Connect with us

Trafics divers

Maroc : arrestation d’un couple pour trafic présumé de drogue

le

L’épouse avait sur elle plus de 1000 comprimés d’ecstasy.

Le service préfectoral de la police judiciaire de Meknès a arrêté, mardi, “sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire”, une femme de 24 ans suspectée de détention et trafic de drogues et de psychotropes, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La mise en cause a été interpellée à la gare ferroviaire de Meknès à son arrivée à bord d’un train en provenance d’une ville du nord du Maroc, a précisé la DGSN dans un communiqué, faisant savoir que les fouilles avaient permis la saisie à sa possession de 1 002 comprimés d’ecstasy, en plus de deux doses de cocaïne. Les recherches et investigations ont finalement abouti à l’arrestation de son mari, suspecté d’être le principal trafiquant de ces drogues.

Le couple a été placé en garde à vue. Une enquête est en cours pour déterminer toutes les circonstances de l’affaire et pour trouver et arrêter d’éventuels complices.  

Cette arrestation intervient une semaine après celle de deux personnes soupçonnées d’implication dans la possession et le trafic d’ecstasy, dont un faisant l’objet d’un avis de recherche national pour des affaires de drogues. La police avait alors saisi 3 891 comprimés d’ecstasy sur eux.

Lire la suite

Articles

Crise financière au Zimbabwe

le

Face à l’inflation les entreprises se livrent au trafic de monnaies étrangères en raison du climat économique inquiétant et de la corruption

Il existe actuellement une pénuries aiguë de devises étrangères. Dans ce pays fortement tributaire des importations et d’un environnement bancaire très rigoureux ceci a exacerbé le fléau des flux financiers illicites (FFI). Les coupables étant la plupart du temps des entreprises zimbabwéennes légales.

Une méfiance généralisée envers le système bancaire

Les FFI sont des mouvements illégaux d’argent ou de capitaux d’un pays à l’autre. Selon Global Financial Integrity et l’AFRODAD, le Zimbabwe aurait perdu à cause d’eux 2 milliard et demi d’euros au cours de la période allant de 2004 à 2013. Cela représente une moyenne annuelle de 510 millions d’euros. Christopher Mugaga, président-directeur général de la Chambre de commerce nationale du Zimbabwe, a déclaré que les entreprises ont été conduites à des actions illicites en raison du climat commercial difficile.

Un responsable d’un fabricant de détergents, qui a accepté de s’exprimer sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que sa société employait des courtiers pour trouver des dollars américains et des rands sud-africains. « La situation des affaires au Zimbabwe ne récompense pas l’honnêteté », a-t-il déclaré. Les fonds transférés sont rapidement convertis en dollars et récupérés sous prétexte de se procurer du matériel provenant de l’extérieur. Le gouvernement du Zimbabwe a mis en place une limite stricte de 2 000 USD en espèces par voyage en dehors du pays. Mais bien sûr les courtiers ne déclarent pas l’argent qu’ils sont allés chercher.

Le cercle vicieux de l’inflation

Les taux d’inflation officiels du pays oscillent maintenant au-dessus des 300%. Selon le FMI, les prix augmentent presque quotidiennement alors que les salaires stagnent. Ces augmentations ont grignoté les revenus de nombreuses personnes. Un programme gouvernemental tente timidement d’offrir aux entreprises de générer des revenus supplémentaires en dehors de leurs activités principales. Dans le cadre de ce programme, les fabricants sont autorisés à conserver 80% de leurs recettes en devises sur une période pouvant aller jusqu’à 30 jours. Suite à cela les fonds doivent obligatoirement être convertis en monnaie locale. Cette fenêtre doit permettre aux entreprises de se rééquiper. Les 20% restants sont échangés dans la monnaie locale au taux officiel en vigueur. Ces mesures sont jugées bien insuffisantes.

Pour la Commission anti-corruption du Zimbabwe (ZAAC) ; « L’externalisation des flux financiers illicites est une forme de corruption ». Lennox Mhlanga, journaliste spécialisé dans les affaires et expert financier indépendant, a déclaré que la corruption se répand. Selon lui les autorités zimbabwéennes ont ignoré certaines des transactions illégales commises par des individus liés aux dirigeants du pays.

Lire la suite

Articles

Interpol coordonne la lutte contre les faux papiers

le

Vingt fonctionnaires d’Asie du Sud-Est ont été formés à Hanoi, au Viet-Nam, aux dernières techniques d’examen des documents de voyage

La formation s’est étendue sur trois jours, du 9 au 11 octobre 2019. Elle a été coorganisée par Interpol et Idemia. Elle était destinée à des fonctionnaires chargés du contrôle des frontières et de l’immigration.

Une coopération inédite

Pour la première fois la branche d’Interpol qui s’occupe de la contrefaçon des Documents administratifs (la CCSD) a travaillé avec Idemia. Idemia est une entreprise française de sécurité numérique spécialisée dans la biométrie, la sécurité digitale et l’analyse de données et de vidéos. Une vingtaine de fonctionnaires d’Asie du Sud-Est ont été formés aux techniques d’examen des documents. Le cours comportait des exercices pratiques sur l’identification de documents frauduleux, contrefaçons et falsifications. Au programme également des techniques innovantes de protection des passeports ; telles que l’image stéréoscopique au laser, les techniques de portrait en 3D ou la gravure au laser en couleur avec Lasink. La formation de trois jours comprenait également de études de cas ainsi que des présentations de pays.

Isabelle Poulard est la vice-présidente des unités de passeport et de permis de conduire, division Sécurité publique et identité, d’Idemia. Pour elle ; «Outre la numérisation de l’identité, les cartes d’identité et documents de voyage papier continueront à être délivrés. Le nombre de voyageurs va doubler en moins de deux ans. Il est donc très important pour Idemia de coopérer avec Interpol ; de partager les meilleures pratiques et de former les responsables de première ligne à la lutte contre tous les types de fraudes documentaires ».

L’utilisation des outils et données d’Interpol

Interpol a fait une présentation de sa base de données sur les documents de voyage volés et perdus. Elle contient plus de 87,5 millions d’enregistrements provenant de 177 pays sur divers documents ; passeports, cartes d’identité, tampons de visa etc. Le programme Edison a aussi été présenté. Ce dernier fournit des exemples de documents authentiques de voyage afin d’aider les agents à identifier les faux. Enfin, la Bibliothèque numérique de l’organisme, Dial-Doc n’était pas en reste. Elle permet aux pays d’émettre des alertes mondiales dès que leurs agents aux frontières détectent une nouvelle forme de contrefaçon de documents.

Daniela Djidrovska est coordinatrice de l’unité Contrefaçon et documents de sécurité d’Interpol. Elle salue cette première formation CCSD-Idemia. Selon elle ; « ces échanges sont importants pour améliorer les connaissances et les compétences des participants à la lutte contre la contrefaçon de document. » Les exercices menés à cette occasion ont renforcé les capacités des agents formés en matière de détection de faux documents. Elle ajoute ; “Des représentants des services de contrôles aux frontières de pays membres d’Interpol ont pu s’y former à de nouvelles normes de sécurité des documents. Les évolutions futures et des fonctionnalités de sécurité innovantes ont été discutées.”

 

Lire la suite

Analyses

Mieux comprendre la criminalité russophone opérant en France

le

russian-prison-tattoo-Arkady-Bronniko-EGE

© FUEL/Arkady Bronnikov

L’École de Guerre Économique (EGE) a publié en mai dernier une étude réalisée dans le cadre d’un de ces cours, sous la direction de Benjamin Pelletier, sur les enjeux culturels des groupes criminels russophones. Un travail de recherche permettant de mieux comprendre les facteurs culturels liés aux groupes mafieux et réseaux criminels géorgiens et lituaniens opérant en France.

Comme point de départ de cette étude, un rapport du Service d’Information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité (Sirasco). En France, la Direction Centrale de la Police Judiciaire a mis en place ce service de renseignement criminel, en 2009, pour rassembler les données permettant l’analyse du crime organisé. Le Sirasco a rendu public, exceptionnellement, en 2014, son rapport de synthèse sur la criminalité organisée.

Un groupe d’étudiants de l’EGE (composé de Jean-Michel Barbier, Laurence Bault, Vincent Cassard et Clément Chevignon) s’est servi de ce rapport comme base de départ, et a réalisé des entretiens d’experts sur les pays concernés et ces réseaux. Ainsi, ils livrent une fine analyse de la criminalité russophone et plus particulièrement géorgienne et lituanienne. L’idée étant de répondre à cette question : quelles connaissances culturelles devraient posséder les forces de l’ordre françaises afin de mieux comprendre la criminalité organisée russophone originaire de Géorgie et Lituanie ? De ce rapport, nous en avons retiré ce qui peut permettre une meilleure compréhension de l’organisation des trafics, en France, initiés par ces réseaux.

Voleurs légitimes

La criminalité russophone n’est pas constituée de groupes homogènes mais comprend différentes nationalités : biélorusses, ukrainienne, géorgienne, arménienne… Formant une constellation de mafias. La fraternité criminelle russe trouve son identité dans un rejet de la société, imposant un code strict ne permettant ni de fonder une famille, ni de travailler pour une autorité ou un patron, ni de posséder une adresse à soi (une tradition aujourd’hui de moins en moins respectée, dans les faits).

Au sommet de la pyramide : les « vory v zakone » ou « voleurs légitimes », représentant l’homme du peuple libre et fidèle au code (d’honneur). À partir de 1922, la répression s’accentue et trouve son apogée sous le régime stalinien en 1953 : les autorités de l’époque, un régime de terreur, procèdent à des arrestations en masse. Le nombre de prisonniers était alors estimé à 18 millions. « La moitié du peuple russe était dans les goulags et l’autre moitié attendait de s’y rendre ». pouvait-on entendre à l’époque.

Le « code » évolue avec la toufta : stratégie de survie et de fraude dans les camps. Cette période permet aussi un renforcement du culte du voleur. Selon Federico Varese, un chercheur italien à l’Université d’Oxford, spécialiste du crime organisé et de la mafia russe plus particulièrement, les camps « fournissent un réseau de contacts pour les criminels et une opportunité de partage d’expériences ainsi qu’une opportunité d’élaborer des stratégies de développement. »

Entreprises de violence

Sous l’ère de Leonid Brejnev, qui dirigea l’URSS de 1964 jusqu’à sa mort en 1982, le KGB utilise le milieu criminel pour pénétrer le monde occidental, notamment aux États-Unis. La société soviétique développe alors un système mafieux basé sur le racket, la corruption et le marché noir.

La Perestroïska – les réformes économiques et sociales menées par le président de l’URSS Mikhaïl Gorbatchev entre avril 1985 et décembre 1991 – et l’effondrement du parti et des services de l’État amènent à une transition économique brutale qui va accentuer la criminalisation de la société et permettre aux groupes criminels de se développer davantage, profitant de l’ouverture d’un marché privé peu régulé. Ces nouvelles initiatives sont surnommées « des entreprises de violences » et la période évolue vers la recherche du profit, et donc un assouplissement du code originel. La chute du communisme entraîne les anciennes républiques soviétiques dans une forme d’anarchie, l’État ne jouant plus son rôle.

À partir des années 90, les groupes criminels russophones s’internationalisent. La lutte contre le crime organisé en Géorgie, par exemple, à partir de 2005, va favoriser un exode de criminels vers l’Europe de l’Ouest.

Suite à l’élection de Vladimir Poutine, le pouvoir de l’État se renforce. Pour faire appliquer les lois et la sécurité, Poutine s’appuie sur un réseau de cadres issus des services de renseignement, plus spécifiquement du KGB. Ces cadres au cœur de réseaux informels d’influence se retrouvent alors en position favorable pour aider l’exercice officiel du pouvoir.  Le Président concentre alors les pouvoirs politiques, consolide sa mainmise sur les secteurs économiques et les médias, tout en permettant aux réseaux mafieux de continuer à exister, à la condition qu’ils ne portent pas préjudice à l’État.

Implantation des mafias russophones en France et en Europe

Les régimes répressifs des pays issus de l’éclatement de l’Union soviétique ont entraîné, ces quarante dernières années, une forte migration vers l’Ouest et notamment en France. Selon le Sirasco, l’Hexagone serait en passe d’atteindre le niveau 2 sur l’échelle graduée de 1 à 3 qui mesure le degré d’implantation des mafias russophones, celui de la « pénétration dans le tissu économique et social et de la diversification des activités criminelles. »

Parmi les groupes héritiers du vieux code appliqué dans les Goulags de Staline, les russophones géorgiens, les Kanonieri Qurdebi, sont incontestablement de ceux les plus actifs en France.

Flux-migratoire-groupes-criminels-Georgiens-Lituaniens-France-illicit-trade

Figure 3 Flux migratoire des groupes criminels Georgiens et Lituaniens vers la France – JM. Barbier 2019.

Fédérées sous une « coupole » – cet organe de direction qui caractérise la mafia italienne, modèle du genre -, les organisations criminelles baltes sont également actives en Europe, et parmi elles, le gang des « Marcheurs » ou celui des « Kaunas lituaniens. »

Comme le précise l’enquête de Jérôme Pierrat pour le Point, publiée en 2011, les Lituaniens se sont distingués depuis 2003 dans le trafic de fausse monnaie, écoulée via le système des « Marcheurs », comme ils ont été surnommés par la police :

« Les équipes, très mobiles, circulent dans des voitures spécialement aménagées pour cacher les 150 billets qui leur ont été remis au départ et dorment dans des hôtels bon marché. Une fois dans la ville ciblée, ils écument une dizaine de commerces par jour. Et pour limiter les risques, chaque « marcheur » – ils font leur « tournée » à pied – ne détient qu’une seule coupure par magasin visité. Les marcheurs gardent la marchandise achetée ainsi que 10 % de chaque billet écoulé. Le reste de l’argent est rapporté au pays en voiture par un convoyeur. »

L’enquête du Point précisait à l’époque aussi que les mafieux lituaniens excellent dans la production de faux passeports pour leurs voisins russes et biélorusses. Les Lettons, eux, font aussi dans les faux timbres, faux chèques de voyage, fausses attestations de maîtrise de langues étrangères..

Plus récente, l’étude de l’École de Guerre Économique revient sur l’opération VOR, réalisée à Lyon en décembre 2018, ayant permis l’arrestation de 22 personnes appartenant aux Kanonieri Qurdebi. Parmi eux, des Géorgiens et un butin constitué de bijoux, de voitures de luxe et de 14 kg d’or.

En Bretagne, deux gangs ont été interpellés pour vol et trafic de moteurs hors-bord, fin 2016. Au total, 300 moteurs sur la région et potentiellement 1000 autres sur toute la côte ouest ont été volés par deux groupes liés à la mafia lituanienne.

L’étude précise que « bien qu’ils aient réussi à cultiver le mythe du voleur, se jouant des forces de l’ordre françaises, l’émergence de cols blancs dans la hiérarchie et l’expérience d’un mode de vie occidental commencent à égratigner un code de conduite séculaire. »

Répartition-groupes-criminels-Europe-Est-territoire-national

Figure 4 – Répartition des groupes criminels d’Europe de l’Est sur le territoire national – Le Monde n° 21433.

La France, une place de choix

Plusieurs circonstances ont fait de la France une destination de choix pour ces réseaux très structurés : sa situation de carrefour au cœur de l’Europe, la qualité de ses infrastructures, son intégration à l’espace Schengen. Les activités criminelles qui sont perpétrées vont des vols, aux cambriolages, en passant par l’évasion fiscale, les meurtres, le blanchiment, la prostitution ou encore le trafic d’antiquités.

Ces groupes agissent sous couvert d’activités légales et de structures officielles comme des sociétés de transports, de logistique ou à travers des investissements immobiliers.

Ils limitent les contacts avec la population locale et restent à l’écart des réseaux criminels endémiques. Ils n’opèrent que rarement dans des activités criminelles de rue, les réseaux constitués en France étant principalement des facilitateurs et organisateurs du trafic, agissant comme hommes d’affaires et perpétrant une criminalité en col blanc.

>> Lire l’intégralité de l’étude de l’EGE 

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages