Connect with us

Articles

Trafic de drogues sur les rivières boliviennes

le

rivières boliviennes

Les routes du trafic de drogue semblent désormais privilégier les rivières boliviennes pour faire passer la cocaïne

Les trafiquants n’utilisent pas uniquement les rivières boliviennes mais tout le réseau fluvial et les canaux d’Amérique latine. Ceci risque de compliquer dramatiquement les efforts des polices pour stopper les flux de cocaïne. L’alerte a été donnée par un rapport des Nations Unies précisant que les trafiquants avaient changé leur méthode ; ils utilisent désormais les eaux du bassin versant du Paraguay-Paraná, à la frontière est du pays. Ce système fluvial connecte toute la région et facilite l’accès aux marchés européens et africains.

Trafic maritime dans un pays enclavé

Selon Thierry Rostan, un représentant de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime : « Les trafiquants de drogue se sont adaptés. Ils ont organisé des zones de collecte pour la cocaïne et se sont déplacés dans d’autres pays de la région ». La frontière est de la Bolivie possède plusieurs canaux connectés avec la rivière Paraguay au Brésil. Il s’agit d’une des rivières les plus longues d’Amérique du sud. Elle s’étend vers le sud au Paraguay avant de rejoindre la rivière Paraná en Argentine pour se déverser dans l’Atlantique.

Les autorités boliviennes rapportent qu’une majorité des laboratoires de cocaïne détruits cette année étaient dans la zone de production de coca de Cochabamba, au centre du pays. De là, il est aisé d’atteindre le réseau fluvial de la frontière par Port Busch ou Port Quijarro. Le pays enclavé cherche depuis longtemps à étendre son transport maritime. L’utilisation du bassin versant du Paraguay-Paraná a été favorisé après avoir échoué à obtenir un accès à la mer en 2018 par le retour d’une langue de terre perdue au profit du Chili en 1884. Depuis, un million de tonnes de produits sont passé par le Paraguay-Paraná ; 50 % des exportations du pays passent désormais par l’est.

La surveillance des rivières boliviennes

Il est donc logique qu’avec l’accroissement du trafic sur les rivières boliviennes et américaines, les trafiquants se saisissent de l’aubaine. Ceci va donc changer les dynamiques actuelles du trafic de drogue. Il ne faut pas oublier que la Bolivie est le troisième producteur de cocaïne du monde. Aussi, le pays agit comme un point de transit pour de nombreux biens illégaux provenant du Pérou ; le deuxième producteur de cocaïne au monde. Si ce trafic continue à utiliser cette voie on pourrait assister à une réorientation plus générale des routes par le réseau fluvial.

Le pays enclavé a historiquement encouragé les trafiquant à utiliser la voie des airs ou des terres pour passer au Paraguay ou au Brésil. La drogue se dirigeait alors vers des ports internationaux comme Rio de Janeiro. Les avions passaient plutôt par des zones faiblement peuplée comme le département de Beni, ou le Chaco au Paraguay. Ce changement va obliger la Bolivie à transformer ses méthodes de lutte. Il va falloir se mettre à utiliser les méthodes de surveillance de containers utilisées dans les grands ports maritimes. L’ONU a d’ailleurs encouragé le pays a rejoindre différent programmes de formation, de surveillance et de coopération déjà en place. Néanmoins il semble improbable de réussir totalement là où aucun pays n’est arrivé.

Lire la suite

Articles

États-Unis : 46 migrants morts dans un camion

le

46 migrants

Ces 46 migrants tentaient de passer la frontière entre le Mexique et les États-Unis et ont péri à cause des conditions de transport

Cette tragédie sur la frontière est une des plus graves de ces dernières décennies. Malgré tout, personne n’oublie que des milliers de personnes sont mortes en tentant de passer de l’autre côté. Les 46 migrants ont été retrouvés dans un camion-remorque abandonné, le long d’une route de campagne de San Antonio. Seize personnes ont survécu et sont actuellement hospitalisées, dont quatre enfants.

Le destin tragique de 46 migrants

Un travailleur de la ville a entendu des appels à l’aide autour de 18 h lundi dernier et a découvert la scène. Les corps ont plus tard été alignés par la police dans des sacs mortuaires, le long du camion. Selon le maire de la ville, il s’agissait de « familles qui cherchaient à trouver une vie meilleure ». Selon le maire Niremberg il s’agit d’une horrible tragédie humaine. Il s’agit aussi d’une des plus meurtrières de ces dernières années.

En 2017, 10 personnes sont mortes dans des conditions similaires à San Antonio, et 19 en 2003. On ignore encore la nationalité des personnes décédées. Lors de l’arrivée de la police, la porte arrière était partiellement ouverte et un corps gisait au sol. Selon la police, les survivants étaient brûlants au toucher et déshydratés. Ces personnes n’avaient pas d’eau à l’intérieur du camion. Actuellement trois personnes ont été arrêtées, mais on ignore leur lien réel avec ce trafic d’êtres humains.

Le résultat de la fermeture des frontières

Cette méthode pour faire passer des migrants est apparue au cours des années 1990. Il s’agirait d’une réponse au renforcement des contrôles aux frontières à San Diego et El Paso ; les points de passage les plus fréquentés par les trafiquants. Auparavant les migrants payaient de petites sommes à des contrebandiers des environs pour leur faire passer des postes-frontière peu surveillés. La situation a drastiquement changé après les attaques du 11 septembre 2001.

Les 46 migrants font partie de ces personnes qui sont aujourd’hui obligées de choisir des routes plus dangereuses. Le gouverneur du Texas Greg Abbott s’est déchargé de toute responsabilité en affirmant que ces morts étaient le produit des mesures d’ouverture des frontières du président Biden. On ignore cependant à quelles mesures d’ouvertures des frontières le gouverneur fait référence. Plus de deux millions de personnes ont été reconduites à la frontière depuis mars 2020. On estime que 247 personnes sont mortes en tentant de traverser l’année dernière.

Lire la suite

Articles

Les éléphants de la forêt d’Odisha

le

forêt d’Odisha

Les autorités responsables de la forêt d’Odisha ont découvert un trafic d’éléphant présent à travers tout le sous-continent indien

Cette découverte venant de la forêt d’Odisha pourrait avoir de très importantes ramifications. Le département forestier est à remercier pour cet important travail. Ils auraient mis à jour l’utilisation de faux certificats de commercialisation d’éléphants utilisés pour revendre les animaux à travers le Gujarat. Les responsables de ces forêts ont alerté leurs partenaires dans les autres États. Ceci va permettre une surveillance accrue du trafic d’éléphants.

Trafic d’éléphant en Inde

Cette découverte est d’autant plus importante qu’un amendement à la loi de protection de ces animaux propose une plus large commercialisation. Il existe cependant déjà un vaste réseau entre la capture des animaux et la demande des temples, institutions religieuses, et même partis politiques. Il faut aussi ajouter à cela le mauvais traitement persistant de ces pauvres bêtes. En un mois, huit cas similaires ont été découverts par les services de la forêt d’Odisha. Les contrebandiers ont chaque fois tenté d’utiliser de faux papiers, agrémentés de fausses signatures. Chacun de ces trafiquants essayait de faire passer des éléphants venant d’Assam. Sept d’entre eux ont été envoyés vers Jamnagar au Gujarat, à destination d’un temple.

L’alerte de la forêt d’Odisha

L’alerte a réellement été donnée quand un responsable d’Assam a demandé une confirmation à son collègue de la forêt d’Odisha. Ce dernier avait en effet reçu sept autorisations de transport d’éléphants identiques émanant de leurs services. Chaque document était exactement identique, seule la description de l’éléphant différait. À la suite de ça l’alerte a été donnée aux autres États du pays. Le problème n’est pas nouveau. Le trafic d’éléphant est un véritable problème, notamment dans le nord-est et au Bihar. Les éléphants anciennement captifs y sont libérés et deviennent des cibles faciles.

Les débats ont fait rage l’année dernière au sujet de la possession et du transport d’éléphant dans le pays. L’amendement proposé au parlement pour faciliter cette commercialisation a déchainé les passions. Les spécialistes et écologistes ont émis de fortes réserves sur ces propositions dans une période où le pays n’arrive déjà pas à contrôler le trafic. Un assouplissement de la législation ne peut que signifier une détérioration de la situation pour les pachydermes.

Lire la suite

Articles

La police israélienne stoppe un trafic d’armes

le

police israélienne

La police israélienne en collaboration avec l’armée a arrêté plusieurs trafiquants d’armes venant de Jordanie

Un total de 13 armes a été saisi par la police israélienne dans cette région d’Arava, au sud du pays. Ce succès serait le résultat d’un travail d’enquête et d’infiltration de plusieurs mois. Au cours de la nuit, des sentinelles militaires collaborant avec une unité Magen de la police ont identifié deux suspects. Ces derniers tentaient de faire passer des armes depuis la Jordanie, dans la zone d’opération de la brigade régionale Yoav.

Des armes dans le Negev

Les troupes du bataillon Caracal de la division accompagnées de la police israélienne et d’hélicoptères se sont lancées à leur poursuite. Ils les ont arrêtés près de Neot Hakikar. Deux suspects responsables du trafic d’armes ont été appréhendés ainsi qu’un troisième homme qui semblait être un organisateur à proximité. Les forces de l’ordre ont saisi cinq M16, sept pistolets et une Kalachnikov.

Les suspects sont tous des habitants de la région de Dimona et ont entre 20 et 30 ans. Ils ont été transférés à l’unité Magen de la police pour un interrogatoire plus poussé. Un communiqué de la police stipule ; « La police israélienne et les FDI continueront leur travail pour maintenir la sécurité de l’État d’Israël et pour empêcher le trafic d’armes et de drogues ». Le communiqué précise également que ces trafics dans le Negev facilitent les attaques terroristes contre des civils en Judée en Samarie.

La collaboration entre armée et police israélienne

Selon le commissaire en chef Ronen Kalfom, commandant de l’unité Magen ; plus de 140 armes ont été saisies depuis le début de l’année. Selon lui ces trafics sont une véritable calamité. Pour faciliter leur travail, ces derniers combinent leurs forces avec l’armée dans toute la vallée d’Arava et du Jourdain. Chacun apportant leurs propres savoir-faire. Grâce à cela sept trafics d’armes auraient été stoppés depuis le début de l’année.

L’année passée la police et l’armée ont lancé l’opération Magen HaNegev contre le trafic d’armes et de drogue dans le sud du pays. Le problème est extrêmement présent dans le Negev depuis des années. Dernièrement cet état de fait a été vu comme un problème de sécurité nationale. Ceci, notamment du fait de l’augmentation de la violence pendant les tentatives de passage de contrebande et les vols d’armes dans les bases de l’armée. Cette route sert aussi à fournir des groupes armés à Hébron, dans la bande de Gaza, ainsi que des groupes criminels du sud.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending