Connect with us

Articles

Zimbabwe : vers une légalisation de l’ivoire d’éléphant ?

le

Le gouvernement du Zimbabwe veut mettre fin à l’interdiction du commerce de l’ivoire d’éléphant lors du prochain congrès sur la question

Le Zimbabwe fait pression sur les interlocuteurs internationaux qu’il doit recevoir au congrès de la CITES. L’objectif est de revenir sur la législation qui empêche les pays africains de commercialiser légalement l’ivoire. Une proposition pour encadrer un marché légal de l’ivoire s’était déjà heurtée à un refus en 2016.

Une interdiction vieille de 30 ans

La situation est si mauvaise au Zimbabwe que le pays peine à payer sa facture d’électricité. Cela signifie que la plupart du pays est sans électricité la plus grande partie de la journée. Ajoutez une inflation rampante et un chômage de masse et vous complétez le bingo de la misère sociale. Le gouvernement du Zimbabwe a pourtant organisé une réception fastueuse lors d’un autre congrès international en faveur de la nature au Victoria Falls hôtel la semaine dernière. Il s’agissait d’une initiative du président Emmerson Mnangagwa. Ce dernier a passé deux jours à tenter de persuader les délégués de mettre fin à un consensus sur la conservation des éléphants vieux de 30 ans. Il veut pouvoir commercer l’ivoire de son pays.

 

Si on combine l’ivoire et la corne de rhinocéros il y en a pour plus de 600 million de dollars a confié le président. Le gouvernement du Zimbabwe est malheureusement réputé pour sa corruption et son incompétence. Interrogé sur la façon de s’assurer que l’argent serait utilisé pour la conservation des espèces et l’aide au développement ; aucune réponse claire n’a été fournie.

Une situation plus compliquée qu’il n’y parait

On estime qu’il reste encore 600 tonnes d’ivoire immobilisé dans les pays africains.  Les voisins du Zimbabwe, le Botswana et la Namibie réclament aussi la fin de l’interdiction du commerce de l’ivoire. Ces pays abritent plus de 60 % de la totalité des éléphants d’Afrique et les chiffres sont en  hausse. Ces éléphants détruisent régulièrement les cultures de populations qui peinent déjà à s’en sortir. Le gouvernement du Botswana vient de réintroduire la chasse à l’éléphant. Le but est de limiter les zones de tension entre humains et éléphant en créant des zones tampon. Kitso Mokaila, le ministre de l’environnement du Botswana, explique que les pays riches ne comprennent pas la réalité quotidienne de ses concitoyens : “Je comprends qu’on soit opposé à cette décision quand on ne vit pas avec ce problème ; on voit simplement un bel animal étonnant.”

 

Pat Awori, du réseau de Préservation Pan-Africain de la Vie Sauvage, parle au nom des écologistes ; “Les conséquences directes du commerce de l’ivoire sont l’abattage de masse des éléphants. L’appétit qui peut être créé pour l’ivoire est insatiable”. La plupart de ceux qui veulent trouver une solution moins sanglante pour l’éléphant savent qu’il va falloir trouver de meilleurs arguments pour les populations. Oliver Poole, directeur de Space for Giants, le sait ; « Nous croyons fermement qu’un tourisme respectueux basé sur la nature, mené de façon durable pour les populations, est un outil de conservation puissant. ” Pour le moment l’argent des touristes n’a pas suffi et les défenseurs des éléphants vont avoir besoin de trouver rapidement une meilleure idée pour assurer leur survie.

 

Lire la suite

Articles

Prostitution dans les mines d’or du Burkina Faso

le

mines d’or du Burkina Faso

Un nombre croissant de femmes se retrouvent victime du trafic d’êtres humains dans les mines d’or du Burkina Faso

Les femmes nigériennes sont actuellement les principales victimes. Ces dernières sont attirées dans les camps de mineurs par des trafiquants. Ces derniers leur promettent un travail honnête puis les vendent à des proxénètes autour des mines d’or du Burkina Faso. A leur arrivée elles se retrouvent coincées sur place et endettées. Ces histoires tragiques de femmes forcées à se prostituer se répètent de façon dramatique.

Tragédie dans les mines d’or du Burkina Faso

L’exemple de la jeune nigérienne Blessing est ici caractéristique. On lui a promis un travail dans un salon de coiffure ; une bonne situation pour aider sa famille. Or à son arrivée la jeune femme de 27 ans a été droguée puis traînée de mine d’or en mine d’or par ses ravisseurs. Elle a été forcée à se prostituer dans ces camps. Elle a aussi été menacée de mort si elle tentait de s’échapper. Blessing a heureusement réussi à s’enfuir avec l’aide d’habitants de la région. Elle est aujourd’hui dans un camp de l’ONU à Ouagadougou.

Des enquêtes de l’Associated Press soulignent que ces histoires sont communes autour des mines d’or du Burkina Faso. Les journalistes ont rencontré près de 20 nigériennes avec des parcours similaires. Ces dernières rapportent qu’elles connaissent des centaines d’autres histoires semblables. Ces informations sont d’ailleurs confirmées par tout le monde ; la police, des avocats, des travailleurs sociaux, le personnel soignant et même des trafiquants. La plupart des femmes nigériennes seraient originaires de la province d’Edo.

Une plaque tournante du trafic

Le burkina Faso et le Niger ont signé la convention contre le crime international organisé de l’ONU. Pourtant aucun plan de lutte n’a été établi pour lutter contre ce trafic d’êtres humains. Pire que cela le Burkina Faso serait devenu un point de transfert de ces victimes vers d’autres pays. Plusieurs cas font état de femmes nigériennes vendues à des maisons closes au Mali pour des sommes avoisinant les 200 euros. Le Burkina Faso reste cependant central dans ce trafic. L’or est devenu la principale exportation du pays en à peine une dizaine d’années. L’industrie emploie 1,5 millions de personnes et produit 1,7 milliards d’euros par ans. Ce boom économique a entraîné l’apparition de ce problème.

Les mines d’or du Burkina Faso connaissent pourtant plusieurs réalités. L’essentiel de l’or légal est exporté vers la Suisse par les grandes mines. Les plus petites structures exportent par contre souvent illégalement leur or vers les pays environnant. Les cas de trafic d’êtres humains seraient beaucoup plus nombreux dans ces mines de petite taille. Ces femmes y sont vendues et placées sous la coupe de femmes proxénètes qui confisquent leurs passeport. Elle se retrouvent alors coincées dans un pays étranger dont elles ne parlent pas la langue pour rembourser une dette imaginaire.

Lire la suite

Articles

Les russes protègent le trafic d’armes iraniennes

le

trafic d'armes iraniennes

Les israéliens accusent la flotte russe de protéger le trafic d’armes iraniennes à destination de leurs alliés en Syrie et au Liban

Le trafic d’armes iraniennes à destination de la Syrie et du Liban n’est pas une nouveauté. Plusieurs cargaisons ont déjà été attaquées par Israël ; un drone aurait ainsi récemment frappé un navire iranien en mer méditerranéenne. Ceci aurait convaincu pendant un temps les autorités iraniennes de reprendre les livraisons terrestres. Cependant l’efficacité des attaques des services israéliens ont forcé le pays à prendre de nouvelles mesures ; leurs cargaisons maritimes sont désormais protégées par la flotte russe.

La flotte russe en méditerranée

Pour répondre à cette évolution du trafic d’armes international Israël aurait intensifié ses frappes sur le territoire syrien ; la dernière attaque remonte au 22 avril. Ils attendent que les armes soient débarquées chez leur voisin pour lancer ces opérations. Le trajet des navires iraniens passe aujourd’hui par la mer Rouge et le canal de Suez. Leur papiers précisent qu’ils ne transportent que de l’essence ; les israéliens affirment qu’il ne s’agit pas de la seule cargaison. Malheureusement pour Israël la protection russe fait qu’ils ne peuvent plus intercepter ces cargaisons avant leur arrivée.

Le message des russes s’adresse autant à Israël qu’à leurs alliés états-uniens. Ils soulignent la faiblesse de l’implication américaine dans la région et soutiennent l’Iran dans une période de renégociation du nouveau traité nucléaire. Selon des sources israéliennes il faut voir dans ces nouvelles mesures une preuve de l’efficacité des frappes du pays contres le trafic d’armes iraniennes ; des centaines d’attaques de convois auraient eu lieu lors de leur transfert vers le Liban.

Des armes iraniennes en Syrie

Loin de se contenter de la situation les médias russes ont annoncé la création d’un nouveau bataillon international ; une force de protection russe, syrienne et iranienne chargé d’assurer la sécurité du trafic maritime. Il s’agit d’une volonté claire de briser le blocus imposé par la coalition sur la Syrie. Les russes ont décidé à cette fin de protéger toutes les cibles iraniennes potentielles. Leur décision aurait été prise après l’attaque par drone d’un cargo. Les israéliens affirment qu’il s’agissait d’un navire reconverti en base de renseignement, mais la situation est encore peu claire.

Les nouvelles mesures de protection russe auraient déjà permis la livraison d’une large cargaison d’armes iraniennes. Cette cargaison a heureusement été détruite en Syrie par l’aviation israélienne le 22 avril. Les autorités syriennes se seraient défendues grâce à des missiles sol-air d’origine russe. Israël refuse actuellement de commenter officiellement les accords entre Russie, Syrie et Iran mais la situation est préoccupante ; les armes iraniennes circulent librement vers la Syrie.

Lire la suite

Articles

L’Arabie Saoudite interdit les fruits et légumes libanais

le

fruits et légumes libanais

Suite à une augmentation du trafic de drogue l’Arabie a stoppé l’importation de fruits et légumes libanais jusqu’à nouvel ordre

Le gouvernement saoudien a bien insisté sur le fait que la décision était une réponse directe au trafic de drogue dans leur annonce de vendredi dernier. L’arrêt des exportations de fruits et légumes libanais vers ce pays va s’ajouter à la liste de graves problèmes économiques et politiques dont souffre le pays. Le Liban est en effet au cœur d’une dramatique crise financière qui pose la plus grande menace à sa stabilité depuis la guerre civile de 1975-1990.

Interdire les fruits et légumes libanais

Le ministre de l’agriculture souligne que cette décision va avoir des impacts dramatiques pour le pays ; l’exportation des fruits et légumes libanais vers leur voisin représente 24 millions de dollars par ans. Le ministre des affaires étrangères a été informé de l’interdiction par l’ambassade saoudienne et a relayé cette information au gouvernement. Le ministre des affaires étrangères a également publié un communiqué ; « Les autorités libanaises se doivent d’exercer les plus grands efforts pour contrôler les opérations de contrebande… pour empêcher de faire souffrir d’innocents citoyens, paysans, industriels ainsi que l’économie libanaise ».

L’interdiction des importations a pris effet dimanche dernier à 9h du matin. Les douanes saoudiennes de Jeddah ont récemment empêché une tentative de trafic de plus de 5,3 millions de cachets de Captagon ; un dérivé d’amphétamine. Cette cargaison était dissimulée dans un chargement de grenades venant du Liban. Cette cargaison semble avoir été la goutte d’eau pour les autorités saoudiennes ; le sous-secrétaire des douanes saoudiennes Mohammed Bin Ali al-Naim s’était exprimé à ce sujet à la télé.

Pour s’en prendre à l’Iran

Malheureusement cette affaire n’est pas la seule a avoir défrayé la chronique. Une cargaison de 4,3 tonnes de cannabis a aussi été saisie dans des machines à dessert. Ces dernières provenaient du Liban et étaient à destination de la Slovaquie. Le ministre de l’intérieur Mohamed Fahmy a déclaré qu’il était prêt à coopérer pour lutter contre le trafic de drogues. Il affirme que d’importants efforts ont déjà été menés mais que les contrebandiers arrivent quand même parfois à leurs fins. Certains responsables du pays affirment également que l’interdiction sur les fruits et légumes libanais était une décision politique.

L’exportation des produits était en effet une des rares opportunité encore ouverte pour le pays de faire entrer de l’argent ; fermer cette source de revenu permet de faire pression sur le Liban. Le ministre de l’intérieur affirme également que rien ne permet d’affirmer que les grenades de la cargaison de Captagon étaient d’origine libanaise. Au total les exportations du Liban vers l’Arabie Saoudite représentaient 78,8 millions de dollars pour le dernier trimestre 2020. Les réserves financières étrangères du Liban ont été entièrement vidées et sa monnaie à perdu 90 % de sa valeur depuis fin 2019. Les pays du Golfe rechignent à aider ce voisin dont le puissant groupe chiite du Hezbollah, soutenu par leur ennemi iranien, ne cesse de gagner en puissance. Cette mesure contre les fruits et légumes iranien est vraisemblablement une mesure d’importance géopolitique visant leurs adversaires dans la région.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending