Connect with us

Trafic de drogue

Stup : une cellule du renseignement opérationnel dans les Pyrénées-Orientales

le

Philippe Badie (commandant de police adjoint à la direction interdépartementale de la police aux frontières), Jean-Marc Rebouillat (directeur départemental de la sécurité publique), Philippe Chopin (préfet) et Frédéric Martinez (chef de l’antenne police judiciaire de Perpignan), mardi 4 juin 2019. Photo : Léo Ardourel.

Un nouveau dispositif a été lancé mardi 4 juin, dans les Pyrénées-Orientales. La CROSS, la cellule du renseignement opérationnel sur les stupéfiants, veut améliorer le partage d’information entre les services.

Ce dispositif vise à simplifier la remontée de renseignements des policiers sur le terrain. Le but est d’améliorer la coopération entre les différents services : police judiciaire, sécurité publique et police des frontières, dans un premier temps. Plus tard, le protocole sera élargi aux douanes ainsi qu’à la police municipale.

Concrètement, les agents pourront inscrire quelques lignes dans une boîte mail dédiée afin de partager les renseignements récoltés sur le terrain. Ce système remplace ainsi, pour le partage d’information en interne, la rédaction fastidieuse de longs rapports. Les renseignements seront ensuite recoupés, puis traités.

Ainsi, pour Jean-Philippe Fougereau, directeur du service régional de police judiciaire de Montpellier, au micro de Léo Ardourel pour 100% Radio : « L’objectif est d’avoir une vue générale de toutes les informations que peuvent recueillir les policiers, de pouvoir les centraliser, les recouper afin, plus tard, d’initier des enquêtes judiciaires. »

Instaurer la culture du partage

De plus, Jean-Marc Rebouillat, directeur départemental de la sécurité publique, précise que ce nouveau procédé vise aussi à faire évoluer les mentalités au sein des différents services : « La culture de lutte contre les stups, c’est un peu de la jalousie professionnelle. On a tendance à travailler entre soi, à gérer ses indics, ses renseignements… Ne pas donner l’info de peur que l’affaire échappe à l’enquêteur. Or là, celui qui sera à l’origine de l’info, sera à la réalisation de l’affaire. Il faut instiller un circuit très fluide et transparent (…) développer une culture de la confiance. ».

À cet égard, le choix des Pyrénées-Orientales n’est pas un hasard. Ce département frontalier est un axe de transit stratégique du trafic de stupéfiants, depuis l’Espagne, à destination de l’ensemble de l’Europe. En 2018, 17 tonnes de cannabis ont été saisies dans ce département, sur 115 tonnes pour les saisies nationales.

drogue-saisie-cannabis-perpignan-stupéfiant

Près de deux kilos de cannabis ont été saisis dans le centre de Perpignan en mars 2019. Une opération conjointe de la BAC et des policiers de la brigade des stupéfiants © photo DDSP 66

D’autre part, le recueil de ces renseignements de terrain pourra renforcer les luttes contre d’autres trafics comme le proxénétisme, la contrebande ou la traite des êtres humains.

La première CROSS a été mise en place à Marseille, il y a deux ans. Là-bas, cette méthode a permis de cartographier les points de deal, par exemple. Des CROSS, actuellement au nombre de 25, ont également été instaurées à Paris, puis à Toulouse, Lyon, Montpellier et Lille. Au final, ce protocole sera généralisé à tous les quartiers de reconquête républicaine.

quartiers-reconquete-republicaine-ministere-interieur

Les quinze premiers quartiers de reconquête républicaine mis en place en 2018 / Source ministère de l’Intérieur

Lire la suite

Articles

Alaska : De la drogue dans des boyaux de chèvre

le

Un homme de 71 ans a été arrêté pour avoir fait passer de la drogue dans des boyaux de chèvre pourris entre la Californie et Anchorage

Les agents de douane voient souvent des choses qui défient l’entendement ; cette fois-ci un homme a été arrêté pour avoir fait passer de l’héroïne et de la méthamphétamine dans des intestins de chèvre à l’aéroport d’Anchorage, en Alaska.

Une valise au contenu surprenant

L’aéroport international Ted Stevens d’Anchorage, en Alaska, est l’un des principaux carrefours de fret dans le monde. Cenen Placencia, âgé de 71 ans et originaire de Kodiak, y a été interpellé vendredi pour possession et trafic de drogue. Ceci a été confirmé par le procureur américain du district de l’Alaska dans un communiqué. Placencia était à la douane de l’aéroport international Ted Stevens d’Anchorage. Les enquêteurs ont demandé à fouiller les bagages enregistrés ; une boîte à poisson de 47 livres scellée avec du ruban adhésif et attachée avec une corde.

CNN a sollicité les commentaires de l’avocat de Placencia auprès de l’Alaska Public Defender Agency. Selon les enquêteurs d’Alaska ils ont découvert ; « des morceaux de viande mal emballés et congelés en une seule masse ». Ils ont ajouté ; « La viande ne semblait pas être destinée à la consommation humaine, et l’emballage et l’expédition étaient incompatibles avec les méthodes standard de traitement de la viande. » Une fois que la viande a commencé à décongeler, les enquêteurs ont déclaré que son odeur révélait qu’elle était pourrie et dangereuse à manger.

L’homme risque une lourde peine

Dans ce que les enquêteurs pensaient être des intestins de chèvre, il y avait 10 boules de méthamphétamine et d’héroïne enveloppées de ruban adhésif. Au total, 389 grammes de méthamphétamine et six emballages d’environ 740,5 grammes d’héroïne ont été récupérés. Placencia a déclaré aux enquêteurs qu’il avait acheté la chèvre pour 140 dollars à un éleveur en Californie. Il a ajouté qu’il avait l’intention de manger les intestins, a annoncé le district de l’Alaska. Placencia a nié savoir quoi que ce soit au sujet de la méthamphétamine et de l’héroïne.

En février, les Alaska State Troopers ont annoncé dans un rapport qu’une enquête avait été ouverte sur Placencia. En mars, la police a trouvé de la drogue et de l’argent chez lui ; 247 grammes d’héroïne et 13 grammes de méthamphétamine. Le district d’Alaska a déclaré que Placencia pourrait être condamné à 40 ans de prison et à une amende de 5 millions de dollars.

 

Lire la suite

Articles

Canada : Un guide du parfait trafiquant

le

Les enquêteurs du projet Nécros du SPVM ont découvert un véritable guide du trafiquant destiné aux membres d’un réseau criminel

Le document recense toutes sortes de conseils de bon sens et des règles à suivre pour les vendeurs de drogue. Ce niveau de professionnalisme fait presque penser à une entreprise légale. Il semble que ce guide du parfait trafiquant ait été écrit par le chef du réseau de trafiquants de drogues. Ce dernier était actif dans l’est et le sud de l’île de Montréal. Le SPVM a démantelé le réseau à l’automne dernier.

Un biker discipliné

Certaines règles s’appliqueraient très bien à du service client classique ; « ne pas faire attendre les clients plus d’une demi-heure », servir les gens dans l’ordre de commande etc. Cependant ce guide du trafiquant sert aussi à éviter l’attention des policiers ou à limiter les dégâts en cas de surveillance. La découverte de ce guide a eu lieu chez Davis Arbour, 38 ans. Ce dernier a été tué lors d’un vol de drogue dans son immeuble de la rue Jean-Talon Est dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

L’individu faisait partie des Devils Ghosts ; un club de bikers servant à former de futurs Hells Angels. Les policiers ont découvert une grande quantité de drogue dans l’appartement ainsi que des documents de comptabilité. Cependant la véritable prise de la police est une liste de noms assortis de codes. Il s’agit d’une liste de client, possédant chacun un code individuel pour effectuer leur commande de drogue.

Une relève vite démantelée

Les enquêteurs ont rapidement appris que quelqu’un avait pris la relève d’Arbour. Ils ont donc commencé à infiltrer une, puis deux personnes parmi leurs clients en utilisant la liste. Le réseau fonctionnait par appel téléphonique entre 11h et 23h, sauf à Noël, le jour de l’An et lors de fortes tempêtes de neiges. D’autres règles régissaient les achats des clients et leurs interactions avec le vendeur.

Grâce aux achats effectués par les policiers infiltrés et la surveillance téléphonique la police a pu démanteler le réseau. Onze personnes, cinq hommes et six femmes sont actuellement accusés de trafic de stupéfiant. Ils ont été remis en liberté en attente du procès. Il est intéressant de voir comment une entreprise illégale peut reproduire dans ses formes une organisation de type salariale, la sécurité de l’emploi en moins. A n’en pas douter, si tous les trafiquants étaient aussi prudents et disciplinés les choses seraient bien plus compliquées pour les forces de l’ordre.

Lire la suite

Articles

La Police Française ferme des kilomètres de plages à cause d’un trafic de cocaïne

le

Les autorités françaises ont fait fermer les plages du Sud-Ouest de la France, de nombreux paquets de cocaïne étant venus s’échouer sur la côte Atlantique.

Plus de 1000 kilogrammes de cocaïne ont été découverts sur les plages de la côte Atlantique de la France depuis mi-octobre. À l’origine dans le Sud-Ouest, dans la région de Biarritz, les paquets débarquent aussi sur les plages au Nord du pays, dont en Bretagne, selon les déclarations du procureur de Rennes Philippe Astruc à l’AFP.

Il s’agirait de la même cargaison, qui n’en finit pas d’arriver en France. Chaque marée amène environ 100 kilogrammes à divers endroits de la côte. La Douane, de son côté, repêche aussi fréquemment des paquets dans la mer.

Des équipes rennaises coordonnent les recherches pour ces paquets sur terre et dans la mer, mais certains paquets ayant été retrouvés à Biarritz, à plusieurs centaines de kilomètres, de plus grandes forces ont été mobilisées. Environ 100 enquêteurs travaillant avec leurs partenaires européens ainsi que la Drug Enforcement Administration, l’agence de lutte contre le trafic de drogues américaine, cherchent à identifier la source des paquets.

La drogue, dont l’origine demeure pour l’instant non identifiée, est pure à 83 % et très dangereuse, particulièrement dû au fait qu’elle pourrait être découverte par hasard notamment par des individus inconscient des risques, tels des enfants.

Certains individus se sont par ailleurs lancés à la recherche de la drogue, dont la valeur serait de plusieurs millions d’euros, forçant la police à fermer les plages et à patrouiller. Certains individus pourraient chercher à obtenir le produit pour leur propre consommation, ou pour le revendre sur le marché noir.

Un jeune homme de 17 ans a notamment déjà été arrêté par la police à Lacanau, près de Bordeaux, en possession de cinq kilogrammes de cocaïne récupérés sur la plage fermée au public. Il avait effectué trois heures de route depuis Toulouse en espérant trouver de la marchandise. Les contrôles ont depuis était renforcés, la police fouillant les voitures des passants. Un hélicoptère a aussi été déployé sur 125 kilomètres entre Cap Ferret et Soulac-sur-Mer, afin de superviser les plages.

Une cargaison hors norme

À ce jour, 1010 kilogrammes ont été retrouvés. L’origine de la cargaison demeure un mystère provoquant de nombreuses question parmi les enquêteurs, mais aussi les internautes intéressés par cette chasse au trésor.

L’une des hypothèses serait qu’un bateau transportant la drogue se serait renversé suite à un problème mécanique ou des intempéries, sa cargaison se retrouvant alors par-dessus bord. Les enquêteurs s’intéressent particulièrement aux rapports et journaux maritimes de mi-octobre, date estimée du chavirement, afin de trouver des indices. Selon le journal Sud-Ouest, plusieurs paquets découverts près de Bordeaux portaient les inscriptions « Diamate » et « Brillante », supposant qu’ils viendraient d’Amérique Latine. Des paquets portant les mêmes inscriptions avaient été retrouvés en septembre en Floride suite à l’ouragan Dorian.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Revue de presse

Nous suivre sur Twitter

Trending

Partages