Connect with us

Articles

Les festivals : un haut lieu du trafic de drogues

le

Selon une analyse de l’organisme des récompenses pour les festivals britannique, 27 % des participants à un festival consomment de la drogue au cours de l’événement, dont 50 % qui achètent leurs produits sur place. 

Au Royaume-Uni, environ 3.17 millions d’individus se rendent à au moins un festival de musique chaque année, ce qui crée 428 000 potentiels clients pour les trafiquants de drogue. La MDMA et le LSD, sous forme de petits cachets, sont les plus populaires, et relativement faciles à dissimuler.

Dans les années 1990, introduire des drogues dans un festival était beaucoup plus simple : la sécurité était moindre, et les vendeurs pouvaient parfois passer à travers les clôtures ou par-dessus les murs. 

Il est désormais plus complexe de faire transiter les drogues : seules les équipes de production et les artistes échappent généralement aux contrôles de sécurité. Les fouilles à l’entrée des festivals et concerts se sont notamment renforcées depuis l’attaque à l’Arena de Manchester le 22 mai 2017, à la fin d’un concert d’Ariana Grande.

Si les organisateurs des festivals sont conscients du problème, les trafiquants sont ingénieux et réussissent à éviter les fouilles, dissimulant des sacs hermétiques de cocaïne, de kétamine et de cannabis dans de la nourriture, notamment des paquets de chips. D’autres dealers prennent délibérément moins de précautions : en emballant leurs drogues de façon moins professionnelle, ils prétendent, s’ils sont interceptés, que la drogue est pour leur consommation personnelle, cas dans lequel la drogue est souvent confisquée et ils sont relâchés, tandis que les dealers ayant l’air plus « professionnels » sont remis à la police.

Parfois, la sécurité engagée par le festival profite elle-même du potentiel marché. Lorsqu’un dealer est intercepté, il n’est pas rare que sa marchandise soit confisquée pour en suite être revendue.

Des drogues altérées.

Si la plupart des drogues vendues dans les festivals correspondent à ce qu’elles sont censées être, il n’est pas non plus impossible qu’elles aient été modifiées. Les drogues sont parfois coupées avec des substances bénignes, telles des dolipranes, du talc ou encore de la farine, des substances parfois dangereuses, telles du poison à rats, peuvent être intégrées au produit. 

La cocaïne fait partie des produits parfois contaminés. Les overdoses de cocaïne ont triplé au cours des cinq dernières années, atteignant les 15 699 l’année dernière. La cocaïne contient notamment de plus en plus souvent du fentanyl, un puissant opioïde 100 fois plus fort que la morphine utilisé dans le secteur médical pour effectuer des anesthésies. Le produit, souvent importé de Chine, est mélangé à la cocaïne pour diminuer son coût de production et accroître les bénéfices à l’insu du consommateur.

Le fentanyl n’est pas le seul produit nocif utilisé pour couper la drogue. D’autres produits moins dangereux sont aussi mélangés à la cocaïne, mais leurs conséquences sur la santé des consommateurs n’est pas négligeable, causant des problèmes de cœur, des déficiences immunitaires et des défaillances d’organes. On retrouve notamment de la phénacétine, un anti-douleur interdit qui augmenterait les risques du cancer et des problèmes rénaux, et du levimasole, un produit vétérinaire utilisé pour traiter les vers, qui chez les humains crée de sévères infections et qui serait présent dans 80 % de la cocaïne analysée par l’organisme de lutte contre le trafic de drogues américain. La levamisole, dont les doses dans la cocaïne sont parfois de 10 %, est notamment responsable des crises de « bactéries mangeuses de chair » au Royaume-Uni en 2016. 

Pour remédier à ces problèmes, certains appellent à la dépénalisation de ces drogues, ce qui supprimerait les dealers et les fabricants illégaux, éliminant alors le risque que les produits soient coupés avec d’autres substances dangereuses, réduisant le risque d’overdoses et facilitant la réhabilitation. D’autres alternatives se présentent aussi désormais. The Loop est une ONG créé en 2013 qui fournit des kits de test de drogues dans différents centres et événements, notamment dans les festivals. Ces tests, faciles à utiliser pour les consommateurs, permettent de vérifier que leurs produits ne contiennent pas d’autres substances, notamment des substances dangereuses. 

Si cela ne met en aucun cas fin à la consommation de drogues de façon récréative ou à la toxicomanie, ces pratiques de kits de test permettent de limiter les effets liés à la malveillance des trafiquants.

Lire la suite

Articles

30 ans de prison pour un informateur de la DEA

le

informateur de la DEA

Cet ancien informateur de la DEA a été condamné à 30 ans de prison pour son rôle dans un trafic de drogues

Il semble que Samuel Pena-Columna ait cherché à dissimuler son rôle dans ce trafic à travers un plan élaboré. Il semble cependant que cette tentative ait été vaine, car sa condamnation a été prononcée la semaine passée. Cet ancien informateur de la DEA a donc écopé de trente ans de prison, suite à la sentence du juge Robert Molloy. L’homme avait été arrêté et poursuivi pour une opération de trafic de drogue ayant eu lieu à St John, fin septembre 2019.

Fusillade avec la DEA

Il apparaît que Columna a participé au transport de 100 kg de cocaïne. Cette cargaison avait été arraisonnée par des agents fédéraux les ayant surpris sur le fait. Un échange de tirs avait alors eu lieu et un agent et un trafiquant avaient été blessés. Les jurés ont jugé que le rôle de Columna dans cette affaire était indéniable. De son côté le juge Molloy a insisté sur la gravité de ce qui était reproché à l’ancien informateur de la DEA.

En effet, un agent du gouvernement a été blessé par balle au cours de ce trafic. Le juge n’a pas non plus oublié le criminel blessé. Ce dernier a dû être amputé d’une jambe suite à sa blessure. Les faits sont donc extrêmement graves et c’est un miracle que personne n’ait été tué au cours de l’affaire. L’avocat de La Défense, Michael Sheesley a tenté d’atténuer la punition de son client en insistant sur son ancien rôle au service de la DEA. Il semble que Columna avait joué un rôle non négligeable à leur service.

Informateur de la DEA et criminel endurci

L’accusation, menée par Meredith Edwards a reconnu l’aide apportée par Columna. Cependant, les preuves amenées dans cette affaire démontrent que l’homme est impliqué dans le trafic de drogue depuis 2017. Il semble aussi évident qu’il s’est servi de ses liens avec le gouvernement pour éliminer ses rivaux parmi les trafiquants. Le juge a aussi rappelé que le trafiquant n’avait jamais révélé à la DEA qu’il vivait avec un de ses co-accusés ; un homme avec lequel il était responsable d’un trafic de drogue de grande ampleur. L’avocat s’est cependant étonné de voir que les trafiquants s’étant fait arrêter armés sur le lieu du crime ont été moins lourdement condamnés que son client : 121 mois et 141 mois.

Le juge estime que la sentence est appropriée, car Columna avait une meilleure conscience du crime qu’il commettait. Une de ses lignes de défense était qu’il se trouvait sur les lieux du crime pour récolter des informations pour la DEA. Les complices de leurs côtés ont accepté leur responsabilité et ont collaboré avec le gouvernement et ont plaidé coupables. Columna a cherché à justifier ses actions, plutôt que d’en accepter la responsabilité. L’homme de 50 ans risque de passer le restant de ses jours en prison.

Lire la suite

Articles

Philippines : Trafic d’oignons

le

trafic d’oignons

Un parlementaire exige que des assignations à comparaitre devant le parlement soient envoyées à une série d’individus pour un trafic d’oignons

Le problème du trafic de produits de l’agriculture est un sujet sensible aux Philippines. Un comité de la Chambre des parlementaires se réunit en ce moment pour mener l’enquête sur ce problème. Un de ces parlementaires a spécifiquement nommé plusieurs individus qui seraient derrière un trafic d’oignons. Ces derniers seraient responsables de l’importation illégale de cargaisons valant plusieurs millions. Le représentant, Horacio Suansing Jr., demande à ce que cette personne soit obligée de témoigner devant le comité.

Comité sur le trafic d’oignons

Suansing souhaite que 10 intermédiaire, commerçants et facilitateurs de ce trafic d’oignons soient présentés devant leur comité. Le parlementaire souhaite qu’ils rendent des comptes pour ce qu’il décrit comme une contrebande généralisée et de grandes ampleurs. Il demande donc que des assignations à comparaître soient envoyées à hael Ma, Lujene Ang, Andrew Chang, Beverly Peres, Manuel Tan, Leah Cruz, Jun Diamante, Lucio Lim et Gerry Teves. Le parlementaire a ajouté le nom d’un certain « Aaron », mais on ignore son nom complet.

La demande de Suansin est assez étrange, car il explique qu’il divulguera les informations qui le poussent à demander ces assignations une fois qu’elles auront été envoyées. La résolution 311 du parlement, proposée par Suansing Jr et Mikaela Suansing, vise à s’attaquer à la contrebande, mais aussi aux formes légales de trafic se basant sur des failles dans la loi. On pense notamment à la sous-évaluation des biens ou des mauvaises déclarations. L’enquête parlementaire vise aussi à cibler les personnes qui participeraient à ces trafics au sein de l’administration ; notamment aux Douanes et au département de l’Agriculture.

Le problème de l’inflation

Selon Suansing, depuis le passage de la Loi sur la contrebande agricole de 2016, personne n’a été condamné. De plus, seulement 93 plaintes ont été déposées au Département de la Justice. En plus de ses demandes d’assignation à comparaitre, le parlementaire a demandé les archives et documents du Bureau des douanes. Les entreprises Victory JM Enterprises, Taculog International Consumer Goods Trading et Asterzenmed Aggregates sont aussi sous surveillance. Un certain nombre d’autres compagnies pourraient aussi être ciblées par le parlementaire.

Suansing ne se limite cependant pas au trafic d’oignons, il cible également un fabricant de cigarettes. Ce dernier n’est pas censé vendre dans le pays, mais en Malaisie or, ses cigarettes sont présentes sur tous les marchés. L’augmentation du prix des produits agricoles et spécifiquement des oignons est sans doute derrière cette attention du parlementaire. Les contrebandiers sont accusés de participer à la hausse des prix de l’alimentation. Selon la parlementaire Arlene Brosas, seulement 10 % des oignons de contrebande sont stoppés par les douanes. Ces saisies représentent pourtant 30 % des saisies totales.

Lire la suite

Articles

Un agent des douanes trafiquant de drogue

le

agent des douanes

Cet ancien agent des douanes est accusé d’avoir aidé des trafiquants de drogue à dissimuler leurs cargaisons

L’ancien agent des douanes Pena aurait formé les trafiquants de drogue à dissimuler leurs drogues. Cependant il ne s’en est pas tenu là, il a aussi appris aux criminels quelles méthodes employer pour distraire les unités canines de la police. Pena va être envoyé en prison fédérale pour ses crimes, selon le procureur Alamdar S. Hamdani. L’affaire qui le concerne précisément vise un trafic de cocaïne découvert lors d’un contrôle de routine. Il faut croire que les formations de Pena n’étaient pas de si bonne qualité.

Corruption, drogue et armes à feu

Oberlin Cortez Pena Jr., 23 ans, a plaidé coupable le 17 décembre 2021 dernier. Trois jours plus tard, le juge Randy Crane l’a condamné à 121 mois de prison suivis de cinq ans de libération surveillée. Au cours de l’audience, des éléments supplémentaires avaient révélé qu’il était en possession d’un AR-15 en compagnie de son complice Alejandro Castillo, lors d’une rencontre préparant leur passage au point de contrôle de Falfurrias. Pena affirme qu’il était en possession de l’arme, car il était en chemin pour aller chasser le sanglier, après sa rencontre. Le tribunal n’a pas été convaincu de ses explications et il a donc également été condamné pour avoir utilisé une arme lors d’une tentative de trafic de drogue.

Le tribunal a aussi insisté sur le fait que la société reposait sur l’honnêteté de ses forces de maintien de l’ordre. L’existence d’un agent des douanes corrompu, spécialement à un point de contrôle, pourrait provoquer des dégâts majeurs au pays. Selon le procureur Hamdani, l’ancien agent des douanes a trahi son serment de défendre la constitution. Sa condamnation doit être un message fort pour les trafiquants. La corruption policière doit être sévèrement punie.

Corruption d’un agent des douanes

Pena avait reconnu avoir aidé à faire passer cinq kilos de cocaïne par le point de contrôle de Falfurrias à deux occasions. Il avait spécifiquement utilisé ses connaissances en tant qu’agent de douanes. L’ancien agent des douanes avait fait passer ses complices par les bonnes files, puis avait servi d’éclaireur. Il a aussi donné des instructions détaillées sur la façon de se prémunir d’un contrôle canin.

Quatre autres personnes ont été condamnées au cours de l’enquête. Certains étaient coupables de trafic d’être humain, d’autres d’avoir versé des pots de vin. Les peines ont cependant été plus réduites pour ces quatre personnes : 36 mois de prison. Pena avait été libéré sous caution, mais après la découverte d’une arme à son ranch, il était retourné en prison. Il sera sous peu transféré au Bureau des prisons pour purger sa peine.

Lire la suite

Trending