujours. Il passent juste à la clandestinité ».

Kennedy précise qu’il n’a rien d’un gauchiste. Cependant il faut le reconnaître la politique de tolérance zéro est un désastre complet. L’inspecteur sait de quoi il parle ; il a passé l’essentiel de sa carrière comme agent infiltré dans le crime organisé. Il est aujourd’hui maître de conférence à l’Université Ouest de Sidney. Il affirme qu’il n’y a aucune preuve que le nombre de membres des gangs aient drastiquement baissé depuis l’instauration de Strike Force Raptor il y a dix ans. En effet les gangs ne déclarent pas leurs membres ou leur existence ; sur quels chiffre s’appuie donc Simon Bridges ?

Une efficacité questionnée

Les membres des gangs seraient donc pour la plupart passés à la clandestinité. De plus, ces personnes n’arrêtent pas d’être membres du gang après leur arrestation. A leur sortie de prison ils ont une raison de plus de rester dans le gang. Les policiers ont besoin de travailler avec les communautés pour être efficaces ; cela vaut aussi pour les gangs. Si personne ne parle à la police, si personne ne coopère il est difficile d’agir. L’unité Strike Force Raptor traite tous les membres des gangs de la même façon ; cela soude le groupe contre les agents.

Cette unité de type para-militaire a été établie en 2009 suite à un affrontement mortel entre Comancheros et Hell’s Angels. Le groupe cherche à punir les membres des gangs par tous les moyens légaux. Ils s’en prennent aux membres pour la moindre infraction, même la plus mineure. Cette année l’unité a procédé à plus de 5000 arrestations. Ils ont aussi récupéré 1700 armes à feu et fermé 50 locaux en 10 ans. Cependant on ignore tout du nombre d’agents employés ou de leur efficacité réelle. Simon Bridges a promis de donner des chiffres, sans préciser quand il le ferait.

Lire la suite

Articles

Crise financière au Zimbabwe

le

Face à l’inflation les entreprises se livrent au trafic de monnaies étrangères en raison du climat économique inquiétant et de la corruption

Il existe actuellement une pénuries aiguë de devises étrangères. Dans ce pays fortement tributaire des importations et d’un environnement bancaire très rigoureux ceci a exacerbé le fléau des flux financiers illicites (FFI). Les coupables étant la plupart du temps des entreprises zimbabwéennes légales.

Une méfiance généralisée envers le système bancaire

Les FFI sont des mouvements illégaux d’argent ou de capitaux d’un pays à l’autre. Selon Global Financial Integrity et l’AFRODAD, le Zimbabwe aurait perdu à cause d’eux 2 milliard et demi d’euros au cours de la période allant de 2004 à 2013. Cela représente une moyenne annuelle de 510 millions d’euros. Christopher Mugaga, président-directeur général de la Chambre de commerce nationale du Zimbabwe, a déclaré que les entreprises ont été conduites à des actions illicites en raison du climat commercial difficile.

Un responsable d’un fabricant de détergents, qui a accepté de s’exprimer sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que sa société employait des courtiers pour trouver des dollars américains et des rands sud-africains. « La situation des affaires au Zimbabwe ne récompense pas l’honnêteté », a-t-il déclaré. Les fonds transférés sont rapidement convertis en dollars et récupérés sous prétexte de se procurer du matériel provenant de l’extérieur. Le gouvernement du Zimbabwe a mis en place une limite stricte de 2 000 USD en espèces par voyage en dehors du pays. Mais bien sûr les courtiers ne déclarent pas l’argent qu’ils sont allés chercher.

Le cercle vicieux de l’inflation

Les taux d’inflation officiels du pays oscillent maintenant au-dessus des 300%. Selon le FMI, les prix augmentent presque quotidiennement alors que les salaires stagnent. Ces augmentations ont grignoté les revenus de nombreuses personnes. Un programme gouvernemental tente timidement d’offrir aux entreprises de générer des revenus supplémentaires en dehors de leurs activités principales. Dans le cadre de ce programme, les fabricants sont autorisés à conserver 80% de leurs recettes en devises sur une période pouvant aller jusqu’à 30 jours. Suite à cela les fonds doivent obligatoirement être convertis en monnaie locale. Cette fenêtre doit permettre aux entreprises de se rééquiper. Les 20% restants sont échangés dans la monnaie locale au taux officiel en vigueur. Ces mesures sont jugées bien insuffisantes.

Pour la Commission anti-corruption du Zimbabwe (ZAAC) ; « L’externalisation des flux financiers illicites est une forme de corruption ». Lennox Mhlanga, journaliste spécialisé dans les affaires et expert financier indépendant, a déclaré que la corruption se répand. Selon lui les autorités zimbabwéennes ont ignoré certaines des transactions illégales commises par des individus liés aux dirigeants du pays.

Lire la suite

Articles

Interpol coordonne la lutte contre les faux papiers

le

Vingt fonctionnaires d’Asie du Sud-Est ont été formés à Hanoi, au Viet-Nam, aux dernières techniques d’examen des documents de voyage

La formation s’est étendue sur trois jours, du 9 au 11 octobre 2019. Elle a été coorganisée par Interpol et Idemia. Elle était destinée à des fonctionnaires chargés du contrôle des frontières et de l’immigration.

Une coopération inédite

Pour la première fois la branche d’Interpol qui s’occupe de la contrefaçon des Documents administratifs (la CCSD) a travaillé avec Idemia. Idemia est une entreprise française de sécurité numérique spécialisée dans la biométrie, la sécurité digitale et l’analyse de données et de vidéos. Une vingtaine de fonctionnaires d’Asie du Sud-Est ont été formés aux techniques d’examen des documents. Le cours comportait des exercices pratiques sur l’identification de documents frauduleux, contrefaçons et falsifications. Au programme également des techniques innovantes de protection des passeports ; telles que l’image stéréoscopique au laser, les techniques de portrait en 3D ou la gravure au laser en couleur avec Lasink. La formation de trois jours comprenait également de études de cas ainsi que des présentations de pays.

Isabelle Poulard est la vice-présidente des unités de passeport et de permis de conduire, division Sécurité publique et identité, d’Idemia. Pour elle ; «Outre la numérisation de l’identité, les cartes d’identité et documents de voyage papier continueront à être délivrés. Le nombre de voyageurs va doubler en moins de deux ans. Il est donc très important pour Idemia de coopérer avec Interpol ; de partager les meilleures pratiques et de former les responsables de première ligne à la lutte contre tous les types de fraudes documentaires ».

L’utilisation des outils et données d’Interpol

Interpol a fait une présentation de sa base de données sur les documents de voyage volés et perdus. Elle contient plus de 87,5 millions d’enregistrements provenant de 177 pays sur divers documents ; passeports, cartes d’identité, tampons de visa etc. Le programme Edison a aussi été présenté. Ce dernier fournit des exemples de documents authentiques de voyage afin d’aider les agents à identifier les faux. Enfin, la Bibliothèque numérique de l’organisme, Dial-Doc n’était pas en reste. Elle permet aux pays d’émettre des alertes mondiales dès que leurs agents aux frontières détectent une nouvelle forme de contrefaçon de documents.

Daniela Djidrovska est coordinatrice de l’unité Contrefaçon et documents de sécurité d’Interpol. Elle salue cette première formation CCSD-Idemia. Selon elle ; « ces échanges sont importants pour améliorer les connaissances et les compétences des participants à la lutte contre la contrefaçon de document. » Les exercices menés à cette occasion ont renforcé les capacités des agents formés en matière de détection de faux documents. Elle ajoute ; “Des représentants des services de contrôles aux frontières de pays membres d’Interpol ont pu s’y former à de nouvelles normes de sécurité des documents. Les évolutions futures et des fonctionnalités de sécurité innovantes ont été discutées.”

 

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages