Connect with us

Articles

Le Covid-19 accélère le trafic d’antiquités

le

trafic d’antiquités

La crise du Covid-19 a exacerbé le vol et le trafic d’antiquités ce qui menace le patrimoine immatériel de l’humanité

Loin de ne s’attaquer qu’à notre présent il semble que le virus s’en prenne aussi à notre passé. En effet on assiste à la recrudescence du trafic d’antiquités en ces temps de crise. Ce problème n’est pas nouveau et existe depuis l’antiquité. Cependant l’accroissement du phénomène au Moyen-Orient et en Afrique du Nord aujourd’hui est préoccupant. De nombreuses sociétés ayant dû se cloisonner les centres de fouilles et de recherches ont été investis par les trafiquants. Ces derniers détruisant parfois le site lui-même dans leur quête de profit.

Une mutation liée à la pandémie

L’Égypte est particulièrement touchée par ce problème ; les fouilles illégales ont ainsi doublé en 2020. Il est malheureusement difficile d’estimer la taille et la valeur réelle de ce trafic d’antiquités. Certains se risquent pourtant à proposer une fourchette allant de 300 millions à 6 milliards de dollars par an. L’UNESCO de son côté estime que le trafic de biens culturels dans son ensemble avoisine les 10 milliards de dollars par an. On sait aujourd’hui qu’une partie de ces fonds sont destiné aux financement de groupes terroristes.

Entre 2010 et 2014 on avait déjà assisté à une augmentation du trafic dans le Levant du fait des guerres dans la région. La pandémie est venue par la suite accélérer le processus. Les raisons de cette accélération sont malgré tout diverses et interconnectées. Tout d’abord la pandémie a laissé de nombreuses personnes sans emplois qui se retrouvent parfois réduit à ce genre d’activités illégales. Ensuite comme on l’a expliqué précédemment la surveillance des sites a cessé d’être une priorité en ces temps difficiles. Enfin de nombreux trafiquants se sont servis du tournant vers les services en ligne pour des raisons sanitaires afin de distribuer leur marchandise ; on retrouve désormais ce trafic d’antiquités sur les réseaux sociaux.

Le trafic d’antiquité contre l’histoire de l’humanité

Les profils des voleurs et trafiquants sont divers et variés ; on retrouve aussi bien des groupes terroristes, le crime organisé que des populations appauvries, de simples touristes ou des maisons de vente plus ou moins regardantes. Par ailleurs il n’est pas toujours aisé de connaître le statut légal d’une antiquité ; on observe l’existence d’un véritable marché gris. Des mesures de contrôles et de protection existent depuis longtemps au niveau local et international. Malheureusement ces mesures sont toujours trop lentes à réagir à des mutations du marché comme on l’observe aujourd’hui. Le trafic d’antiquité s’étant déplacé en ligne il s’agit de l’y suivre pour le contrecarrer.

Il devient donc nécessaire de travailler main dans la main avec les plateformes de réseaux sociaux et les services de paiement en ligne. Il s’agirait aussi de renforcer la formation et l’éducation des populations sur les dégâts que pose ce trafic. Les structures culturelles, les musées et bibliothèques doivent être engagés dans cette lutte pour la préservation de notre patrimoine commun. Selon les mots de Antony Blinken, Secrétaire d’État des États-Unis en 2015 ; « chaque artefact ancien, riche en mémoire, riche de significations, évoque une histoire que nous ne pouvons nous permettre de perdre ».

Lire la suite

Articles

Chine : Trafic de peaux d’ânes

le

peaux d’ânes

Le trafic de peaux d’ânes est une véritable bombe à retardement en ce qui concerne la diffusion de maladies zoonotiques

Le trafic de peaux d’ânes à destination de la Chine serait à l’origine de l’abattage de cinq millions d’animaux par an. Les spécialistes dénoncent une bombe à retardement en termes de maladies infectieuses pour les humains. On estime que 13 000 ânes sont tués chaque jour pour leur peau à travers le monde. Ces peaux sont ensuite transformées en ejiao, une médecine chinoise traditionnelle. Les utilisateurs prétendent qu’il s’agit d’un remède miracle pour de nombreux problèmes, sans aucune preuve scientifique.

Le mythe de l’ejiao

L’ejiao est censé réduire la fatigue, le renforcement du système immunitaire et la suppression des tumeurs cancéreuses. Le Sanctuaire des ânes, une ONG basée à Devon en Angleterre, prévient que ce commerce en pleine croissance est particulièrement risqué. Des maladies zoonotiques pourraient passer de l’animal à l’homme, comme pour le covid-19. Un nouveau rapport insiste d’ailleurs sur la présence de différents pathogènes et bactéries résistantes aux antibiotiques, présentes sur les peaux d’ânes à travers le monde.

L’ONG déplore que le trafic de peaux d’ânes n’ait pas été jusqu’ici considéré comme un risque sanitaire. Ces derniers décrivent un marché réellement chaotique ; pas de contrôles vétérinaires sérieux, pas de contrôles des exportations ni des importations. Cette industrie connaît en plus un véritable boom. Des villages africains entiers sont vidés de leurs animaux. La plupart des abattages ont lieu au Kenya, au Nigéria et au Ghana. Les animaux y sont tués et écorchés dans des conditions inacceptables.

Les peaux d’ânes : un risque d’épidémie

Une fois les peaux récupérées, la plupart sont envoyées en Chine, en Thaïlande et au Vietnam. Elles y sont ensuite séchées et salées. On en trouve autour de 800 euros la tonne sur le site du géant de la vente en ligne chinois, Alibaba. Des tests effectués sur 108 peaux dans un abattoir du Kenya ont révélé que 88 étaient porteuses du staphylocoque doré. Pire encore, 44 autres étaient porteuses de souches résistantes aux antibiotiques. Enfin, 3 étaient porteuses du Panton-Valentine leukocidin, une cytotoxine provoquant des nécroses invasives chez les humains.

Ce commerce pose donc des risques sanitaires majeurs, du fait de l’ampleur du phénomène, de l’absence de conditions d’abattage hygiéniques et du transport hasardeux des peaux. Les pays qui reçoivent les peaux d’ânes s’exposent à des maladies endémiques d’autres régions du monde. Ceci pourrait aussi infecter les populations d’équidés locaux. Les tests effectués n’ont eu lieu qu’à un seul endroit et dans une seule journée. Les scientifiques sont certains que d’autres maladies comme la grippe équine, ou le virus de la peste porcine sont aussi présentes.

Lire la suite

Articles

Hong-Kong : trafic d’ailerons et protection du requin bleu

le

trafic d’ailerons

Hong-Kong doit améliorer la répression du trafic d’ailerons avec le passage du requin bleu sous le statut d’animal protégé

Le requin bleu est l’espèce la plus présente sur le marché des ailerons de requin. Or les gouvernements du monde entier s’apprêtent à faire passer 54 espèces de requins-carcharhinidae et 6 espèces de requins-marteaux dans la liste des espèces protégées. Le gouvernement hongkongais va devoir augmenter l’ampleur de ses actions pour mettre fin au trafic d’ailerons dans la ville. La transformation du marché et l’interdiction du requin bleu risquent de ne pas se passer sans heurts.

Une puissante industrie mise à mal

La convention CITES, dont fait partie Hong-Kong, s’est félicitée de ce vote historique au Panama. L’ajout de ces requins à l’appendice II de cet accord permettra une meilleure protection. Cet appendice liste plus de 3700 espèces dont le commerce doit être régulé pour prévenir une chute de la population ou leur extinction. Cette décision a été accélérée suite aux déclarations de la CITES. Celles-ci précisent que les populations de requins subissent un déclin important et rapide de leurs populations. Ce déclin est en partie dû au commerce international.

Cette décision est un point culminant pour la protection des requins, et l’aboutissement d’une dizaine d’années de travail au sein de la convention. La vente d’ailerons de requin bleu ne serait pas entièrement interdite, si cette décision est finalement ratifiée. Cependant, les ailerons de requins seraient soumis à un plus important contrôle, tant que la population de requins reste viable. L’industrie sera notamment obligée d’obtenir une autorisation pour importer ou exporter des ailerons prélevés sur ces espèces. Le risque est bien évidemment une augmentation massive du commerce illégal et du braconnage.

Ailerons de requins protégés

Comme chaque fois que des législations semblent sur le point de passer, on a noté une forte augmentation du commerce d’ailerons de requins. Les acteurs de l’industrie essayent en effet de profiter un maximum des derniers moments pour écouler leur marchandise. Par ailleurs, Hong-Kong n’a pas toujours fait figure de bon élève en ce qui concerne les accords précédents. Certaines décisions ont mis plus d’un an avant d’être ajoutées à la législation locale. Il faudra en plus permettre la formation de personnel spécialisé pour reconnaître les ailerons de requins autorisés. Pour ne rien arranger, certaines espèces sont très difficiles à distinguer les unes des autres.

En 2011, 11 cas de trafic d’ailerons de requins ont été identifiés à Hong-Kong. Ceci représente 43,1 tonnes pour une valeur avoisinant les 27 millions d’euros. En 2020, la ville a aussi connu l’affaire la plus importante de son histoire ; 26 tonnes d’ailerons en provenance de l’Équateur, venant d’espèces protégées. Certaines voix poussent pour une interdiction totale de ce commerce. Cependant, selon les autorités locales, cette interdiction serait presque impossible à faire respecter étant donnée l’ampleur de cette industrie. Heureusement, la tendance à la consommation des ailerons est en baisse chez les restaurateurs qui tendent à les remplacer par d’autres produits.

Lire la suite

Articles

Fentanyl : overdoses chez les adolescents

le

overdoses chez les adolescents

Le fentanyl a causé une dramatique augmentation des overdoses chez les adolescents et a provoqué de nombreux morts

Cette augmentation est particulièrement visible ces deux dernières années. Il semblerait que l’origine du problème soit à chercher dans le mélange d’autres drogues avec du fentanyl. La plupart des overdoses chez les adolescents surviennent alors que les usagers ne savent pas que le produit contient cet opiacé synthétique. La mort de jeunes entre 14 et 18 ans est la statistique qui inquiète particulièrement les auteurs de cette nouvelle étude.

Augmentation des overdoses chez les adolescents

Les chercheurs rapportent que la consommation de drogue reste stable dans cette tranche d’âge, depuis 2010. Le problème n’est donc pas à chercher de ce côté. Cependant, les morts par overdose sont passées de 518 en 2010 à 954 en 2020, puis 1146 en 2021. Une étude venant de l’Ontario a trouvé des résultats similaires. L’augmentation de la mortalité due aux opiacés a été multipliée par 5 entre 2003 et 2020. Contrairement à ce qu’on pourrait penser cette augmentation n’est pas le résultat de la pandémie.

Le problème vient du fait que les drogues sont de plus en plus mélangées à du fentanyl pour en renforcer les effets. La plupart du temps, les adolescents ignorent ce qu’ils consomment. Il arrive aussi qu’ils croient acheter certains médicaments légaux, comme des benzodiazépines. Ces fausses pilules font un ravage en termes d’overdoses chez les adolescents.

Des médicaments au fentanyl

Depuis 2020, les adolescents voient une plus large augmentation des overdoses mortelles que le reste de la population. La réponse est sans doute à trouver dans cette augmentation des faux médicaments. Selon le Dr Friedman, auteur d’une autre étude, le problème n’est pas que les adolescents prennent plus de drogues ; les drogues ressemblent de plus en plus aux médicaments. Certains jeunes se fournissent en médicament sans passer par les circuits légaux et ces médicaments contiennent presque tous du fentanyl.

Il ne s’agit pas non plus de diaboliser le fentanyl qui demeure un outil important de gestion de la douleur. Les patients atteints de douleurs chroniques ou d’un cancer en utilisent avec de grands bénéfices. Malheureusement, les organisations criminelles se sont emparées de la production illégale de cette drogue. Ce qui devait aider les personnes s’est aujourd’hui transformé en véritable épidémie provoquant des morts par overdose chez les adolescents.

Lire la suite

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir nos informations

Réseaux sociaux

Derniers articles

Nous suivre sur Twitter

Trending