Connect with us

Contrebande

Trafics de médicaments et de téléphones, les fléaux de l’Afrique

le

Avec une croissance prometteuse et une jeunesse toujours mieux formée, l’Afrique est un continent d’avenir. Revers de la médaille dans un continent où les structures étatiques sont encore fragiles : la contrefaçon et la contrebande explosent. Ce commerce parallèle touche particulièrement les médicaments et les téléphones.

L’Afrique est la zone au monde qui souffre le plus des faiblesses associées à un marché mal régulé. En 2018, un rapport de l’OCDE révélait que le trafic, la corruption et l’évasion fiscale faisaient perdre chaque année quelque 50 milliards de dollars aux Etats du continent. Parmi les types de trafic répertoriés par l’OCDE, on trouve des sources d’enrichissement illicites fortement médiatisées, telles que les migrants et la drogue, mais aussi des marchandises de première nécessité comme le pétrole et les médicaments.

Péril sur la santé publique

L’Afrique s’est imposée comme l’enfer des faux médicaments. 42% des signalements proviennent du continent, contre 21% en Europe et la même proportion en Amérique. En Afrique de l’Ouest, 60% de la valeur marchande des médicaments est générée par des produits contrefaits ou de qualité médiocre.

Pour bien montrer que l’enjeu dépasse celui de la propriété intellectuelle, l’OMS ne parle plus désormais de contrefaçon mais de « produit médical de qualité inférieure ou falsifié ». Les conséquences sur la santé publique sont souvent dramatiques. Un tiers des antipaludéens mis sur le marché en Afrique de l’Ouest n’est pas efficace. En 2015, onze personnes sont mortes et plus de mille ont été hospitalisées en République démocratique du Congo (RDC) pour avoir ingéré un puissant antipsychotique en lieu et place d’un sédatif.

La contrebande de médicaments est particulièrement lucrative pour les mafias en tout genre. D’après l’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRCAM), mille dollars investis rapporteraient jusqu’à 500 fois plus. L’Afrique paie ici le prix de ses vulnérabilités : gouvernance faible, insuffisance du réseau de pharmacies, populations pauvres. Le marché informel, encore appelé « pharmacie par terre », y est particulièrement répandu, ce qui rend difficile toute forme de traçabilité ou de contrôle qualité. Quant aux discours de prévention, ils sont souvent perçus comme une « guerre contre les pauvres ».

La sécurité au défi des faux smartphones

Autre produit massivement touché par la contrebande : le téléphone. Impossible d’établir le volume de « faux » mobiles en circulation sur le continent, mais il se chiffre en millions. Au Kenya, l’agence anti-contrefaçons estime qu’ils représentent plus de 50% des marchandises contrefaites. Là aussi, les enjeux vont au-delà de la propriété intellectuelle. Car avec la hausse de la connectivité, les Africains ont accès à un nombre croissant de services numériques dont certains sont lourds d’enjeux de sécurité.

Ainsi, les téléphones contrefaits sont particulièrement sensibles aux logiciels malveillants utilisés par les cybercriminels pour subtiliser les numéros de cartes de crédit ou de sécurité sociale. L’expert en cybersécurité Symantec prévoit une recrudescence des tentatives de chantage et d’extorsion dans les années à venir, du simple fait qu’un grand nombre de mobiles est vulnérable aux attaques. D’autres effets néfastes sont à déplorer, tels que l’impact sur la qualité du réseau et, plus grave encore, des risques pour la santé des consommateurs. Souvent fabriqués à partir de matériaux non conformes, ces appareils peuvent contenir des niveaux dangereux de métaux et de produits chimiques tels que le plomb. Sans compter les entorses aux normes de sécurité électrique…

Un manque à gagner considérable pour l’économie locale

A ces problèmes de sécurité et de santé publique s’ajoute un enjeu économique global. Les trafics, dont les bénéfices sont réinvestis à l’étranger, quand ils ne profitent pas au terrorisme, privent les économies africaines d’investissements considérables. Leur poids sur le marché est d’autant plus regrettable qu’il existe sur place des industries en plein essor qui ne demandent qu’à supplanter les groupes occidentaux encore très présents.

C’est le cas dans le médicament, où plusieurs défis demeurent néanmoins : certification, montée en capacité de production et compétitivité. C’est le cas dans la téléphonie, où des entreprises d’ancrage continental abattent un travail discret mais efficace, à l’image de Telecel Group, implanté en Afrique centrale depuis plus de 25 ans, et premier contributeur du Trésor public en RCA.

Les trafics, et notamment la contrebande, constituent un autre problème : le manque à gagner considérable pour les Etats. Ceux-ci réagissent en renforçant leurs moyens de contrôle et de sanctions, avec des résultats qui font leur preuve. En deux ans, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) du Maroc a contribué à la hausse des recettes fiscales, en renforçant les saisies sur un autre produit de contrebande particulièrement apprécié : le tabac. L’objectif ? Profiter du renouvellement de son partenariat avec l’entreprise SICPA pour introduire des technologies de traçabilité de pointe (codes QR, codes HRC).

Dans un contexte aussi mouvant, la qualité des services proposés et la traçabilité des produits apparaissent comme les principaux remparts contre les dérives du commerce illicite qui sévit sur le continent africain.

 

 

Lire la suite

Articles

Inde : Contrebande de noix d’arec

le

contrebande noix d'arec

Des manifestations ont été organisées dans le district de Mizoram en soutien à une policière qui s’attaquait à la contrebande de noix d’arec

Plusieurs centaines de personnes ont pris la rue pour protester contre le transfert de cette policière. Cette femme avait su s’attirer le soutien d’une partie de la population pour son action contre la contrebande de noix d’Arec. Plusieurs entreprises comme la Central Arecanut and Cocoa Marketing Cooperative (Campco) demandent depuis longtemps une action de l’État. Le trafic dans cette région à la frontière avec le Myanmar est une véritable menace pour les fermiers indiens.

Une manifestation contre la contrebande

La manifestation était organisée à Champhai par un comité de coordination constitué d’ONG. Cette initiative a été prise suite aux annonce de la Campco soulignant la menace de la contrebande de noix d’arec pour les paysans de la région. Par ailleurs le gouvernement de Mizoram venait de transférer Mara C.T. Zuali, connue pour son action contre le trafic en tant que commissaire adjoint de Champhai. Cette dernière s’est vue reléguée à un poste administratif à Aizawl, la capitale de l’État. Son transfert a eu lieu sept jours après que des organisations de transporteurs et des structures syndicales aient écrit au ministre Zoramthanga. Il semble qu’une demande formelle de renvoi de Zuali ait eu raison de son poste.

Du côté des manifestants certains affirment leur soutien au gouvernement et cherchent simplement à soutenir le travail de Zuali. Les partis d’opposition pointent par contre le comportement mafieux du gouvernement local. En effet une ordonnance nationale avait demandé l’arrêt de l’importation de noix d’arec venant du Myanmar. L’État de Mizoram s’était refusé à respecter cette ordonnance. Le président du Congrès de l’État, Lalsatwa pointe des comportements mafieux; « J’ai peur que Mizoram devienne comme le Mexique ou la Colombie où le pays est dirigé par des criminels.

Contrebande de noix d’arec à la frontière

En décembre Zuali avait donné l’ordre d’interdire l’importation de bien illégaux en provenance des pays d’Asie du Sud-Est à Champhai. Au nombre des produits visés on trouvait la noix d’arec. Par la suite elle a fait intercepter quatre camions transportant ces noix. Ces derniers continuaient à faire passer leur marchandise provenant du Myanmar. Elle aurait aussi fait brûler 150 sacs de noix saisis à ces occasions. Un transporteur basé à Aizawl aurait alors déposé une plainte officielle contre Zuari et son équipe.

Il y a quelques jours un rapport a été remis à Campco par le militant écologiste Vanramchhuangi soulignant l’ampleur du trafic et ses problèmes. Le président de Campco a alors écrit au premier ministre Narendra Modi en personne. Dans cette lettre il explique qu’il existe environ 40 routes connues pour la contrebande de noix d’arec dans le seul district de Champhai. Selon Kishore Kumar Kodgi; « Une telle arrivée illégale de noix d’arec en Inde par le nord-est pourrait affecter les communautés de producteurs locaux ».

Lire la suite

Articles

Trafic de chats à Taïwan

le

Trafic de chats à Taïwan

Une dizaine de personnes sont suspectées d’êtres responsables d’un trafic de chats à Taïwan par voie maritime

Les neuf suspects ont été inculpés par les procureurs de Kaohsiung vendredi dernier. On les soupçonne d’un trafic de chats à Taïwan. Plus de 154 animaux auraient été illégalement importés dans le pays. Certaines personnes risquent jusqu’à sept ans de prison. Le bureau des procureurs du district de Kaohsiung s’intéresse particulièrement à quatre personnes suspectées d’être les dirigeants du réseau. Cette affaire de contrebande se serait déroulée au cours du mois d’août. Les cinq autres personnes travaillaient sur le bateau de pêche utilisé pour transporter les chats.

De vieux contrebandiers

Toutes ces personnes sont suspectées d’avoir bafoué la loi sur les peines de contrebande. Cependant quatre de ces suspects sont la cible principale pour les enquêteurs et la justice. Le premier est un homme de 56 ans du nom de Cheng. Il est propriétaire d’une entreprise de pêche. Le second est un éleveur d’animaux domestiques de 42 ans du nom de Li. À leurs côtés on trouve un certain Chang, un ancien de la patrouille maritime de 50 ans. Le dernier est un des amis de Chang, un homme de 49 ans répondant au nom de Kuo.

Ces quatre personnes sont actuellement en détention. Malheureusement les chats ont dû être euthanasiés par les autorités car leur origine était inconnue. Les procureurs recommandent de lourdes peines pour ces personnes. Elles sont accusées d’avoir géré une contrebande de chats de race et d’avoir tenté de les faire entrer à Taïwan sans certificats de quarantaine. Ces personnes risquent jusqu’à sept ans de prison et près de 108 000$ d’amende. Les raisons qui poussent les procureurs à la sévérité sont les risques inhérents aux maladies que les animaux pourraient apporter dans l’île. Par ailleurs ces pratiques nuisent au marché national des animaux domestiques.

L’échec du trafic de chats à Taïwan

Parmi les autres accusés on trouve un capitaine de bateau de 51 ans. Son bateau servait à faire passer les chats. Le mécanicien en chef du bateau est aussi poursuivit ainsi que l’équipage composé de trois indonésiens. Selon l’enquête Cheng et l’éleveur auraient commencé à planifier leur opération en juin avec l’aide de Chang, Kuo mais aussi avec sept autres citoyens chinois encore inconnus. Ils ont ensuite loué le bateau « Shun Fa 886 » ; le navire de pêche. Le bateau était loué au mois à un certain Chiang pour la somme de 150$.

Suivant les instructions de Cheng le capitaine et son mécanicien ont transformé le bateau pour le préparer à un trafic de chats à Taïwan. La cabine principale a été transformée en un espace fermé climatisé propre à transporter des animaux. Le bateau a pris la mer jusqu’au larges des îles Penghu et pris possession de 62 cages contenant les 154 chats venant de bateaux chinois. Le lendemain le bateau était intercepté par les gardes côtes à proximité du port d’Anping à Tainan.

Lire la suite

Articles

La contrebande de l’hôtesse de l’air

le

hôtesse de l'air

Une hôtesse de l’air d’American Airlines a été arrêtée pour avoir fait passer de l’or, des Rolex et de l’argent en liquide

Cette hôtesse de l’air chevronnée a été arrêtée en Argentine. Les autorités l’accusent d’avoir fait passer deux lingots d’or, des milliers de dollars en liquide et des bijoux précieux entre autre objets de valeur. Elle aurait tenté de faire passer cette contrebande lors d’un de ses vols décollant d’Argentine à destination de Miami. Elle aurait profité de son statut de chef de bord pour se livrer à cette trafic. Malheureusement pour elle la police a eu des soupçons.

Une célébrité locale

Cette femme de 57 ans a été présentée sous le nom de Laura Diana Schulz par les médias argentins. Elle serait originaire de Bariloche. Son arrestation fait les gros titres de la presse argentine car elle est une ancienne Reina de la Nieve ; la gagnante du concours d’un festival d’hiver célèbre de sa ville natale. Les agents de la Police Argentine de Sécurité Aéroportuaire ont arrêté Schultz lors d’un contrôle de routine. Elle s’apprêtait à embarquer le vol d’American Airlaines AA900 de Buenos Aires à Miami.

Les agents se sont doutés de quelque chose en remarquant une forme inhabituelle lors du passage des bagages de Schultz au rayons X. Lorsque les agents lui ont demandé ce qu’elle transportait elle a déclaré qu’il s’agissait de ses économies qu’elles amenait au coffre-fort d’une amie à Miami. Les agents ont obtenu une autorisation du tribunal pour fouiller le sac de Schultz. Ils ont alors découvert des objets de valeur valant plusieurs milliers de dollars ; à côté des milliers de Pesos les agents ont aussi découvert 11 413 dollars.

Une hôtesse de l’air chevronnée

L’hôtesse de l’air est aujourd’hui accusée de contrebande et de blanchiment d’argent. Elle aurait aussi déclaré aux policiers que l’argent en liquide viendrait de dons de passagers à bord des vols d’American Airlines destinés à leurs partenaires de l’UNICEF ; le fond des nations-unies pour l’enfance. Son arrestation remonte à trois semaines mais les détails commencent seulement à être révélés. Selon les médias la valeur totale des biens et de l’argent en liquide dépasserait les 100 000 dollars. Selon la police les différents objets étaient soigneusement dissimulés dans divers compartiments du bagage. Certains bijoux étaient peints en noir pour dissimuler leur valeur véritable.

Les hôtesses de l’air et les Steward sont occasionnellement la cible de trafiquants internationaux. Leurs autorisations de sécurité et leurs connaissances leur permettent de se déplacer sans éveiller les soupçons, la plupart du temps. Ces derniers peuvent alors faire passer des biens illégaux à travers les frontières. Ces tentatives ne sont pas toujours couronnées de succès comme on a pu le voir. Ainsi en octobre dernier une hôtesse de l’air malaisienne a été condamnée à neuf ans de prison pour avoir tenté de faire passer 3 millions de dollars australiens en Australie. D’autres exemples similaires font parfois les gros titres des journaux locaux.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending