Connect with us

Contrefaçons

Hausse de la contrefaçon : les marques tricolores se mobilisent avec la blockchain

le

Les marques Louis Vuitton et Dior, en partenariat avec Microsoft et ConsenSys, ont lancé la plateforme blockchain AURA pour permettre la traçabilité de leurs produits. D’autres marques du groupe LVMH devraient bientôt s’y associer.

Il représente une menace pour l’économie mondiale en général et celle de la France en particulier. Selon un récent rapport de l’OCDE et de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), le commerce de produits de contrefaçon représente 3,3 % des échanges mondiaux (contre 2,5 % en 2013). La valeur des produits de contrefaçon s’est en effet élevée à 509 milliards de dollars en 2016 contre 461 milliards en 2013.

Réputée pour ces produits de luxe, la France est le second pays occidental après les États-Unis à être le plus visé par la contrefaçon, largement devant l’Italie, la Suisse et l’Allemagne. Or, « le commerce de produits de contrefaçon, qui porte atteinte aux marques et droits d’auteur, génère des bénéfices au profit du crime organisé et aux dépens des entreprises et des États », s’alarme l’OCDE.  « Le commerce de contrefaçons représente un manque à gagner pour les entreprises et les finances publiques et alimente d’autres activités criminelles. Il constitue également un réel danger pour la santé et la sécurité des consommateurs », prévient pour sa part Marcos Bonturi, directeur de la Gouvernance publique de l’organisation internationale.

LVMH, ConsenSys et Microsoft veulent prouver l’authenticité de leurs produits

Particulièrement touchées par ce fléau qui entraîne un manque à gagner tout en écornant leur image, les marques tricolores ont décidé de riposter. Jeudi 16 mai, LVMH, ConsenSys et Microsoft ont annoncé le lancement du projet AURA, un consortium blockchain visant à fournir des services de suivi et de traçabilité des produits à l’industrie du luxe.

Gérée sous forme de consortium, cette plateforme permettra de donner aux consommateurs une preuve de l’authenticité d’un produit. « Au moment de l’achat, le consommateur peut utiliser l’application de la marque pour recevoir le certificat AURA contenant toutes les informations sur le produit. La blockchain, décentralisée et immuable, offre une transparence totale et une fiabilité unique pour le consommateur : elle garantit l’authenticité du produit, fournit des détails sur son origine et ses composantes (y compris des informations éthiques et environnementales), des instructions pour l’entretien du produit, son service de vente ainsi que sa garantie », a expliqué ConsenSys dans communiqué.

Marque blanche

Spécialisée dans les services et solutions faisant appel à Ethereum (un protocole d’échanges décentralisés permettant la création de contrats intelligents consultables publiquement dans une blockchain), ConsenSys affirme que le modèle de type consortium garantit un partage de l’innovation entre les partenaires tout en conservant la flexibilité nécessaire pour répondre aux besoins spécifiques de chaque membre. La startup se dit « fière » de « contribuer et de collaborer avec LVMH à une initiative qui servira l’ensemble du secteur du luxe, protégeant les intérêts, l’intégrité et la confidentialité de chaque marque, en exploitant la blockchain Ethereum de manière véritablement décentralisée ».

Le champion du luxe français estime pour sa part « logique » de s’intéresser de près « à assurer l’authenticité de ses produits ». Si AURA devra dans un premier temps protéger les produits des marques Louis Vuitton et Dior, le projet « sera ensuite progressivement étendu aux « 70 Maisons d’exception » que regroupe LVMH, voir même être proposé à des concurrents, en créant une marque blanche pour ce système ».

Alors que deux contrefaçons sur dix saisies dans le monde correspondent à des produits usurpant des marques ou des brevets français, AURA pourrait devenir un rempart indispensable contre un phénomène qui coûte près de sept milliards d’euros à l’économie française et qui fait perdre plus de 400 000 emplois à l’Europe.

Lire la suite

Articles

Contrefaçon de cartouches d’encre HP

le

cartouches d’encre HP

Les autorités nigériennes ont récemment mené une opération pour stopper un important trafic de cartouches d’encre HP de contrefaçon

Les autorités policières nigériennes ont mis leurs efforts en commun ; des équipes de lutte contre la contrefaçon et la fraude de HP ont participé au travail. Un total de trois réseaux majeurs de trafiquants ont ainsi été démantelés. Ces groupes fournissaient des cartouches d’encre HP illégales sur le marché national. Les trois raids policiers ont notamment ciblés de vastes entrepôts dans l’État du Nasarawa et de la zone de Abuja.

Les extraordinaires cartouches d’encre HP

Ces saisies ont permis de récupérer plus de 5000 produits illégaux sur différents sites liés au trafic. Selon le responsable de HP pour le Nigeria, Emmanuel Asika ; « La contrefaçon est une activité illégale qui impacte négativement non seulement le métier des revendeurs et des distributeurs mais aussi l’expérience produit de nos clients. Les véritables cartouches d’encre HP ont été développées afin de délivrer des résultats de haute qualité en ayant un impact minimal sur l’environnement ».

Emmanuel Asika a aussi souligné l’importance de ce partenariat avec la police pour HP. Il s’est également félicité de cette réussite exceptionnelle qui protégera les clients de ces ventes de produits frauduleux. Les revendeurs et les distributeurs sont directement victimes de ce phénomène d’ampleur internationale. Une étude récente provenant de l’Union Européenne révèle que les biens de contrefaçon représentent 3,3 % du commerce mondiale, soit 509 milliards de dollars.

Lutte contre le trafic ou opération de communication ?

On estime qu’au sein de l’Union Européenne les bien illégaux ou de contrefaçon représentent 6,8 % du commerce total, soit 121 milliards d’euros. Les entreprises et les États sont les organisations qui perdent le plus d’argent du fait de ces trafics. Les entreprises sont promptes à pointer du doigt le danger pour les clients ou les risques de perte d’emploi ; le problème principale est malgré tout une affaire de manque à gagner pour ces dernières. Il suffit de juger sur pièce la place que prennent la description de la qualité des cartouches d’encre HP dans certains articles traitant de ce trafic.

Certains articles vont ainsi souligner à quel point ces fameuses cartouches d’encre HP de contrefaçon sont un danger pour les clients ; malfonctionnements, casse du matériel, fuites voir destruction supposée de l’imprimante. Ces articles vont jusqu’à souligner le terrible impact écologique qu’aurait ce trafic. Le mauvais fonctionnement des cartouches obligerait à refaire les impressions. De son côté HP serait un modèle de développement durable contribuant au recyclage des bouteilles plastiques dans ses produits. Ce dernier argument tiens plus d’un véritable greenwashing. On en viendrait presque à se demander pourquoi HP s’inquiète tant de ce trafic si ces cartouches d’encre sont aussi nocives que ce qu’on peut lire ici.

Lire la suite

Articles

Trafic de clubs de golf

le

clubs de golf

Près de 10 000 contrefaçons de grandes marques de clubs de golf ont été saisies en Chine dans la province de Guangdong

Au cours de l’année dernière les perturbations de la chaîne d’approvisionnement du fait de la pandémie ont aussi impacté les magasins de golf. Des pénuries de manches, de poignées et autres composants ont rendu l’accès au jeu compliqué pour de nombreuses personnes. Certains joueurs n’ont pu obtenir le matériel nécessaire qu’au bout de plusieurs semaines, voir plusieurs mois. Il n’est donc pas surprenant que le trafic de clubs de golf soit devenu une opportunité supplémentaire pour les contrebandiers.

Une opération de la police chinoise

Les producteurs et vendeurs de contrefaçons de clubs de golf connaissent bien le marché. Ils savent que des golfeurs frustrés par l’attente ne seront pas trop regardant sur l’origine de leur équipement. Ils se tourneront donc vers la façon la plus rapide et la moins onéreuse d’obtenir leur matériel. Les criminels ont donc eu toute l’opportunité de s’insérer d’avantage dans ce marché déjà profitable avant la pandémie. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre les chiffres des saisies du Groupe de Travail états-unien des Fabricant de Clubs de Golf contre la Contrefaçon.

Le groupe a annoncé la saisie de 9769 clubs de golf et composants ainsi que 10 600 contrefaçons d’étiquettes de marques. Parmi les marques ciblées ont trouve ainsi XXIO, Titleist, TaylorMade, PXG, Callaway et Ping. Ces saisies ont eu lieu au cours de deux raids. Ce succès est à mettre au crédit de la police de Shanghai opérant dans la ville de Dongguan. Selon Lisa Rogan, chargée de la protection de l’image de Titleist ; « Le succès de ces raids servent de rappel poignant que les producteurs contrefaçons ne seront pas tolérés ».

La plus grande saisie de clubs de golf

Le groupe de lutte contre la contrefaçon est une association de six grandes entreprises de producteurs de club de golfs ; Acushnet, Callaway, Cleveland/Srixon/Xxio, Ping, PXG et TaylorMade. La fondation du groupe remonte à 2004. Ces derniers travaillent de concert avec les autorités locales. Ils enquêtent sur les biens de contrefaçons et coordonnent des raids pour saisir les productions illégales. Leur travail aurait mené à la fermeture de plus de 1500 sites internet et à la saisie de plus de 2 millions de contrefaçons.

Malheureusement l’accroissement de la popularité du golf a encouragé les criminels. De plus en plus de têtes de clubs, de manches, de poignées, de sacs de balles et de couvre-chefs sont produits à travers le monde. En 2020 la plus grande saisie de matériel a eu lieu ; 120 000 pièces de contrefaçon ont été récupérées et 15 personnes arrêtées. Le groupe de lutte contre la contrefaçon prévient les consommateurs que si le prix pour une pièce semble trop beau pour être vrai c’est que c’est probablement le cas. Cependant le groupe se charge aussi de fournir de nombreux éléments pour reconnaître de faux équipements sur son site internet.

Lire la suite

Contrefaçons

LVMH, Prada et Cartier lancent « Aura Blockchain Consortium »

le

LVMH, Prada et Cartier  s’allient pour assurer une traçabilité élevée tout au long du cycle de vie d’un produit.

C’est dans le but « d’assurer aux clients une transparence et une traçabilité élevées tout au long du cycle de vie d’un produit » que le groupe LVMH a développé, en partenariat avec Prada et Cartier (groupe Richemont), la première blockchain de luxe internationale.

Baptisée « Aura Blockchain Consortium », cette technologie de stockage et de transmission d’informations (chaîne de blocs) associe un identifiant de produit à un identifiant client. Elle fournit ainsi une infrastructure permettant aux consommateurs d’accéder à l’historique d’un produit et à la preuve de son authenticité à chaque étape de la chaîne de valeur, de la matière première au point de vente.

France : 5,64 millions d’articles de contrefaçon interceptés en 2020

« Pour notre secteur, Aura Blockchain Consortium constitue une opportunité sans précédent de renforcer le lien qui nous unit à nos clients en leur offrant des solutions simples pour mieux connaître nos produits », a déclaré dans un communiqué Toni Belloni, directeur général de LVMH.

Pour les marques de luxe comme LVMH, il s’agit en effet de « communiquer directement avec les consommateurs, en racontant une histoire unique sur la qualité de leurs matériaux, leur savoir-faire et leur créativité, tout en renforçant la relation entre le client et la marque ».

Il faut dire que l’enjeu est de taille. Selon les chiffres de la Direction générale des douanes, les saisies de contrefaçons en France sont passées de 200 000 articles interceptés en 1994 à 5,64 millions en 2020, soit un bond spectaculaire de 2 800 % !

Un manque à gagner de près de 7 milliards d’euros pour la France

Tous les produits sont concernés par le faux. En 2020, la douane a saisi près de 800 000 vêtements, chaussures et accessoires, 470 000 jeux et jouets, 172 000 équipements électroniques et 128 000 médicaments. Sans oublier les cas de contrefaçons de masques de protection respiratoire, de type FFP2 chirurgicaux ou encore FFP3. Au total, 272 000 masques de protection contrefaits ont été saisis par les services douaniers français en 2020.

Selon le dernier rapport de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), agence qui gère l’enregistrement des marques au sein de l’UE, la contrefaçon coûte chaque année 56 milliards d’euros à onze secteurs de l’économie européenne et près de 6,8 milliards d’euros rien qu’à la France.

Des estimations qui pourraient se révéler modestes après la crise sanitaire de ces deux dernières années. Comme le souligne la Direction des douanes, les contrefaçons produites à l’échelle mondiale circulent par le fret express et postal via les plateformes en ligne, dont l’essor a été accéléré par les mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Alors que la mondialisation des échanges et le développement du commerce en ligne pourraient repartir de plus belle dans le « monde d’après », la lutte contre les contrefaçons devra sans doute s’affermir. Pour 2021-2022, les services douaniers se sont engagés à renforcer leur stratégie nationale grâce à des services spécialisés composés, notamment, de cyberdouaniers.

Attirer d’autres acteurs prestigieux

Mais des initiatives régionales voient également le jour. La gendarmerie des Yvelines a développé l’application Gendlucse (lutte contre la contrefaçon et pour la sécurité économique par la gendarmerie).

Il s’agit d’un dispositif unique au monde qui traque et repère les marchandises de contrefaçon. Utilisable sur smartphone, tablette ou ordinateur, l’application se veut « très simple d’utilisation ». Lors d’un contrôle, une simple photo de l’objet pourra être envoyée à un référent de la marque concernée. « Et quelques minutes après, ou quelques heures maximum », les militaires devraient recevoir la réponse d’un expert.

Mise au point par un gendarme réserviste également patron de l’entreprise d’ingénierie Agenium (basée à Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines), Gendlucse affiche déjà un bilan positif. Mardi 20 avril, elle a permis la saisie de 2 700 cartouches de cigarettes, soit 27 000 paquets représentant un montant total de plus de 270 000 euros.

De son côté, la technologie Aura Blockchain Consortium se dit « ouverte à toutes les marques de luxe, et pas seulement aux fondateurs ». Le consortium est une organisation à but non lucratif dont les bénéfices seront réinvestis pour assurer la pérennité technologique de la plateforme.

Alors que la contrefaçon représente une triple menace pour la santé publique, la sécurité des consommateurs et l’économie nationale, cette initiative devrait très rapidement attirer d’autres acteurs prestigieux.

 

 

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending