Connect with us

Articles

Le réveil du crime organisé chilien

le

crime organisé chilien

Une étude récente souligne l’expansion du crime organisé chilien notamment en ce qui concerne le trafic de drogue et la violence

Certaines études soulignent que le sentiment d’insécurité dans la population est en hausse. Ce sentiment n’est pas entièrement infondé ; le crime organisé chilien est bien en train de prendre de l’importance. Cette croissance est soulignée par la diversification des pratiques et l’augmentation de la violence dans le pays. Cette tendance peut aussi se lire dans la hausse des saisies de drogues et la transformation des routes du trafic.

Mutations et transformations du trafic

En trois ans, la saisie de marijuana colombienne, « creepy », a augmentée de 700 %. Dans le même temps les saisies de marijuana paraguayenne ont chuté de 900 %. L’étude souligne qu’on observe une transformation des routes du trafic. Auparavant le crime organisé chilien favorisait la route Paraguay-Bolivie-Chili ; désormais ils passent par la Colombie, l’Équateur, le Pérou puis le Chili. De plus on assiste à une augmentation de l’utilisation des ports du pays et donc des voies maritimes.

Cette transformation s’accompagne également d’une mutation inquiétante ; en 2019 les autorités chiliennes ont découverts 15 laboratoires de production de drogues dans la région de Santiago et Antofagasta. Ces laboratoires se concentraient sur la production de drogues de synthèses. En effet la demande a explosé dans le pays entre 2017 et 2019 ; le marché a augmenté de 680 %. Sans surprise la violence inhérente au trafic n’a pas manqué de suivre. Le marché du trafic d’arme du pays est en pleine expansion. Néanmoins les chiffres restent bas ; on comptait 6 homicides lié au trafic en 2010 et 30 en 2019.

Le crime organisé chilien : un danger national ?

Il est donc indéniable que le problème du trafic de drogue s’aggrave dans le pays. Cependant la perception du danger réel par le public est peut-être troublée ; 79 % des interrogés estiment que le crime organisé chilien et le trafic de drogue sont « un danger majeur ou une menace importante pour la sécurité nationale ». Il semble que cette obsession soit plutôt le résultat d’une communication gouvernementale mettant l’accent sur le problème. Certains experts soulignent par ailleurs qu’une approche entièrement répressive sera un échec ; le Chili n’est pas seulement un pays de transit mais aussi de consommation. La question de la drogue est donc aussi un problème de santé publique à traiter comme tel.

Ajoutons à cela que la crise du coronavirus a poussé le crime organisé chilien et international à se tourner vers des substances plus addictives et moins chères. Cependant au chili ceci prends la forme d’une consommation d’un type de marijuana colombienne et le renforcement du trafic de cigarettes. Le trafic de cocaïne est par exemple en baisse depuis l’année dernière. On est donc loin de l’épidémie des opiacés au États-Unis. Cependant le problème du crime organisé chilien est réel et pourrait provoquer des poussées de violences. Notons tout de même que la perception du problème semble nettement disproportionnée et utilisée à des fins politiciennes.

Lire la suite

Articles

Mexique : Des armes sur les réseaux sociaux

le

armes sur les réseaux sociaux

Le trafic d’armes sur les réseaux sociaux est en train devenir un problème majeur pour les autorités mexicaines

Les trafiquants d’armes sur les réseaux sociaux continuent jusqu’à aujourd’hui à vendre leurs produits. Ces réseaux leur offre une forte visibilité ainsi qu’un relatif anonymat. Malgré les mesures mises en place par le Mexique ce commerce illégal ne semble pas avoir changé le moins du monde. Une récente vidéo circulant sur les réseaux et partagée par le journaliste Circo Gómez Leyva a choqué les habitants du pays.

L’ère des armes sur les réseaux sociaux

La vidéo du journaliste montre un utilisateur de WhatsApp partageant des images de son catalogue de vente ; une centaine d’armes sont présentées pour les acheteurs potentiels sur WhatsApp. L’utilisateur utilisant le surnom d’Escualo offre armes, grenades et des accessoires sophistiqués comme des silencieux ou des lunettes de visée. L’homme serait basé dans la ville de Mexico. Le prix des armes est trois fois supérieur à celui des armes en vente aux États-Unis selon Gómez Leyva. Ces armes proviennent d’ailleurs vraisemblablement du nord de la frontière.

Ce problème n’est pas une première pour le Mexique. Le phénomène a cependant évolué au cours des années. En 2018 le journal El Universal prévenait d’une augmentation des ventes d’armes sur les réseaux sociaux, particulièrement dans l’État mexicain central de San Luis Potosí. Par la suite en 2019 une femme et un adolescent complice ont été arrêtés dans le quartier de Iztapalapa à Mexico. Ils vendaient des armes à feu, des explosifs et de la drogue sur les réseaux sociaux.

Une responsabilité états-unienne

Cette utilisation des réseaux sociaux est clairement difficile à résoudre pour le Mexique et les entreprises responsables. En 2016 Facebook et Instagram ont interdit la vente d’armes sur leurs plateformes à travers le monde suite aux pressions de Barack Obama. Mais cette interdiction n’a jamais réellement été appliquée. En 2020 le ministre de la défense mexicain a annoncé qu’ils lançaient leur propre action contre ce problème. Cependant les groupes et individus vendant ces armes sont toujours courant sur Facebook.

Il semble évident que pour réduire la vente d’armes en ligne il faudrait s’attaquer au flot massif d’armes arrivant des États-Unis. Ces armes sont responsables de très nombreux meurtres dans le pays et il semble de plus en plus facile d’y avoir accès. Il est difficile d’obtenir une arme à feu légale au Mexique ; 70 % des armes récupérées par la police proviennent de leur voisin du nord. L’absence de contrôle efficace sur les acheteurs d’armes aux États-Unis est ici encore au cœur du problème. Certains acheteurs peuvent se procurer des dizaines voir des centaines d’armes sans éveiller l’attention. En 2017 on estimait que 16,8 millions d’armes à feu illégales circulaient au Mexique.

Lire la suite

Articles

Trafic de chats à Taïwan

le

Trafic de chats à Taïwan

Une dizaine de personnes sont suspectées d’êtres responsables d’un trafic de chats à Taïwan par voie maritime

Les neuf suspects ont été inculpés par les procureurs de Kaohsiung vendredi dernier. On les soupçonne d’un trafic de chats à Taïwan. Plus de 154 animaux auraient été illégalement importés dans le pays. Certaines personnes risquent jusqu’à sept ans de prison. Le bureau des procureurs du district de Kaohsiung s’intéresse particulièrement à quatre personnes suspectées d’être les dirigeants du réseau. Cette affaire de contrebande se serait déroulée au cours du mois d’août. Les cinq autres personnes travaillaient sur le bateau de pêche utilisé pour transporter les chats.

De vieux contrebandiers

Toutes ces personnes sont suspectées d’avoir bafoué la loi sur les peines de contrebande. Cependant quatre de ces suspects sont la cible principale pour les enquêteurs et la justice. Le premier est un homme de 56 ans du nom de Cheng. Il est propriétaire d’une entreprise de pêche. Le second est un éleveur d’animaux domestiques de 42 ans du nom de Li. À leurs côtés on trouve un certain Chang, un ancien de la patrouille maritime de 50 ans. Le dernier est un des amis de Chang, un homme de 49 ans répondant au nom de Kuo.

Ces quatre personnes sont actuellement en détention. Malheureusement les chats ont dû être euthanasiés par les autorités car leur origine était inconnue. Les procureurs recommandent de lourdes peines pour ces personnes. Elles sont accusées d’avoir géré une contrebande de chats de race et d’avoir tenté de les faire entrer à Taïwan sans certificats de quarantaine. Ces personnes risquent jusqu’à sept ans de prison et près de 108 000$ d’amende. Les raisons qui poussent les procureurs à la sévérité sont les risques inhérents aux maladies que les animaux pourraient apporter dans l’île. Par ailleurs ces pratiques nuisent au marché national des animaux domestiques.

L’échec du trafic de chats à Taïwan

Parmi les autres accusés on trouve un capitaine de bateau de 51 ans. Son bateau servait à faire passer les chats. Le mécanicien en chef du bateau est aussi poursuivit ainsi que l’équipage composé de trois indonésiens. Selon l’enquête Cheng et l’éleveur auraient commencé à planifier leur opération en juin avec l’aide de Chang, Kuo mais aussi avec sept autres citoyens chinois encore inconnus. Ils ont ensuite loué le bateau « Shun Fa 886 » ; le navire de pêche. Le bateau était loué au mois à un certain Chiang pour la somme de 150$.

Suivant les instructions de Cheng le capitaine et son mécanicien ont transformé le bateau pour le préparer à un trafic de chats à Taïwan. La cabine principale a été transformée en un espace fermé climatisé propre à transporter des animaux. Le bateau a pris la mer jusqu’au larges des îles Penghu et pris possession de 62 cages contenant les 154 chats venant de bateaux chinois. Le lendemain le bateau était intercepté par les gardes côtes à proximité du port d’Anping à Tainan.

Lire la suite

Articles

Trafic de drogue à Bollywood ?

le

trafic de drogue à Bollywood

Une opération de lutte contre le trafic de drogue à Bollywood a mené à l’arrestation du fils de la star Shah Rukh Khan

Aryan Khan a été arrêté par les agents du Bureau de Contrôle des Narcotiques suite à un raid de la police sur un yacht de luxe. La nouvelle fait la une des journaux en Inde depuis deux semaines. De nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette opération contre le trafic de drogue à Bollywood. Le jeune homme de 23 ans a été arrêté le 2 octobre dernier lors d’une fête. De la drogue aurait été saisi sur place, au large de Mumbai. Par la suite 20 personnes ont été arrêtées au cours des jours suivants.

Une opération peu glorieuse

Les agents ont révélé avoir saisi 13 gr de cocaïne, 5 gr de méphédrone, 21 gr de charas, 22 comprimés de MDMA et 1788 dollars en liquide. Le bateau se dirigeait vers Goa au moment de son interception. Les avocats d’Aryan affirment qu’aucune drogue n’a été saisi sur lui. Cette affaire a rapidement pris une tournure politique. En effet certains soupçonnent le gouvernement d’extrême droite de s’en prendre injustement au fils de la plus grande star musulmane du pays. Le gouvernement Modhi a très clairement marqué sont islamophobie depuis son arrivée au pouvoir.

Aryan est poursuivi pour l’achat, la consommation et la possession de drogues. Le procureur a aussi cherché à prouver que le jeune homme était un consommateur régulier depuis quelques années. La police a aussi déclaré que des conversations WhatsApp prouveraient son lien avec des trafiquants de drogues internationaux. Les avocats soulignent que les tests sanguins d’Aryan n’ont révélé aucune présence de drogue. Ces derniers nient aussi tout contacts avec des trafiquants et pointent du doigt une vendetta du gouvernement. Cette opération contre le trafic de drogue à Bollywood ressemble en effet à une opération plus politique que policière.

Trafic de drogue à Bollywood ou islamophobie ?

Le Bureau de Contrôle des Narcotiques a fait l’objet de critiques de la part des médias mais aussi de la part de membres de la coalition gouvernementale. Alors qu’il n’y avait aucune preuve de consommation ou de possession de drogue le jeune homme s’est pourtant vu refuser sa libération sous caution. Certains affirment que des membres du BJP, le parti au pouvoir, étaient présents lors de l’opération policière. D’autres soulignent les fuites d’informations ciblées de la part de la police pour ternir l’image du jeune homme.

Le père d’Aryan, Shah Rukh Khan, est parfois surnommé le « roi de Bollywood », ou « Roi Khan ». L’acteur marié à une hindoue est extrêmement populaire en Inde et en Asie du Sud-Est. Il est pourtant devenu récemment une cible pour le BJP qui l’a qualifié d’acteur anti-patriotique en 2015. Khan avait eu le malheur de dénoncer le développement de l’intolérance religieuse dans son pays. D’autres attaques le comparant à des terroristes musulmans ont aussi eu lieu de la part de personnalités politiques. On est bien loin d’une simple affaire de trafic de drogue à Bollywood. Quand bien même le jeune homme serait coupable, la situation politique du pays laissera toujours un doute dans l’esprit de la population.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending