Connect with us

Articles

Trafic d’animaux et extinction des espèces

le

extinction des espèces

Une étude récente souligne la responsabilité du trafic d’animaux et du commerce légal dans l’extinction des espèces animales

Le trafic d’animaux n’est bien sûr pas l’unique responsable. Cependant ce commerce illégal est souvent une cause majeure de cette extinction des espèces. Le trafic d’animaux sauvages recoupe ici aussi bien les animaux de compagnie, la viande, les médecines traditionnelles, l’ivoire ou les tests de laboratoire. La chasse de subsistance nécessaire à certaines communautés n’a pas été intégrée dans cette étude. Les animaux ciblés par un ou plusieurs de ces facteurs voient leur nombre diminuer drastiquement, parfois jusqu’à perdre 99,9 % de leur population.

Une menace pour la biodiversité

On estime qu’en moyenne les animaux victimes de trafic voient leur nombre diminuer de 62 %. Ceci pousse souvent des espèces déjà menacées au bord de l’extinction. Cette étude a notamment analysé le cas de 133 espèces terrestres pour souligner ce fait. Les espèces déjà menacés ont des taux de déclins moyen de 81 %. Certaines espèces de l’étude ont d’ailleurs disparu localement. Certaines populations de Tapir de Baird et de singe-araignée ont ainsi décliné de 99,9 % dans les régions étudiées.

Cette extinction des espèces à un niveau local ouvre évidemment la voie à une potentielle extinction globale. Ce constat est le résultat de l’étude dirigé par le Dr Oscar Morton de l’Université de Sheffield. L’impact global du trafic d’animaux sauvages et de plantes était auparavant peu étudié. On sait aujourd’hui que ce commerce illégal génère 23 milliards de dollars par ans. Néanmoins l’étude ne s’attarde pas uniquement sur l’aspect illégal. Le commerce des animaux sauvages de façon générale fragilise les populations. La frontière du légal et de l’illégal n’est pas toujours un bon indicateur du degré de nocivité. Certains trafics illégaux ne sont pas aussi nocifs pour l’espèce que le commerce légal pour d’autres.

Extinction des espèces localement et internationalement

On estime aujourd’hui que 18 % des espèces terrestres sont victimes du trafic d’animaux. Les chercheurs soulignent aussi que les populations déclinent dans toutes les zones où le problème est présent, y compris dans les régions protégées. La surprise pour certains chercheurs a été de noter cette constante à travers tous les types d’espèces, d’habitats et d’échelles. Une des limites de l’étude réside néanmoins dans l’absence de données suffisantes pour d’autres espèces ; amphibiens, invertébrés ou même des plantes.

Un autre problème est que les travaux sur lesquels s’appuient l’étude se concentrent majoritairement sur l’Amérique du Sud et des régions africaines. L’Europe est la grande absente de cette étude. Les chercheurs demandent que de meilleurs mesures de protection soient mises en place. Une des grandes qualité de cette étude est de ne pas se focaliser sur le commerce illégal. En incluant les problèmes posés par l’exploitation légale des animaux sauvages l’ampleur du danger saute ainsi aux yeux de tous.

Lire la suite

Articles

Chine : Vente illégale de psychotropes

le

vente de psychotropes

La vente illégale de psychotropes se répand sur les plateformes d’e-commerce chinois grâce à des failles dans la législation

Un journaliste pour Thepaper.cn a découvert que certains médicaments psychotropes qui ne devraient être vendus que sur ordonnance étaient en libre accès. La vente de psychotropes ne devrait être autorisé que par des médecins cependant certaines plateformes d’e-commerce les délivrent sans contrôle. Pour échapper à la surveillance ces médicaments sont vendus sous des noms divers et variés comme «barrière routière en plastique d’occasion ». Ces médicaments sont pourtant dangereux pour la santé.

Vente de psychotropes et santé publique

La vente de ces médicament mets en effet les consommateurs en danger. Certains médicaments ont la capacité de mettre une personne dans un coma pour quatre à six heures. De plus leur consommation génère un risque d’addiction, sans même parler de l’illégalité de leur achat. Leur vente en ligne par ces plateformes n’est ni plus ni moins que du trafic de drogue. Il est d’ailleurs surprenant que le gouvernement chinois n’ait pas sévi à ce sujet.

Il faut aussi remarquer que ces ventes de psychotropes sont liées à plusieurs affaires d’agressions sexuelles et de vols. Les forces de l’ordre ont donc connaissance de la situation. L’origine du problème est peut-être à trouver dans l’aspect multidisciplinaire de la réponse à apporter. Il faudrait une meilleure coopération entre les services s’occupant d’internet, de la médecine et de la logistique.

Des mesures de lutte à inventer

La vente de psychotropes en ligne est évidemment interdite par la loi chinoise. La question est de savoir si la législation permet de considérer ces ventes de psychotropes comme un trafic de drogues et de le traiter comme tel. Ces médicaments sont souvent obtenus par des moyens illégaux. De faux malades en obtiennent de leur médecin ou de l’hôpital pour les revendre ensuite. Il serait peut-être temps de mettre en place un système électronique d’ordonnance capable de répondre à l’évolution de la société. Il serait alors possible de suivre plus précisément le flot de psychotropes. Cette mesure proposée par certains permettrait d’empêcher les plus importantes utilisations détournées de ces médicaments.

Il faut néanmoins relever qu’une mesure pareille poserait d’importantes questions en terme de vie privée. Ce n’est cependant pas ce qui empêche le gouvernement chinois d’agir la plupart du temps. Il faudrait aussi que les plateformes d’e-commerce responsables de la vente de psychotropes soient tenues pour responsables de ce qu’il se passe sur leur site. La faute repose en grande partie sur ces structures qui servent de havre aux vendeurs de drogue. Enfin il apparaît nécessaire d’éduquer la population sur les risques encourus par la consommation de ces médicaments dangereux.

Lire la suite

Articles

Les chercheurs et le trafiquant de tortues

le

trafiquant de tortues

Un ancien trafiquant de tortue aide aujourd’hui les chercheurs à étudier et découvrir les secrets de ses anciens collègues contrebandiers

Cet ancien trafiquant de tortues se nomme Yuan Xie. Avant de se lancer dans son activité illégale ce jeune chinois a suivi des études d’anglais dans plusieurs universités de la côté ouest des États-Unis. L’étudiant était alors soutenu financièrement par ses parents restés en Chine. L’homme a aujourd’hui 30 ans et réside à Los Angeles. Il aide désormais les chercheurs à lutter contre ses anciens collègues ; les trafiquants d’animaux sauvages, braconniers et autres contrebandiers.

Trafiquants de tortues vers la Chine

Son revirement a débuté lorsque le jeune homme a plaidé coupable aux accusations de contrebande et violation de la Convention International sur le Commerce des Espèces Menacées. Xie a été condamné à cinq ans de prison avec sursis. Il a aussi dû s’acquitter d’une amende de 15 000 dollars. Il doit également finir de servir 500 heures de travaux d’intérêts généraux. Au même moment des chercheurs du Fish and Wildlife Service essayaient d’entrer en contact avec des trafiquants comme lui. Le gouvernement a alors accepté de commuer une partie des heures de travaux d’intérêts généraux en travail de recherche.

Cette condamnation remonte au 2 septembre dernier et vient conclure cette affaire initiée par l’arrestation du jeune homme en 2018. En plus de l’aide que Xie va apporter aux chercheurs l’étude de l’enquête a déjà donné beaucoup d’indications aux chercheurs. Selon les enquêteurs le trafiquant de tortues a opéré sur une période de 18 mois. Il était chargé de faciliter le transport et l’achat des animaux. Xie aurait trafiqué plusieurs centaines de tortues de races différentes depuis sa maison de Eugene dans l’Oregon.

Un commerce peu risqué

Selon les enquêteurs ce trafic représente une somme avoisinant 150 000 dollars et près du double à la revente sur le marché chinois. Ce marché est apparu dans les années 1990 avec l’émergence des classes supérieures dans la société chinoises. Ces tortues sont utilisées comme médicaments, nourriture et animaux de compagnie. Cette demande croissante a aussi amené une augmentation des prix et donc au braconnage à travers l’Asie. Avec la baisse du nombre d’animaux disponible le marché semble s’être réorienté vers les États-Unis 10 à 15 ans plus tard.

Au total Xie aurait eu entre ses mains 769 tortues et reptiles provenant de vendeurs à travers le pays ; Alabama, Californie, Floride, Kentucky, Michigan, New Jersey, Nevada, Caroline du Nord et Caroline du Sud. Selon l’herpétologiste Daniel Gaillard ce commerce est peu risqué et très lucratif. De très nombreuses espèces différentes de tortues son recherchées et il est rare de se faire arrêter pour ce commerce illégal. Un autre trafiquant de tortues a été condamné à une sentence plus réduite au cours de la même enquête. Ce citoyen chinois écope de deux ans de sursis et de 8000 dollars d’amende.

Lire la suite

Articles

Trafic d’éléphants au Sri Lanka

le

Trafic d’éléphants

Les écologistes srilankais s’opposent au retour d’animaux entre les mains d’individus accusés de trafic d’éléphants

Une décision judiciaire permettrait à ces personnes accusées de trafic d’éléphants de récupérer 14 pachydermes. Les écologistes du Sri Lanka affirment que ces animaux ont été directement achetés à des braconniers. Selon les avocats et les groupes de défenseurs de la nature cette décision judiciaire viole les lois de protection de l’environnement du Sri Lanka. Ils craignent que cette décision fasse jurisprudence et encourage le trafic d’éléphants sauvages.

Un symbole de puissance pour les élites

Le magistrat responsable de ce jugement a récemment refusé de revenir sur sa décision. L’avocat Ravindranath qui a déposé la motion déclare qu’il s’adressera donc à une juridiction supérieure. Les éléphants sont vénérés dans le pays. Ils sont en effet une part essentielle des religions et des festivals culturels du Sri Lanka depuis des siècles. Ils sont tout particulièrement sacrés pour les bouddhistes. Ces derniers forment près de 70 % de la population de ce pays de 22 millions d’habitants. Ils sont en effet considérés comme les serviteurs et comme des incarnations précédentes de Bouddha lui-même.

Un éléphant dans le jardin a longtemps été un signe de prospérité, de pouvoir et de privilège. Bien que la capture d’éléphant sauvages soit interdite depuis des dizaines d’années le gouvernement recense 219 éléphants en captivités. Au moins 132 de ces animaux sont entre les mains de propriétaires privés, le reste étant sous la garde de l’État. La capture de bébés éléphants est rapporté depuis au moins 2007 mais la situation a réellement dépassé les bornes en 2015 ; 38 éléphanteaux ont été capturés et vendu à des personnes influentes. On compte parmi elles un juge et un moine bouddhiste.

La légalisation du trafic d’éléphants

Le retour de ces 14 éléphants à leurs propriétaires est basé sur un décret gouvernemental. Ce dernier donne des éléments permettant d’enregistrer son éléphant comme animal de compagnie. Le décret permet aussi leur utilisation pour les festivités et activités religieuses ainsi que pour assurer leur bien-être. Les militants affirment que ces mesures encouragent le trafic d’éléphant et limite leur protection entre les mains de particuliers. Selon l’écologiste Rukshan Jayawardene on assistera bientôt à un retour du trafic d’éléphants sauvages à une grande échelle.

Le nouveau décret n’oblige pas de renseigner le pedigree de l’animal lors de son enregistrement. Il peut donc très bien s’agir d’un animal capturé dans la nature. Il s’agit dans les faits d’un moyen de ratifier un acte illégal. Le gouvernement semble sur la défensive face au accusations des écologistes. Le ministre de la protection de la faune sauvage Wimalaweera Dissanayake se défend de toute pratique illégale. Près de 21 éléphants sont encore sous contrôle de l’État après des saisies. Certains propriétaires auraient payé près de 200 000 dollars par animal. Le trafic d’éléphant est d’autant plus dramatique que ces animaux sont classés sur la liste des espèces menacées au Sri Lanka. Leur population est passée de 14 000 en 2011 à 6000 aujourd’hui.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending