Connect with us

Contrefaçons

Anti-contrefaçon : les enjeux du numérique

le

unifab-journee--mondiale-anticontrefacon-illicit-trade

Ce jeudi 6 juin 2019, à l’occasion de la Journée mondiale anti-contrefaçon, l’Unifab (Union des Fabricants) ouvrait le débat sur l’innovation dans ce secteur. Comment le numérique peut-il aider la lutte anti-contrefaçon ?

« Les faussaires ne font pas cavaliers seuls. Notre réponse doit donc être commune », expliquait en introduction de l’événement Christian Peugeot, président de l’Unifab. Pour pallier les pertes causées par la contrefaçon, représentant entre 5 à 9% du commerce mondial, les plateformes de ventes en ligne, les réseaux sociaux, les autorités… tous doivent unir leur force pour lutter contre cette délinquance et prévenir la méconnaissance des acheteurs du danger qu’ils encourent. À cet effet, le 15 juillet prochain devrait être lancée à Cannes une campagne de sensibilisation adressée aux consommateurs. Un partenariat avec l’INPI, la douane et la gendarmerie.

La blockchain, outil de traçabilité

De son côté, l’industrie du luxe a trouvé dans la blockchain un bouclier protecteur pour lutter contre ce trafic. Richard Yung, président du CNAC (Comité national anti-contrefaçon), a rappelé le récent lancement d’AURA en mai dernier : cette plateforme basée sur la blockchain Ethereum, en partenariat avec LVMH, ConsenSys et Microsoft, vise à fournir à l’industrie du luxe un service de suivi et de traçabilité des produits, de la production au point de vente, jusqu’à la revente.

De son côté, le fabricant Seagate a fait appel à IBM pour authentifier la provenance de ses disques durs grâce à la blockchain : des signatures cryptographiques seront apposées sur chaque produit puis enregistrées dans la blockchain d’IBM, permettant de le tracer durant tout son cycle de vie.

L’industrie pharmaceutique n’est pas en reste : des chercheurs américains ont développé un protocole basé sur la blockchain pour contrôler la circulation des médicaments. Ainsi, seuls les utilisateurs possédant une clé spécifique peuvent accéder ou modifier les données stockées.

Le député Pierre Person, présenté comme le « Monsieur Cryptomonnaie de l’Assemblée nationale » en reste persuadé : « Le secteur de la fabrication doit s’emparer de cette technologie. Les groupes par secteur doivent s’organiser et développer des outils ensemble. »

arianee-contrefacon-blockchain-illicit-trade.jpg

La start-up Arianee met en lien les objets et leurs propriétaires grâce à la technologie blockchain, permettant ainsi de garantir la traçabilité des produits et d’éviter la contrefaçon

Ces innovations doivent répondre à des critères

Ainsi, les nouvelles technologies apportent de nouvelles opportunités dans la lutte anti-contrefaçon. Cependant, elles doivent respecter certains critères indispensables à leur efficacité. Le facteur juridique entraîne de nombreuses obligations. Comme, par exemple, le respect du secret des affaires et de la fiscalité ainsi que la protection des données avec la récente mise en application de la RGPD. C’est ce qu’a souligné Rodolphe Gintz, directeur général des douanes françaises. Il a également rappelé que ces innovations nécessitent d’être « neutres, interopérables et simples d’usage. »

Depuis le 20 mai dernier, par exemple, les nouveaux paquets de cigarettes sont dotés d’un étiquetage assurant leur traçabilité pour combattre le trafic illégal. Si la technologie conçue pour tracer ces nouveaux paquets est complexe, l’outil délivré aux agents sur le terrain doit être facile d’utilisation. « Nos agents scannent les produits. Ils savent rapidement avec un code couleur s’il y a un problème ou non, » a précisé Rodolphe Gintz.

Les plateformes de vente en ligne, lieu de contrefaçon

Les plateformes de e-commerce ne sont pas une nouveauté. Emmanuelle Hoffman, avocate au barreau de Paris et spécialiste en droit de la propriété intellectuelle a averti : « Ce type de plateforme attire les contrefacteurs. Des experts inspectent les produits, mais on ne peut que regretter que ce ne soit pas systématique. Seuls les propriétaires de la marque peuvent valider un produit. »

Les procédures judiciaires engagées jusqu’à présent contre ce type de plateformes ont été lancées aux États-Unis. En effet, Chanel a intenté des procédures contre deux sites de vente en ligne. La marque de luxe a estimé qu’au moins sept produits contrefaits ont été mis à disposition sur la plateforme californienne TheRealReal. L’autre plateforme dans le viseur : What Goes Around Comes Around. Cette célèbre boutique new-yorkaise est reconnue pour la revente d’articles de luxe de seconde main.

Publicité mensongère et manque de transparence

Dans les deux cas, Chanel accuse ces plateformes d’induire les consommateurs en erreur. Et ce, notamment, par le biais de publicités mensongères. « Lorsque ces détaillants laissent croire à leurs clients que leurs soi-disant experts authentifient les produits réels de la marque, ils les trompent. Nous avons trouvé plusieurs sacs contrefaits sur TheRealReal », a décrié la marque parisienne dans un communiqué publié en novembre 2018. L’avocate Emmanuelle Hoffman le rappelle : « Il faut se mobiliser pour surveiller ces plateformes ».

À l’inverse, certaines d’entre elles ont pris les choses en main. Et semblent très alertées sur le danger de la contrefaçon. C’est le cas de Vide-Dressing, dont les dirigeants, dès 2009, ont mis en place des protections contre la contrefaçon. Son président, Jérôme Delorme, raconte : « Depuis le début de notre plateforme, nous avons accumulé près de 27 millions de photos d’articles à vendre. Nous avons un système d’algorithme qui nous alerte sur des produits douteux. Ensuite, notre équipe de juristes se concentre sur les produits suspicieux et leur travail permet d’alimenter le développement de notre algorithme. D’autre part, nous remboursons nos clients s’ils ont acheté sur notre plateforme des produits contrefaits… et cela, même s’ils s’en rendent compte un an après ! »

Contrefaçon et réseaux sociaux

Pour finir, la contrefaçon ne vise pas que les plateformes de ventes en ligne. Les contrefacteurs s’adressent aujourd’hui directement à leurs clients potentiels à travers les réseaux sociaux. À ce propos, un chiffre en dit long. C’est un responsable de la société LVMH qui l’évoque. Selon un rapport de la société d’analyse Ghost Data, sur Instagram, 20% des publications sur des articles de mode contiendraient des produits contrefaits. Un nouveau terrain de jeu pour les contrefacteurs ?

ebrand-services-contrefacon-illicit-trade

Ebrand Services propose aux marques d’identifier les produits contrefaits vendus en ligne. Une fois repérées, les offres illicites sont supprimées et les vendeurs sont surveillés afin d’éliminer toute récidive.

 


 

Les chiffres de la contrefaçon en France :

  • En 2018, 5,4 millions d’articles contrefaisants ont été saisis, contre 8,4 millions en 2017, soit une baisse de 35,7%. Le nombre de procédures reste pourtant inchangé. Ainsi peut-on conclure que les pratiques de distribution des contrefacteurs sont en constante mutation.
  • Les produits de consommation courante arrivent en première position parmi les saisies : 830 000 faux jeux et jouets ; 500 000 produits de soins corporels ; 500 000 vêtements.
  • Les pertes dues à la contrefaçon sont évaluées chaque année à environ 35 millions d’emplois et 6,8 milliards d’euros. La valeur totale du manque à gagner en ce qui concerne les ventes en France s’élève à 105 euros par citoyen français et par an (selon l’étude de l’EUIPO publiée en juin 2019)
  • 37% des consommateurs achètent des contrefaçons pensant que les produits sont authentiques (selon une étude IFOP/UNIFAB 2018)
  • 37% des Français (de 15 ans et plus) ont déjà volontairement acheté de la contrefaçon. La proportion des jeunes s’étant fournis sur internet est de la moitié.
  • 66% d’entre eux déclarent avoir utilisé les mots clés « cheap/pas cher » sur les moteurs de recherche pour trouver de faux produits.

Lire la suite

Analyses

Covid-19 : le crime organisé se frotte les mains

le

covid-19-potrait-li-weinlang

L’épidémie de Covid-19 en France et à travers le monde a largement inspiré les réseaux criminels, qui ont su s’adapter très rapidement à la situation d’inquiétude générale. Dans ce contexte, la nécessaire mise en place d’outils numériques imperméables à la contrefaçon est cruciale.

« Dans chaque crise, il y a une opportunité. » Si l’origine de ce proverbe prétendument chinois reste à prouver, certains n’ont pas attendu confirmation pour le mettre en pratique dès les premiers cas de Covid-19 hors de Chine. Depuis plusieurs mois, l’épidémie est en effet devenue « un terreau » pour les escroqueries en tout genre, selon Benoît de Juvigny, secrétaire général de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Lors d’une conférence donnée en partenariat avec l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l’AMF est revenue sur les nombreuses arnaques qui sévissent actuellement, jouant sur les inquiétudes sanitaires et économiques des Français. « Ces arnaqueurs sont capables de s’adapter très vite à l’actualité […] sachant que derrière, on joue toujours sur les mêmes cordes », prévient Dominique Laboureix, représentant de l’ACPR.

Sans surprise, c’est sur Internet que s’opère la plupart de ces combines. Sur le premier semestre 2020, plus de 200 nouveaux sites frauduleux ont ainsi été signalés par l’AMF et l’ACPR. Parmi les arnaques les plus répandues, les fausses cagnottes en ligne profitent de l’élan de solidarité collectif, notamment vis-à-vis des personnels soignants, pour récupérer l’argent des contributeurs à des fins uniquement lucratives. Une autre technique vise à promettre un crédit sans condition en moins de 24 ou de 48 h afin de soutirer des informations personnelles, comme des identifiants bancaires ou d’autres données utilisées ensuite pour des arnaques ou du démarchage abusif, explique Nathalie Beaudemoulin, coordinatrice des travaux entre l’ACPR et l’AMF. Avec l’effondrement brutal des cours boursiers au début de la pandémie mondiale, certains escrocs ont également eu l’idée de proposer à leurs victimes d’investir dans des formations expresses pour devenir « trader » ou de faux placements comme le whisky, les bitcoins et même la chloroquine. Autant d’investissements qui se sont avérés vains.

Un tournant majeur dans l’attitude du crime organisé

Mais les escroqueries ont aussi pris un tour plus inquiétant en s’aventurant jusque sur le terrain du crime organisé. Alors que la demande en gels hydroalcooliques et masques est au plus haut, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, la consommation et la répression des fraudes) a récemment redoublé de vigilance pour s’assurer de la conformité des nombreux produits mis en vente en France. Les agents de la « Répression des fraudes » ont ainsi procédé à 41 600 contrôles et ordonné 12 rappels de gels hydroalcooliques, ainsi que des retraits de masques de protection non-conformes. Mi-juillet, la DGCCRF a, par exemple, interdit la commercialisation d’un gel hydroalcoolique fabriqué en Espagne au motif qu’il n’avait « aucune efficacité antibactérienne ou antivirale ».

Ce cas avait déjà été signalé sur le portail d’alerte de la Commission européenne, qui l’avait qualifié de « grave ». Pour rappel, les gels hydroalcooliques valides doivent comporter au moins 60 % d’alcool, soit une concentration comprise entre 520 et 630 mg/g, et mentionner la norme EN 14476 accompagnée de la mention « virucide » ou « élimine les virus ». D’autres produits miracles anti-Covid-19 ont également essaimé sur Internet, « comme de fausses lampes désinfectantes, des faux stérilisateurs ou de faux compléments alimentaires », a précisé Virginie Beaumeunier, directrice de la DGCCRF, dans des proportions inquiétantes. Dans le cadre d’une opération menée dans 77 pays, Interpol a annoncé, pour sa part, avoir saisi pas moins de 17 000 faux kits de tests pour le coronavirus

Les crises ont toujours été, historiquement, des moyens pour les trafics illicites de se renforcer. Ceux-ci croissent à la fois sur la panique et le sentiment de rareté (ou la rareté effective) des produits dans un contexte de tension du marché. L’épidémie de Covid-19 n’a donc pas échappé à la règle, comme l’a clairement rappelé l’ONUDC (l’organe de l’ONU en charge de la lutte contre les trafics et le crime organisé) dans une note de recherche. L’organe spécialisé voit d’ailleurs dans le trafic des produits médicaux « un tournant majeur dans l’attitude du crime organisé qui est directement attribuable à la pandémie de Covid-19 ».

En Italie, les trafics illicites de biens médicaux ont explosé

L’authentification, la bataille d’après ?

Si les experts onusiens appellent de leurs vœux à des actions plus fermes contre les trafics de biens médicaux, il n’en demeure pas moins que des initiatives de prévention doivent équilibrer la répression. Conscients des enjeux, les pouvoirs publics tentent d’offrir des alternatives rassurantes afin de lutter contre la Covid-19 et les craintes qu’elle suscite.

En témoigne le développement des très décriées applications de traçage dans 13 pays, dont la France, pour prévenir les usagers s’ils ont été à proximité de personnes contaminées. Hélas, beaucoup de ces solutions présenteraient des failles susceptibles de permettre des détournements, notamment au niveau de l’authentification. Et alors qu’elles nécessitent une adoption massive pour être efficaces, toutes se heurtent à un taux de rejet important parmi la population. Mi-juillet, l’application française StopCovid n’avait ainsi été téléchargée que par 3,1 % des Français, contre 9 % en moyenne dans l’ensemble des pays concernés.

Cet échec n’est pas seulement hexagonal : à l’échelle mondiale, certains pays semblent désormais abandonner l’idée d’une application de traçage. De fait, des professionnels, comme le chercheur en cybersécurité français Baptiste Robert (« Eliott Alderson » sur Twitter), avaient déjà dénoncé le solutionnisme technologique – l’utilisation d’applications comme un remède miracle à un problème donné – à l’origine de l’échec des applications de traçage.

 

Dépassé le numérique, alors ? Pas totalement.

À l’inverse du tracing et autres passeports « immunitaires », les technologies de certifications de vaccinations pourraient s’imposer comme un moyen de confirmer le statut épidémiologique des patients. Certus, l’une de ces applications, a été développée par le leader français de la collecte de données de santé OpenHealth, le groupe suisse SICPA, fournisseur de technologies d’authentification, et la société estonienne Guardtime, spécialisée dans la blockchain KSI. À l’origine, Certus promet de « poser des ponts entre les mondes physique et digital », explique Philippe Gilet, le chief scientist officer de Sicpa. en assurant l’authentification électronique de documents via un QR code unique généré sur smartphone, dont la blockchain garantirait un niveau de sécurité optimal.

Appliquée à la pandémie actuelle, cette technologie d’authentification pourrait permettre, en cas de vaccin, de vérifier que l’individu a bel et bien été vacciné. Une hypothèse pas si farfelue, quand l’on sait que l’ONUDC craint déjà « qu’un traitement viable et un vaccin préventif fassent l’objet de falsification, de vol et de détournement par des groupes criminels organisés ». Une telle mesure pourrait être mise en œuvre afin de relancer le transport aérien dans des conditions optimales, ou faciliter l’accès à des zones comme les concerts, tout en évitant le recours à des masques ou gels frauduleux et inefficaces.

Si ce nouvel axe de lutte contre le virus, reposant sur l’apparition d’un éventuel vaccin, ne peut se concevoir qu’à moyen terme, il devrait néanmoins porter un coup dur au bourgeonnant trafic de biens médicaux. Dans l’attente, les autorités, comme les citoyens, devront redoubler de vigilance : selon les projections de l’ONUDC, « la fraude transnationale à grande échelle impliquant l’achat d’équipements de protection » fait désormais partie du « nouveau modus operandi des groupes criminels organisés ».

 

Crédit photo: Adli Wahid / Unsplash

Lire la suite

Contrebande

Trafics de médicaments et de téléphones, les fléaux de l’Afrique

le

Avec une croissance prometteuse et une jeunesse toujours mieux formée, l’Afrique est un continent d’avenir. Revers de la médaille dans un continent où les structures étatiques sont encore fragiles : la contrefaçon et la contrebande explosent. Ce commerce parallèle touche particulièrement les médicaments et les téléphones.

L’Afrique est la zone au monde qui souffre le plus des faiblesses associées à un marché mal régulé. En 2018, un rapport de l’OCDE révélait que le trafic, la corruption et l’évasion fiscale faisaient perdre chaque année quelque 50 milliards de dollars aux Etats du continent. Parmi les types de trafic répertoriés par l’OCDE, on trouve des sources d’enrichissement illicites fortement médiatisées, telles que les migrants et la drogue, mais aussi des marchandises de première nécessité comme le pétrole et les médicaments.

Péril sur la santé publique

L’Afrique s’est imposée comme l’enfer des faux médicaments. 42% des signalements proviennent du continent, contre 21% en Europe et la même proportion en Amérique. En Afrique de l’Ouest, 60% de la valeur marchande des médicaments est générée par des produits contrefaits ou de qualité médiocre.

Pour bien montrer que l’enjeu dépasse celui de la propriété intellectuelle, l’OMS ne parle plus désormais de contrefaçon mais de « produit médical de qualité inférieure ou falsifié ». Les conséquences sur la santé publique sont souvent dramatiques. Un tiers des antipaludéens mis sur le marché en Afrique de l’Ouest n’est pas efficace. En 2015, onze personnes sont mortes et plus de mille ont été hospitalisées en République démocratique du Congo (RDC) pour avoir ingéré un puissant antipsychotique en lieu et place d’un sédatif.

La contrebande de médicaments est particulièrement lucrative pour les mafias en tout genre. D’après l’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRCAM), mille dollars investis rapporteraient jusqu’à 500 fois plus. L’Afrique paie ici le prix de ses vulnérabilités : gouvernance faible, insuffisance du réseau de pharmacies, populations pauvres. Le marché informel, encore appelé « pharmacie par terre », y est particulièrement répandu, ce qui rend difficile toute forme de traçabilité ou de contrôle qualité. Quant aux discours de prévention, ils sont souvent perçus comme une « guerre contre les pauvres ».

La sécurité au défi des faux smartphones

Autre produit massivement touché par la contrebande : le téléphone. Impossible d’établir le volume de « faux » mobiles en circulation sur le continent, mais il se chiffre en millions. Au Kenya, l’agence anti-contrefaçons estime qu’ils représentent plus de 50% des marchandises contrefaites. Là aussi, les enjeux vont au-delà de la propriété intellectuelle. Car avec la hausse de la connectivité, les Africains ont accès à un nombre croissant de services numériques dont certains sont lourds d’enjeux de sécurité.

Ainsi, les téléphones contrefaits sont particulièrement sensibles aux logiciels malveillants utilisés par les cybercriminels pour subtiliser les numéros de cartes de crédit ou de sécurité sociale. L’expert en cybersécurité Symantec prévoit une recrudescence des tentatives de chantage et d’extorsion dans les années à venir, du simple fait qu’un grand nombre de mobiles est vulnérable aux attaques. D’autres effets néfastes sont à déplorer, tels que l’impact sur la qualité du réseau et, plus grave encore, des risques pour la santé des consommateurs. Souvent fabriqués à partir de matériaux non conformes, ces appareils peuvent contenir des niveaux dangereux de métaux et de produits chimiques tels que le plomb. Sans compter les entorses aux normes de sécurité électrique…

Un manque à gagner considérable pour l’économie locale

A ces problèmes de sécurité et de santé publique s’ajoute un enjeu économique global. Les trafics, dont les bénéfices sont réinvestis à l’étranger, quand ils ne profitent pas au terrorisme, privent les économies africaines d’investissements considérables. Leur poids sur le marché est d’autant plus regrettable qu’il existe sur place des industries en plein essor qui ne demandent qu’à supplanter les groupes occidentaux encore très présents.

C’est le cas dans le médicament, où plusieurs défis demeurent néanmoins : certification, montée en capacité de production et compétitivité. C’est le cas dans la téléphonie, où des entreprises d’ancrage continental abattent un travail discret mais efficace, à l’image de Telecel Group, implanté en Afrique centrale depuis plus de 25 ans, et premier contributeur du Trésor public en RCA.

Les trafics, et notamment la contrebande, constituent un autre problème : le manque à gagner considérable pour les Etats. Ceux-ci réagissent en renforçant leurs moyens de contrôle et de sanctions, avec des résultats qui font leur preuve. En deux ans, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) du Maroc a contribué à la hausse des recettes fiscales, en renforçant les saisies sur un autre produit de contrebande particulièrement apprécié : le tabac. L’objectif ? Profiter du renouvellement de son partenariat avec l’entreprise SICPA pour introduire des technologies de traçabilité de pointe (codes QR, codes HRC).

Dans un contexte aussi mouvant, la qualité des services proposés et la traçabilité des produits apparaissent comme les principaux remparts contre les dérives du commerce illicite qui sévit sur le continent africain.

 

 

Lire la suite

Analyses

Traçabilité et développement durable : la filière cuir s’engage

le

A l’occasion de ses premières Assises du développement durable, la filière cuir a réaffirmé son engagement pour un plus grand respect de l’environnement. Louis Vuitton, Hermès et autres marques emblématiques ont défendu leur bilan tout en annonçant de nouvelles actions.

« Notre industrie est l’activité de recyclage la plus ancienne au monde ». Franck Boehly, président du Conseil national du cuir (CNC), est décidé à rétablir la vérité et à défendre le sens des responsabilités d’une industrie souvent critiquée, mais rarement entendue. « Nous transformons la peau, qui est un sous-produit du secteur de la viande et du lait, en un cuir de grande qualité. Car personne dans le monde n’a jamais élevé un bovin pour sa peau », a affirmé l’homme d’affaires.

Mais s’il est vrai que le cuir est d’abord un déchet de l’industrie de la viande et du lait, les professionnels de la filière n’en sont pas moins engagés dans une production responsable. « La RSE, pendant longtemps, c’était une option. Aujourd’hui c’est une obligation », explique Jean-Christophe Muller, directeur général des tanneries Haas.

Les efforts pour assurer une traçabilité efficace des animaux et des éleveurs qui les fournissent sont particulièrement importants. La filière française mise particulièrement sur un système de marquage laser conçu selon le modèle de la viande depuis la crise de la vache folle.

Mis au point par le Centre technique du cuir (CTC), cet outil permet de reproduire dans les abattoirs, sur la peau de l’animal, le code-barres inscrit sur les morceaux de carcasse. Grâce à certains logiciels, il est possible de le lire ensuite chez les tanneurs, le tout sans altérer les procédures de transformation. Pour Jean-Christophe Muller, cette technologie devrait permettre de « s’assurer que l’élevage et l’abattage ont été faits dans de bonnes conditions ».

Les ambitions fortes de Louis Vuitton et d’Hermès

Selon Cédric Vigier, responsable du département innovation du CTC, « la totalité de la filière veau devrait être équipée » de la technologie de marquage laser en 2020. Cela permettra de connaître la provenance de chaque peau et d’apporter des actions correctives sur le plan de la qualité. Le système de traçabilité des peaux devrait être au moins aussi efficace que celui« d’identification et de traçabilité des bovins en France, qui est reconnu comme l’un des plus performants », estime pour sa part David Grangeré, directeur industriel du groupe Bigard.

Alors que la question de l’origine des peaux est de plus en plus prise en compte par les clients, l’ensemble de la filière se mobilise et affiche des ambitions fortes. Ainsi, la marque Kering vise « la traçabilité jusqu’à l’élevage, ainsi que l’élimination totale des métaux lourds d’ici à cinq ans, afin d’atteindre les objectifs en 2025 de diminution de 40 % de l’impact environnemental et de 50 % des émissions de CO2 ». Chez Hermès, on revendique une volonté de « rester fidèle au cuir sans contourner les problèmes ». Une nouvelle organisation en atelier permettra au sellier de luxe de générer 11 % d’économies de matières.

Innovations et protection de l’environnement

La question du tannage au chrome a été également débattue à l’occasion de ces premières Assises du développement durable. Si Jean-Christophe Muller estime que le processus de transformation du chrome trois en chrome six « sera remis en question » dans les prochaines années, Olivier Raynaud, propriétaire de la mégisserie Raynaud Jeune, rappelle quant à lui que « le tannage végétal a le vent en poupe, mais l’éco-responsabilité du cuir vient avant tout des bonnes procédures ».

Les grandes marques ont également profité de ce forum pour montrer l’exemple en matière de protection de l’environnement. Ainsi, Louis Vuitton a présenté ses actions pour la préservation de la biodiversité et la lutte contre le dérèglement climatique. La maison de luxe, qui a créé un fonds carbone afin de gérer les émissions de gaz à effet de serre provoquées par ses activités, agit également sur le sourcing des matières.

Des engagements qui en inspirent d’autres. Dans la région du Choletais, une charte garantissant l’innocuité des produits a été signée par une dizaine d’industriels de la chaussure. De son côté, l’enseigne Bocage a mis en place un abonnement mensuel permettant à ses clients de chausser des souliers neufs tous les deux mois et de les rendre ensuite pour qu’ils soient reconditionnés et remis dans le circuit.

En matière d’innovation et de protection de l’environnement, la filière du cuir n’a pas dit son dernier mot.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending