Connect with us

Trafic de drogue

Qui sont les minots recrutés dans les trafics de drogue à Marseille ?

le

romain-capdepon-Patrick-Gherdoussi-minots-marseille

Portrait du journaliste écrivain Romain Capdepon devant la cité de la Busserine – Photo Patrick Gherdoussi / éd. JC LATTES

Dans son livre Les Minots – Une enquête à Marseille*, le journaliste police-justice Romain Capdepon raconte le quotidien de ces jeunes de cités qui ont choisi la voie du trafic de stupéfiants. Pour eux, le Réseau est autant une famille de substitution que le chemin le plus court vers la société de consommation.

« Dans les stups, il n’y a que deux issues : quatre murs ou quatre planches. On n’a jamais vu un mec s’y mettre à fond, se gaver de pognon et partir très loin en profiter, peinard… » C’est par ces mots de Guy, un vieux de la vieille de la brigade des stups, que commence le livre Les Minots – Une enquête à Marseille (éd. JC Lattès) de Romain Capdepon. Chef de la rubrique Police-Justice au journal La Provence, l’auteur dépeint dans ce récit l’histoire de ces adolescents qui se retrouvent au service de trafics de drogues marseillais, communément appelés, les Réseaux.

Romain Capdepon retrace un événement qui a marqué un avant et un après dans l’histoire du Clos la Rose – « le Clos », pour les intimes -, l’un des quartiers nord de la cité phocéenne. Le 19 novembre 2010, une Audi TT grise et une Alpha Roméo rouge, surgissent en début de soirée dans la cité, ouvrant le feu avec des fusils d’assaut de type Kalachnikov. Ce soir-là, Jean-Michel, 16 ans, perdra la vie. Lenny, 11 ans, retrouvé criblé de balles, survivra miraculeusement. Un autre jeune de 22 ans sera blessé, pris en étau par les deux voitures criminelles, quelques minutes après sur l’autoroute.

C’est un tournant dans le banditisme à Marseille. Ce jour-là, des enfants sont pris pour cibles à l’arme de guerre.

Le commandant Stéphane Gomez, qui a mené les premières constatations sur place, juste après le drame, avouera à l’auteur du livre : « J’ai tout de suite compris qu’on changeait de catégorie, ce soir-là ».

Journal télévisé de France 2 du 20 novembre 2010 :

 

Pourquoi l’auteur s’est-il focalisé sur  ce règlement de comptes en particulier ? « À cette époque, on savait que les minots dealaient, explique le journaliste de La Provence, mais on n’avait pas conscience qu’ils pouvaient être abattus. Dans le « banditisme traditionnel », la règle était qu’on ne touchait pas aux gosses. On s’en servait pour le trafic, mais le 19 novembre 2010, ils sont devenus de la chair à canon. Depuis cette soirée-là, cinq autres mineurs ont perdu la vie à Marseille, à cause du trafic de drogue. »

Cette enquête littéraire vise, sans jugement ni naïveté, à casser les a priori sur ces gamins-trafiquants. Pourquoi ont-ils choisi le Réseau ? Dans quel contexte urbain et social ? « La plupart d’entre eux n’ont ni père, ni repère. Ils vivent en huis clos, n’ont jamais connu autre chose que la cité depuis leur naissance. Pour eux, le trafic, c’est un job comme un autre. « Je jobe », comme ils disent, de la même manière qu’ils te diraient « je fais les vendanges ». Ils se cherchent un rôle, une figure d’autorité… et ils les trouvent dans le Réseau », raconte Romain Capdepon. Ces adolescents, pour la plupart fans de Scarface, sont en quête de reconnaissance, rêvent d’une vie trépidante et d’argent pour se normaliser. « Ils n’ont pas conscience que c’est une poudrière », continue le journaliste.

Postes de « chouf » ou de « guetteur »

Les minots, de 12 à 17 ans, se voient attribuer dans les Réseaux les rôles de « guetteurs » ou de « choufs ». Ce sont, en quelques sortes, les yeux des caïds. Extrait :

« À Marseille, depuis une quinzaine d’années, leurs frêles silhouettes se sont imposées dans le paysage, plantées aux entrées des cités comme des sphinx ou tournant entre les tours de béton sur un scooter fracassé, scannant les plaques d’immatriculation des voitures de police banalisées, allant jusqu’à demander, aux visiteurs, parfois contraints de faire demi-tour, l’objet de leur venue. Dans certaines cités, on les voit même perchés sur les toits des immeubles, ratissant du regard les alentours à 360 degrés, prêts à lancer un ara, sortant la cité de sa torpeur des dizaines de fois par jour. » 

Les plus dégourdis d’entre eux se verront « promus » au rôle de « charbonneur », les vendeurs. Ainsi, ils passeraient de 50 à 100 euros par jour (payés en liquide ou en morceaux de shit) en tant que guetteurs, à une fourchette de 150 à 300 euros par jour, selon l’envergure du Réseau, en tant que vendeur. Bien souvent l’argent leur permettra de combler leur dépendance au cannabis. Lors d’opération policière, les guetteurs comptent le nombre de policiers entrant dans la cité, et ceux qui en ressortent… pour savoir combien de fonctionnaires sont laissés « en planque ».

Les enquêteurs des stups observent que, ces derniers mois, les très jeunes occupent de plus en plus de postes de vendeurs. Les jeunes adultes se contentent de jouer les « choufs ». La cause ? Les policiers de terrains et les procureurs ne se préoccupent que peu des guetteurs, souvent relâchés avant même d’avoir fini leur procès-verbal. « Aucune loi n’interdit de hurler ara, vingt fois par jour ou d’être assis sur une chaise à l’entrée des cités, » explique l’auteur dans le livre. Pour les mineurs, les peines sont divisées par deux a minima par le tribunal pour enfants. Alors les chefs des trafics leur font porter de plus en plus de responsabilités, pour limiter les risques avec la justice.

Romain Capdepon a rencontré beaucoup de minots pour l’écriture de son enquête. Pour l’un d’entre eux, Yaya, dealer récidiviste, ce n’est pas tant l’idée de passer quelques mois à l’ombre qui l’effraye :

« Aux Baumettes, t’y as la télé, du coca, du shit, la Playstation et Fifa, franchement y’a besoin de rien de plus dans la vie ! Mais imaginer ma mère venir au parloir, ou pire encore, imaginer être renié par ma famille, c’était pas possible. »

Au-delà de la prison, les minots risquent surtout leur peau : une balle dans la tête en cas de trou dans la caisse. Yaya dit avoir aujourd’hui décroché.

Un marché de l’emploi parallèle

Les minots savent dans quelles cités « il fait bon dealer », où sont pratiqués les « meilleurs salaires », quels patrons sont les plus armés et donc les plus protecteurs… Aujourd’hui, il existe une centaine de Réseaux de stups à Marseille. Le business est estimé entre 10 et 15 millions d’euros de chiffre d’affaires par mois. C’est en tout cas ce que révèle une note secrète de la police judiciaire, citée dans le livre.

Le Réseau permet à ces minots de combler leur besoin d’exister, d’être considéré, de connaître « un destin sociable acceptable. »** Une manière aussi d’esquiver la lourdeur administrative de la mission locale ou Pôle Emploi. Dans le Réseau, ni leur adresse ni leur faciès ne font l’objet de discrimination. Et les lacunes en orthographe ne sont pas non plus un frein à l’embauche.

Fuir pour se faire oublier

Pour son enquête, Romain Capdepon a trouvé beaucoup de personnes, dont il a ressenti un réel besoin de parler. Deux mères lui ont par exemple expliqué :

« Avant, on avait l’impression qu’ils voulaient travailler sur notre espace de vie. Aujourd’hui, on a l’impression de vivre sur leur espace commercial. »

Elles se sentent étrangères chez elles. L’une d’elles, Céline, dont le fils a été très tôt « aspiré » par le Réseau, mettra plusieurs années à l’en sortir. Des années de pressions, de menaces, de violences… Plus la mère se bat pour que son fils ne deale plus, plus son fils se voit offrir des « promotions » par le Réseau. Une manière d’avoir toujours plus de contrôle sur lui. Céline va jusqu’à amener son fils dans les bureaux de la brigade des stups. Elle préfère voir son fils incarcéré plutôt qu’il se prenne une balle dans la tête. Mais rien n’y fait, et les lettres au Procureur n’y changent rien. Seul l’éloignement à l’étranger, pendant plusieurs mois, marquera une coupure définitive avec le Réseau, qui, au retour de la famille, « lâchera l’affaire ».

Dans de rares cas, où la Protection Judiciaire de la Jeunesse observe une accumulation de facteurs à risque (décrochage scolaire, contrôle par le Réseau, etc.), on voit se pratiquer des « exfiltrations » de ces jeunes en danger, qu’on éloigne de leur cité. Mais Romain Capdepon précise : « Ce sont des cas extrêmement rares. Il n’y a qu’une quinzaine d’exfiltrations par an. »

 

* Les Minots – Une enquête à Marseille, éd. JC Lattès, collection Les Invisibles. Janvier 2019. 17 euros.

** Expression relevée par l’auteur du livre dans le rapport « La proximité à l’épreuve de l’économie de la débrouille »  

 

Lire la suite

Articles

La Police Française ferme des kilomètres de plages à cause d’un trafic de cocaïne

le

Les autorités françaises ont fait fermer les plages du Sud-Ouest de la France, de nombreux paquets de cocaïne étant venus s’échouer sur la côte Atlantique.

Plus de 1000 kilogrammes de cocaïne ont été découverts sur les plages de la côte Atlantique de la France depuis mi-octobre. À l’origine dans le Sud-Ouest, dans la région de Biarritz, les paquets débarquent aussi sur les plages au Nord du pays, dont en Bretagne, selon les déclarations du procureur de Rennes Philippe Astruc à l’AFP.

Il s’agirait de la même cargaison, qui n’en finit pas d’arriver en France. Chaque marée amène environ 100 kilogrammes à divers endroits de la côte. La Douane, de son côté, repêche aussi fréquemment des paquets dans la mer.

Des équipes rennaises coordonnent les recherches pour ces paquets sur terre et dans la mer, mais certains paquets ayant été retrouvés à Biarritz, à plusieurs centaines de kilomètres, de plus grandes forces ont été mobilisées. Environ 100 enquêteurs travaillant avec leurs partenaires européens ainsi que la Drug Enforcement Administration, l’agence de lutte contre le trafic de drogues américaine, cherchent à identifier la source des paquets.

La drogue, dont l’origine demeure pour l’instant non identifiée, est pure à 83 % et très dangereuse, particulièrement dû au fait qu’elle pourrait être découverte par hasard notamment par des individus inconscient des risques, tels des enfants.

Certains individus se sont par ailleurs lancés à la recherche de la drogue, dont la valeur serait de plusieurs millions d’euros, forçant la police à fermer les plages et à patrouiller. Certains individus pourraient chercher à obtenir le produit pour leur propre consommation, ou pour le revendre sur le marché noir.

Un jeune homme de 17 ans a notamment déjà été arrêté par la police à Lacanau, près de Bordeaux, en possession de cinq kilogrammes de cocaïne récupérés sur la plage fermée au public. Il avait effectué trois heures de route depuis Toulouse en espérant trouver de la marchandise. Les contrôles ont depuis était renforcés, la police fouillant les voitures des passants. Un hélicoptère a aussi été déployé sur 125 kilomètres entre Cap Ferret et Soulac-sur-Mer, afin de superviser les plages.

Une cargaison hors norme

À ce jour, 1010 kilogrammes ont été retrouvés. L’origine de la cargaison demeure un mystère provoquant de nombreuses question parmi les enquêteurs, mais aussi les internautes intéressés par cette chasse au trésor.

L’une des hypothèses serait qu’un bateau transportant la drogue se serait renversé suite à un problème mécanique ou des intempéries, sa cargaison se retrouvant alors par-dessus bord. Les enquêteurs s’intéressent particulièrement aux rapports et journaux maritimes de mi-octobre, date estimée du chavirement, afin de trouver des indices. Selon le journal Sud-Ouest, plusieurs paquets découverts près de Bordeaux portaient les inscriptions « Diamate » et « Brillante », supposant qu’ils viendraient d’Amérique Latine. Des paquets portant les mêmes inscriptions avaient été retrouvés en septembre en Floride suite à l’ouragan Dorian.

Lire la suite

Articles

L’avocat arnaquait les barons de la drogue colombiens

le

Un avocat texan connu sous le nom de « DWI Dude » aurait arnaqué plus d’un million de dollars à des barons de la drogue colombien

Il semble que l’une de ses victime l’aurait dénoncé au FBI, fait inhabituel pour un narco-trafiquant. L’homme venait voir ses « clients » à la prison de Bogotá, en Colombie, avec un détective privé. Aucun d’entre eux ne parlait espagnol c’est donc la femme du détective Chuck Morgan qui se chargeait de la traduction.

Trahis par un narco-trafiquant

Le prisonnier en question est Segundo Villota Segura. L’homme cherchait à éviter une extradition aux États-Unis. Le gouvernement le considère comme un trafiquant de cocaïne international de premier plan. Il aurait également des connections avec le cartel de Sinaloa et d’autres gangs mexicains violent. L’avocat se nomme Jamie Balagia, mais il est surtout connu comme le « DWI Dude ». L’acronyme DWI fait signifie « driving while impaired » ; approximativement l’équivalent de conduite sous stupéfiant.

Il est surprenant de voir un avocat comme Balagia, qui s’occupe plutôt de petites affaires de conduite sous stupéfiant, s’occuper d’une affaire de trafic de drogue international. Il semble que Balagia et Morgan aient proposé le plan suivant à leurs « clients »; le trafiquant devait leur donner quelques millions de dollars et ils s’en serviraient pour corrompre des responsables américains pour faire disparaître les problèmes de leur client. Segura avait déjà payé une grande partie de la somme lorsqu’il a commencé à avoir des doutes.

La fin du « DWI Dude »

Segura a demandé qui étaient les responsables que les deux compères avaient cherché à corrompre. Le trafiquant avait mis ses « avocats » sur écoute et on a donc des traces de cette conversation. Les deux hommes prétendent qu’ils ne peuvent pas donner des noms de peur d’incriminer ces responsables. Le trafiquant a semblé satisfait de cette réponse mais a par la suite transmis cette conversation à des responsables américains.

Mardi dernier Balagia a été jugé coupable d’avoir arnaqué Segura et deux autres trafiquants de drogue colombien. L’homme a volé des centaines de milliers de dollars à ses clients, mais ce n’était qu’une ruse. Il n’a jamais tenté de corrompre qui que ce soit. Ces individus ont de la chance que les trafiquants de drogue aient choisi de se tourner vers le FBI plutôt que de régler le problème eux-mêmes. Morgan a été condamné à 72 mois de prison, de même qu’un de leur associé colombien (84 mois). Balagia risque de son côté jusqu’à 30 ans de prison.

Lire la suite

Articles

Le frère du président hondurien condamné pour trafic de drogue

le

Le frère du président du Honduras Juan Orlando Hernandez, Juan Antonio, a été reconnu coupable de trafic de drogue

Un jury new-yorkais a condamné le frère du président hondurien Juan Orlando Hernández pour trafic de drogue. Ce procès a déterminé que le président lui-même aurait accepté un pot-de-vin d’un million de dollars d’un baron de la drogue mexicain ; le fameux Joaquín “El Chapo” Guzmán.

30 ans de prison requis contre Juan Antonio Hernandez

Après un procès de deux semaines, le jury a déclaré Juan Antonio «Tony» Hernández coupable de quatre chefs d’accusation ; notamment pour avoir participé à un trafic de cocaïne, avoir utilisé des mitraillettes et pour avoir menti à des agents fédéraux américains. La défense de M. Hernández a déclaré qu’il envisageait de faire appel.

L’ancien membre du Congrès risque une peine minimum de 30 ans. Le président du Honduras a eu recours à Twitter pour exprimer sa « grande tristesse » après le verdict, au cours duquel le témoignage d’un témoin l’a embarrassé. Le président, le « plus fidèle allié des États-Unis en Amérique centrale », a rejeté ces accusations. Selon Amilcar Alexander Ardón, ancien maire, meurtrier et trafiquant de drogue qui a comparu devant le tribunal ; El Chapo a effectué des donations à la campagne de 2013 de M. Hernández en échange de la protection de ses envois de cocaïne.

Le Honduras haut lieu du trafic de drogue

L’immigration en provenance du pays s’est accrue depuis la victoire de M. Hernández aux élections de 2017. Ce dernier était alors soutenu par les États-Unis. Par ailleurs ces élections ont été entachées d’allégations de fraude. Le tribunal de New York a également entendu le témoignage d’un expert en armement. Ce dernier a examiné une photo du téléphone portable de Tony Hernández montrant une mitrailleuse CZ-Scorpion Ev. L’arme était gravée ; «Juan Orlando H, président de la République». Cette arme est capable de tirer 1 150 balles à la minute. Sur Twitter, le président s’est indigné :  « Que pouvez-vous dire au sujet d’une condamnation fondée sur le témoignage d’un meurtrier avoué?”

Le président, dont le gouvernement a récemment signé un accord sur le droit d’asile avec l’administration américaine, a déclaré ce qui suit ; «Je rejette fermement les accusations injustes et fausses selon lesquelles le Honduras est un État qui parraine le trafic de drogue ou un narco-Etat ». Il a déclaré que seulement 3% des drogues arrivant aux États-Unis traversaient maintenant le Honduras, contre 80% en 2011. Le Honduras, a-t-il tweeté, a été reconnu par les États-Unis comme ; « un partenaire efficace et digne de confiance dans la lutte contre le trafic de drogue. Nous allons continuer dans ce combat, plus fort que jamais ».

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages