Connect with us

Articles

L’argent sale de Maduro

le

Pour certains, la survie du gouvernement de Maduro au Venezuela s’expliquerait par l’afflux d’argent provenant de trafics illégaux

Quand on lui demande d’expliquer pourquoi ses efforts pour chasser le président du Venezuela Maduro n’ont pas fonctionné, l’administration de Trump répond toujours que c’est à cause de l’influence de Cuba et de la Russie. Ce dont ils ne parlent jamais est pourtant un facteur peut-être plus important : le cartel des soleils.

Le cartel des soleils

Il s’agit d’un cartel de trafiquants de drogue. Ils feraient passer chaque année des centaines de tonnes de cocaïne colombienne depuis le Venezuela vers l’Amérique Centrale et les Caraïbes. Les destinataires finaux sont les États-Unis ou l’Europe. Ils ont des liens étroits avec la clique de Maduro. Les hommes du gouvernement de Maduro s’accrochent au pouvoir parce que malgré la crise économique vénézuélienne ils gagnent toujours des millions. De plus il est fort probable qu’ils seraient emprisonnés s’ils quittaient le sol vénézuélien.

Le trafic de cocaïne n’est que la partie immergée de l’iceberg : il y a aussi le minage illicite d’or et de fer, les ventes frauduleuses de pétrole, les pourcentages négociés sur l’import de nourriture et de médicaments et le trafic de fausse monnaie.

L’administration de Trump, et les défenseurs de gauche de Maduro, préfèrent décrire la crise du Venezuela en termes politiques. La réalité est que le régime n’est plus vraiment un gouvernement. Il s’agit encore moins d’un gouvernement socialiste mais plutôt d’un gang criminel. Cela a des conséquences qui rendent son démantèlement très compliqué. D’abord l’argent qui provient de toutes ces activités criminelles sert à survivre aux sanctions des États-Unis. Ensuite la corruption endémique rend difficile d’imaginer la formation d’un gouvernement de transition.

Un réseau criminel régional ?

L’effondrement de l’économie a créé d’importantes pénuries de nourriture, d’eau, de médicaments, et d’électricité. Pourtant l’argent que gagne illégalement la clique de Maduro ne cesse d’augmenter. Un rapport de CNN affirme que les vols qui transportent de la drogue depuis le Venezuela sont passés de deux par semaine en 2017, à presque un par jour en 2018. On estime que 265 tonnes de cocaïne colombienne d’une valeur de 39 milliards ont quitté le Venezuela l’année dernière.

Une autre étude de l’Université Nationale de la Défense estime que même si le régime de Maduro a vendu 73 tonnes d’or à la Turquie et aux Émirats arabes unis, sa réserve personnelle a tout de même augmenté de 11 tonnes. La vente de cet or aurait permis de lever 3 milliards, assez pour payer les forces de sécurité et les groupes paramilitaires qui sont toujours loyaux à Maduro.

Certains chercheurs décrivent le régime vénézuélien comme faisant partie d’un réseau régional surnommé : l’Entreprise Criminelle Collective Bolivarienne. Il s’agirait d’un consortium d’acteurs criminels étatiques et non étatiques. Les chercheurs ont identifié 180 individus et 176 entreprises dans 26 pays. Ce réseau est capable de s’adapter et de diversifier son portefeuille d’actions criminelles ce qui veut dire que l’argent continuera d’affluer. L’opposition vénézuélienne a déjà parlé d’amnistie pour des leaders militaires qui se détourneraient du régime. La semaine dernière le ministère des Finances a levé les sanctions contre le chef des renseignements du Venezuela après sa démission. Il s’agit peut-être d’une piste de travail à renforcer.

Lire la suite

Articles

Airbnb s’attaque au trafic d’êtres humains

le

L’entreprise de location Airbnb a annoncée qu’elle allait investir dans de nouvelles technologies permettant de lutter contre le trafic d’êtres humains

Un nombre croissant de personnes pointent le problème posée par l’application ; certains trafiquants se servent des locations comme maisons de passe éphémères. L’association a annoncée un partenariat avec l’association de lutte contre la traite Polaris. L’association va fournir une formation aux employés de Airbnb, développer de nouveaux systèmes et améliorer la coopération avec la police pour repérer les signes de l’esclavage moderne.

Une coopération bénéfique

L’entreprise américaine est aujourd’hui estimée à 31 milliards de dollars. Elle a été fondée en 2008 et est aujourd’hui présente dans 200 pays. On estime qu’elle a facilité la location de plus de 260 million de maisons. Avec des chiffres pareils les problèmes n’ont pas tardé à émerger. Cependant il semble qu’un mouvement plus général de lutte contre la traite soit en train de se développer. Selon un responsable de l’entreprise cette dernière compte se servir des avantages de ses nouvelles technologie pour améliorer la lutte contre ce trafic.

Airbnb a ainsi expliqué qu’ils utiliseraient différentes méthodes pour réduire les risques. Ils vont renforcer les contrôles des hôtes et invités mais aussi surveiller les photos postées pour repérer les signes avant-coureurs. De plus le partenariat et les conseils de Polaris les aiderons dans ce travail. Au moins 2680 victimes de trafic ont été identifiées dans des hôtels par Polaris entre janvier 2015 et septembre 2017. L’association sait donc comment faire son travail.

Une évolution globale du secteur

Cette lutte de Airbnb contre l’esclavage moderne est à mettre en corrélation avec d’autres évolutions de ces nouvelles applications. Des scandales à répétition ont ainsi convaincu Uber d’améliorer son travail de lutte contre le trafic d’êtres humains. Ceci a sans doute été renforcé par les scandales liés à des agressions sexuelles très mal pris en compte par l’entreprise.

Polaris semble assez enthousiaste à l’idée de travailler avec Airbnb. Selon Brandon Bouchard, le porte-parole de l’association ; « L’économie du partage et les entreprises comme Airbnb offrent de nouveaux moyen d’amplifier la lutte contre le trafic ». On estime que 25 million de personnes étaient victime du trafic d’êtres humains en 2016. Cela comptabilise à la fois le travail forcée et l’exploitation sexuelle selon l’Organisation Internationale du Travail et la fondation Walk Free.

Lire la suite

Articles

Coopération africaine contre le braconnage de rhinocéros

le

La coopération entre l’Afrique du Sud et le Mozambique fait ses preuves contre le braconnage de rhinocéros dans les deux pays

L’annonce de ces succès a été fait par les autorités des Parcs Nationaux d’Afrique du Sud. Selon eux leur coopération avec le Mozambique voisin a joué un rôle clef dans la réduction du braconnage de rhinocéros. Les succès les plus frappant ont été recensés dans le célèbre Parc National Kruger. Kruger accueille la plus importante population de rhinocéros au monde. Depuis des années ceci attire les braconniers qui s’introduisent illégalement dans le parc.

Des chiffres encourageants

Les rangers sud-africains, leurs partenaires mozambicains et des personnalités privés louant la terre au Mozambique ont récemment fait une annonce à la presse. Celle-ci a symboliquement eu lieu à la frontière entre les deux pays lors d’une excursion médiatique organisée par le parc dans la région de Marula au nord de Kruger. Cette zone était auparavant celle connaissant le plus de problèmes de braconnages. Les rangers affirment qu’aujourd’hui ils notent une évolution positive. Les braconniers mozambicains sont largement moins actifs.

Entre 2018 et 2019 la région a connu une baisse de 53 % des incursions de braconniers. Aussi les rangers affirment avoir perdu 47 % moins de rhinocéros qu’auparavant. Ce succès est indéniable. Pour couronner le tout le nombre de rhinocéros au Mozambique et dans le parc Kruger est en constante augmentation. Ce n’est cependant pas la fin du trafic. Ces animaux peuvent voir leurs cornes vendues jusqu’à 60 000 dollars par kilos sur les marchés asiatiques.

Un problème plus profond

Malgré tout l’augmentation des patrouilles et l’amélioration des moyens de surveillances couplés avec la coopération internationale réduisent le problème. Le braconnage avait connu une augmentation massive en 2014 avec 830 rhinocéros tués dans le parc. L’année dernière le chiffre a été ramenée à 738 et cette année il est à 536. Ceci est à mettre au crédit des nouvelles méthodes de lutte. Il est cependant difficile de contrôler une zone aussi vaste ; le parc Kruger est l’un des plus large d’Afrique avec ses 19 500 km².

Un problème qui persiste est l’absence d’accords d’extradition entre les deux pays. Les braconnier mozambicains peuvent commettre un crime en Afrique du sud et vice et versa sans craindre d’être poursuivis une fois de retour chez eux. Néanmoins l’origine du problème de braconnage réside dans une situation socio-économique plus complexe. Le problème ne connaîtra pas de fin tant que l’absence de développement des communautés de la région rendra cette activité illégale attractive.

Lire la suite

Articles

Inde : Usines d’armes à feu illégales

le

La ville de Meerut est en passe de devenir le nouveau centre de fabrication d’armes illégales dans la nord l’Inde pour les gangs de Delhi

Un raid a récemment été menée par une équipe spéciale de la police de Delhi. Ces agents sont spécialisés dans la lutte contre les centre de fabrication d’armes illégales. L’opération s’est déroulée sur le terrain du commissariat de Lisari Gate, dans le quartier Humayun Nagar de Meerut. Ce raid a attirée l’attention sur la place grandissante de la ville dans le commerce illégal d’armes à feu et leur fabrication. Auparavant les yeux étaient plutôt rivés sur Munger dans le Bihar.

Des raids à répétition

Ce raid a changé les choses notamment parce que les agents ont réussi à saisir une cinquantaine de pistolets et ont arrêté un trafic local présumé. Ce n’est cependant pas la première opération de la cellule spécialisée de la police de Delhi à Meerut. En octobre 2018 cette unité avait arrêté cinq personnes. Ces derniers étaient accusés de gérer une usine illégale d’armes à feux, également à Lisari Gate. Au total 84 pistolets avaient été saisis. En novembre 2019 une autre opération a eu lieu à Meerut. Cette fois deux pistolets en cours de fabrication et de nombreuses pièces destinées à la fabrication d’armes ont été saisies.

Les forces de l’ordre pensent que ce trafic a un effet délétère sur l’ordre dans la région. La facilité de se procurer une arme à feu de bonne qualité rend leur travail plus difficile. Auparavant les criminels devaient se fournir dans les états voisins du Bihar et du Madhya Pradesh. Il semble que pour se simplifier la vie les criminels se fournissent en pièces détachées dans les états voisins. Cependant l’assemblage et la fabrication a lieu désormais sur place.

Les trafiquants se délocalisent

Auparavant les armes à feu artisanales, bien que dangereuses, étaient de très mauvaise qualité. Ce n’est que récemment que la police a vu apparaître des armes de qualité professionnelle. Il semble qu’une des raisons avancées est que la police du Bihar et du Madhya Pradesh ait renforcé sa lutte contre ce trafic ; les criminels se sont donc déplacés dans un état voisin avec une forte demande. On estime qu’une arme artisanale coûte entre 1000 et 15000 roupies pour la fabriquer et est vendue entre 3000 et 5000 roupies. Cependant une arme de niveau industrielle coûte entre 3000 et 5000 et se vend entre 15 000 et 20 000 roupies.

L’Uttar Pradesh est considéré depuis un certain temps comme un centre de vente et de fabrication d’armes à feu. Les agences de force de l’ordre ont renforcée leur action en vue des élections qui s’annoncent. Cependant la situation est critique depuis longtemps. Il est dommage qu’il faille attendre des échéances électorales pour que la police se décide à résoudre un problème de sécurité publique.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages