Connect with us

Articles

Les festivals : un haut lieu du trafic de drogues

le

Selon une analyse de l’organisme des récompenses pour les festivals britannique, 27 % des participants à un festival consomment de la drogue au cours de l’événement, dont 50 % qui achètent leurs produits sur place. 

Au Royaume-Uni, environ 3.17 millions d’individus se rendent à au moins un festival de musique chaque année, ce qui crée 428 000 potentiels clients pour les trafiquants de drogue. La MDMA et le LSD, sous forme de petits cachets, sont les plus populaires, et relativement faciles à dissimuler.

Dans les années 1990, introduire des drogues dans un festival était beaucoup plus simple : la sécurité était moindre, et les vendeurs pouvaient parfois passer à travers les clôtures ou par-dessus les murs. 

Il est désormais plus complexe de faire transiter les drogues : seules les équipes de production et les artistes échappent généralement aux contrôles de sécurité. Les fouilles à l’entrée des festivals et concerts se sont notamment renforcées depuis l’attaque à l’Arena de Manchester le 22 mai 2017, à la fin d’un concert d’Ariana Grande.

Si les organisateurs des festivals sont conscients du problème, les trafiquants sont ingénieux et réussissent à éviter les fouilles, dissimulant des sacs hermétiques de cocaïne, de kétamine et de cannabis dans de la nourriture, notamment des paquets de chips. D’autres dealers prennent délibérément moins de précautions : en emballant leurs drogues de façon moins professionnelle, ils prétendent, s’ils sont interceptés, que la drogue est pour leur consommation personnelle, cas dans lequel la drogue est souvent confisquée et ils sont relâchés, tandis que les dealers ayant l’air plus « professionnels » sont remis à la police.

Parfois, la sécurité engagée par le festival profite elle-même du potentiel marché. Lorsqu’un dealer est intercepté, il n’est pas rare que sa marchandise soit confisquée pour en suite être revendue.

Des drogues altérées.

Si la plupart des drogues vendues dans les festivals correspondent à ce qu’elles sont censées être, il n’est pas non plus impossible qu’elles aient été modifiées. Les drogues sont parfois coupées avec des substances bénignes, telles des dolipranes, du talc ou encore de la farine, des substances parfois dangereuses, telles du poison à rats, peuvent être intégrées au produit. 

La cocaïne fait partie des produits parfois contaminés. Les overdoses de cocaïne ont triplé au cours des cinq dernières années, atteignant les 15 699 l’année dernière. La cocaïne contient notamment de plus en plus souvent du fentanyl, un puissant opioïde 100 fois plus fort que la morphine utilisé dans le secteur médical pour effectuer des anesthésies. Le produit, souvent importé de Chine, est mélangé à la cocaïne pour diminuer son coût de production et accroître les bénéfices à l’insu du consommateur.

Le fentanyl n’est pas le seul produit nocif utilisé pour couper la drogue. D’autres produits moins dangereux sont aussi mélangés à la cocaïne, mais leurs conséquences sur la santé des consommateurs n’est pas négligeable, causant des problèmes de cœur, des déficiences immunitaires et des défaillances d’organes. On retrouve notamment de la phénacétine, un anti-douleur interdit qui augmenterait les risques du cancer et des problèmes rénaux, et du levimasole, un produit vétérinaire utilisé pour traiter les vers, qui chez les humains crée de sévères infections et qui serait présent dans 80 % de la cocaïne analysée par l’organisme de lutte contre le trafic de drogues américain. La levamisole, dont les doses dans la cocaïne sont parfois de 10 %, est notamment responsable des crises de « bactéries mangeuses de chair » au Royaume-Uni en 2016. 

Pour remédier à ces problèmes, certains appellent à la dépénalisation de ces drogues, ce qui supprimerait les dealers et les fabricants illégaux, éliminant alors le risque que les produits soient coupés avec d’autres substances dangereuses, réduisant le risque d’overdoses et facilitant la réhabilitation. D’autres alternatives se présentent aussi désormais. The Loop est une ONG créé en 2013 qui fournit des kits de test de drogues dans différents centres et événements, notamment dans les festivals. Ces tests, faciles à utiliser pour les consommateurs, permettent de vérifier que leurs produits ne contiennent pas d’autres substances, notamment des substances dangereuses. 

Si cela ne met en aucun cas fin à la consommation de drogues de façon récréative ou à la toxicomanie, ces pratiques de kits de test permettent de limiter les effets liés à la malveillance des trafiquants.

Lire la suite

Articles

Chine : Vente illégale de psychotropes

le

vente de psychotropes

La vente illégale de psychotropes se répand sur les plateformes d’e-commerce chinois grâce à des failles dans la législation

Un journaliste pour Thepaper.cn a découvert que certains médicaments psychotropes qui ne devraient être vendus que sur ordonnance étaient en libre accès. La vente de psychotropes ne devrait être autorisé que par des médecins cependant certaines plateformes d’e-commerce les délivrent sans contrôle. Pour échapper à la surveillance ces médicaments sont vendus sous des noms divers et variés comme «barrière routière en plastique d’occasion ». Ces médicaments sont pourtant dangereux pour la santé.

Vente de psychotropes et santé publique

La vente de ces médicament mets en effet les consommateurs en danger. Certains médicaments ont la capacité de mettre une personne dans un coma pour quatre à six heures. De plus leur consommation génère un risque d’addiction, sans même parler de l’illégalité de leur achat. Leur vente en ligne par ces plateformes n’est ni plus ni moins que du trafic de drogue. Il est d’ailleurs surprenant que le gouvernement chinois n’ait pas sévi à ce sujet.

Il faut aussi remarquer que ces ventes de psychotropes sont liées à plusieurs affaires d’agressions sexuelles et de vols. Les forces de l’ordre ont donc connaissance de la situation. L’origine du problème est peut-être à trouver dans l’aspect multidisciplinaire de la réponse à apporter. Il faudrait une meilleure coopération entre les services s’occupant d’internet, de la médecine et de la logistique.

Des mesures de lutte à inventer

La vente de psychotropes en ligne est évidemment interdite par la loi chinoise. La question est de savoir si la législation permet de considérer ces ventes de psychotropes comme un trafic de drogues et de le traiter comme tel. Ces médicaments sont souvent obtenus par des moyens illégaux. De faux malades en obtiennent de leur médecin ou de l’hôpital pour les revendre ensuite. Il serait peut-être temps de mettre en place un système électronique d’ordonnance capable de répondre à l’évolution de la société. Il serait alors possible de suivre plus précisément le flot de psychotropes. Cette mesure proposée par certains permettrait d’empêcher les plus importantes utilisations détournées de ces médicaments.

Il faut néanmoins relever qu’une mesure pareille poserait d’importantes questions en terme de vie privée. Ce n’est cependant pas ce qui empêche le gouvernement chinois d’agir la plupart du temps. Il faudrait aussi que les plateformes d’e-commerce responsables de la vente de psychotropes soient tenues pour responsables de ce qu’il se passe sur leur site. La faute repose en grande partie sur ces structures qui servent de havre aux vendeurs de drogue. Enfin il apparaît nécessaire d’éduquer la population sur les risques encourus par la consommation de ces médicaments dangereux.

Lire la suite

Articles

Les chercheurs et le trafiquant de tortues

le

trafiquant de tortues

Un ancien trafiquant de tortue aide aujourd’hui les chercheurs à étudier et découvrir les secrets de ses anciens collègues contrebandiers

Cet ancien trafiquant de tortues se nomme Yuan Xie. Avant de se lancer dans son activité illégale ce jeune chinois a suivi des études d’anglais dans plusieurs universités de la côté ouest des États-Unis. L’étudiant était alors soutenu financièrement par ses parents restés en Chine. L’homme a aujourd’hui 30 ans et réside à Los Angeles. Il aide désormais les chercheurs à lutter contre ses anciens collègues ; les trafiquants d’animaux sauvages, braconniers et autres contrebandiers.

Trafiquants de tortues vers la Chine

Son revirement a débuté lorsque le jeune homme a plaidé coupable aux accusations de contrebande et violation de la Convention International sur le Commerce des Espèces Menacées. Xie a été condamné à cinq ans de prison avec sursis. Il a aussi dû s’acquitter d’une amende de 15 000 dollars. Il doit également finir de servir 500 heures de travaux d’intérêts généraux. Au même moment des chercheurs du Fish and Wildlife Service essayaient d’entrer en contact avec des trafiquants comme lui. Le gouvernement a alors accepté de commuer une partie des heures de travaux d’intérêts généraux en travail de recherche.

Cette condamnation remonte au 2 septembre dernier et vient conclure cette affaire initiée par l’arrestation du jeune homme en 2018. En plus de l’aide que Xie va apporter aux chercheurs l’étude de l’enquête a déjà donné beaucoup d’indications aux chercheurs. Selon les enquêteurs le trafiquant de tortues a opéré sur une période de 18 mois. Il était chargé de faciliter le transport et l’achat des animaux. Xie aurait trafiqué plusieurs centaines de tortues de races différentes depuis sa maison de Eugene dans l’Oregon.

Un commerce peu risqué

Selon les enquêteurs ce trafic représente une somme avoisinant 150 000 dollars et près du double à la revente sur le marché chinois. Ce marché est apparu dans les années 1990 avec l’émergence des classes supérieures dans la société chinoises. Ces tortues sont utilisées comme médicaments, nourriture et animaux de compagnie. Cette demande croissante a aussi amené une augmentation des prix et donc au braconnage à travers l’Asie. Avec la baisse du nombre d’animaux disponible le marché semble s’être réorienté vers les États-Unis 10 à 15 ans plus tard.

Au total Xie aurait eu entre ses mains 769 tortues et reptiles provenant de vendeurs à travers le pays ; Alabama, Californie, Floride, Kentucky, Michigan, New Jersey, Nevada, Caroline du Nord et Caroline du Sud. Selon l’herpétologiste Daniel Gaillard ce commerce est peu risqué et très lucratif. De très nombreuses espèces différentes de tortues son recherchées et il est rare de se faire arrêter pour ce commerce illégal. Un autre trafiquant de tortues a été condamné à une sentence plus réduite au cours de la même enquête. Ce citoyen chinois écope de deux ans de sursis et de 8000 dollars d’amende.

Lire la suite

Articles

Trafic d’éléphants au Sri Lanka

le

Trafic d’éléphants

Les écologistes srilankais s’opposent au retour d’animaux entre les mains d’individus accusés de trafic d’éléphants

Une décision judiciaire permettrait à ces personnes accusées de trafic d’éléphants de récupérer 14 pachydermes. Les écologistes du Sri Lanka affirment que ces animaux ont été directement achetés à des braconniers. Selon les avocats et les groupes de défenseurs de la nature cette décision judiciaire viole les lois de protection de l’environnement du Sri Lanka. Ils craignent que cette décision fasse jurisprudence et encourage le trafic d’éléphants sauvages.

Un symbole de puissance pour les élites

Le magistrat responsable de ce jugement a récemment refusé de revenir sur sa décision. L’avocat Ravindranath qui a déposé la motion déclare qu’il s’adressera donc à une juridiction supérieure. Les éléphants sont vénérés dans le pays. Ils sont en effet une part essentielle des religions et des festivals culturels du Sri Lanka depuis des siècles. Ils sont tout particulièrement sacrés pour les bouddhistes. Ces derniers forment près de 70 % de la population de ce pays de 22 millions d’habitants. Ils sont en effet considérés comme les serviteurs et comme des incarnations précédentes de Bouddha lui-même.

Un éléphant dans le jardin a longtemps été un signe de prospérité, de pouvoir et de privilège. Bien que la capture d’éléphant sauvages soit interdite depuis des dizaines d’années le gouvernement recense 219 éléphants en captivités. Au moins 132 de ces animaux sont entre les mains de propriétaires privés, le reste étant sous la garde de l’État. La capture de bébés éléphants est rapporté depuis au moins 2007 mais la situation a réellement dépassé les bornes en 2015 ; 38 éléphanteaux ont été capturés et vendu à des personnes influentes. On compte parmi elles un juge et un moine bouddhiste.

La légalisation du trafic d’éléphants

Le retour de ces 14 éléphants à leurs propriétaires est basé sur un décret gouvernemental. Ce dernier donne des éléments permettant d’enregistrer son éléphant comme animal de compagnie. Le décret permet aussi leur utilisation pour les festivités et activités religieuses ainsi que pour assurer leur bien-être. Les militants affirment que ces mesures encouragent le trafic d’éléphant et limite leur protection entre les mains de particuliers. Selon l’écologiste Rukshan Jayawardene on assistera bientôt à un retour du trafic d’éléphants sauvages à une grande échelle.

Le nouveau décret n’oblige pas de renseigner le pedigree de l’animal lors de son enregistrement. Il peut donc très bien s’agir d’un animal capturé dans la nature. Il s’agit dans les faits d’un moyen de ratifier un acte illégal. Le gouvernement semble sur la défensive face au accusations des écologistes. Le ministre de la protection de la faune sauvage Wimalaweera Dissanayake se défend de toute pratique illégale. Près de 21 éléphants sont encore sous contrôle de l’État après des saisies. Certains propriétaires auraient payé près de 200 000 dollars par animal. Le trafic d’éléphant est d’autant plus dramatique que ces animaux sont classés sur la liste des espèces menacées au Sri Lanka. Leur population est passée de 14 000 en 2011 à 6000 aujourd’hui.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending